Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mai 2008 6 03 /05 /mai /2008 00:18
Je crois que c'est Chrisalain qui se plaignait de ne pas trouver de vidéos de Marc Ogeret.
En voici une qui devrait lui plaire.
Il s'agit du très beau poème d'Aragon, mis en musique par Léo Ferré "Est-ce ainsi que les hommes vivent". Cette vidéo doit être tirée de l'émission de Jacques Chancel "le grand échiquier". Je ne voudrais pas jouer les vieilles rombières style "de mon temps", mais n'empêche que ces émissions là, ça avait quand même drôlement de la tenue !
Bref, la vidéo, suivie des paroles du poème.



Tout est affaire de décor
Changer de lit changer de corps
A quoi bon puisque c'est encore
Moi qui moi-même me trahis
Moi qui me traîne et m'éparpille
Et mon ombre se déshabille
Dans les bras semblables des filles
Où j'ai cru trouver un pays.

Cœur léger cœur changeant cœur lourd
Le temps de rêver est bien court
Que faut-il faire de mes jours
Que faut-il faire de mes nuits
Je n'avais amour ni demeure
Nulle part où je vive ou meure
Je passais comme la rumeur
Je m'endormais comme le bruit.

Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent.

C'était un temps déraisonnable
On avait mis les morts à table
On faisait des châteaux de sable
On prenait les loups pour des chiens
Tout changeait de pôle et d'épaule
La pièce était-elle ou non drôle
Moi si j'y tenais mal mon rôle
C'était de n'y comprendre rien

Dans le quartier Hohenzollern
Entre la Sarre et les casernes
Comme les fleurs de la luzerne
Fleurissaient les seins de Lola
Elle avait un cœur d'hirondelle
Sur le canapé du bordel
Je venais m'allonger près d'elle
Dans les hoquets du pianola.

Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent.

Le ciel était gris de nuages
Il y volait des oies sauvages
Qui criaient la mort au passage
Au-dessus des maisons des quais
Je les voyais par la fenêtre
Leur chant triste entrait dans mon être
Et je croyais y reconnaître
Du Rainer Maria Rilke.

Elle était brune elle était blanche
Ses cheveux tombaient sur ses hanches
Et la semaine et le dimanche
Elle ouvrait à tous ses bras nus
Elle avait des yeux de faïence
Elle travaillait avec vaillance
Pour un artilleur de Mayence
Qui n'en est jamais revenu.

Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent.

Il est d'autres soldats en ville
Et la nuit montent les civils
Remets du rimmel à tes cils
Lola qui t'en iras bientôt
Encore un verre de liqueur
Ce fut en avril à cinq heures
Au petit jour que dans ton cœur
Un dragon plongea son couteau

Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent.
Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Bonjour,

Quelqu'un aurait-il sauvegardé une copie ; cette interprétation et l'accompagnement sont sublimes, mais la vidéo a disparu...

Merci
Répondre
L
Je me réponds moi-même :
https://www.dailymotion.com/video/x50nuc
M
Quel bonheur! Du Léo Ferré pour finir la journée! Souvenirs souvenirs des années de jeunesse étudiante et insouciante!Et quelle belle chanson "Est-ce ainsi que les hommes vivent?"J'arrive de chez Guthin et je repars voir mes lutins.Marie.
Répondre
M

Merci pour la visite Marie. Je connais ton blog je vais régulièrement voir les petits miracles de la nature que tu présentes (faudrait que je laisse des coms je
sais).


Z
Merci !
Répondre
M

Je me suis fait plaisir à moi aussi, je cherchais tout autre chose à la base.


P
Je suis de ton avis pour la télé à l'ancienne, mais je crois bien qu'on est de la même génération! C'est pourquoi je n'ai plus la télé.Très belle chanson de Léo.Quel poète!
Répondre
M

Vu que nous sommes deux Martine, nous sommes en effet à peu près de la même couvée ;-) J'ai encore la télé, mais on ne peut pas dire qu'elle chauffe beaucoup.


M
J'adore, j'adore ! Marc Ogeret, Léo Ferré ! C'est vrai qu'elles étaient sacrément bien faites ses émissions à Chancel !Bises
Répondre
M

Ah une autre vieille rombière ;-)


Bonjour À Tous

  • : Mon carnet à Malices
  • : Ecriture, créations en fimo et autres modelages, lecture (fantastique, fantasy, thriller, humour), nos félins domestiques dans tous leurs états, photographie, musique
  • Contact

Rechercher

Mais encore

En Stock