Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 00:26

Comme un parfum de polar.....

Nous vous proposons de composer pour Le défi du samedi un texte, avec les codes et les personnages incontournables à ce genre ; par exemple : un privé, sa secrétaire, le ou la cliente affolée, un flic, des truands, des indics, des femmes de "petite vertu"...ou ce qu'il vous plaira d'imaginer.

La phrase suivante devra figurer dans votre texte : La poussière était rouge.


Je m'appelle Cher Locke, je suis une privée.
Ce jour là j'étais tranquillement en train de me limer les ongles lorsque mon secrétaire, un beau mec avec une malle arrière à damner les saintes s'est pointé.
Il avait dans son bureau un énergumène hystérique.

Je reçois donc le bonhomme, pas mal non plus la plastique. Eh tant qu'à bosser autant le faire avec une clientèle consommable.

Bref, il m'expose son problème.
Sa chère femme avait disparu depuis 2 jours.

"Et ça vous inquiète ?" lui fais-je ? "deux jours ce n'est pas beaucoup"
"Peut-être mais jusqu'à maintenant elle ne l'avait jamais fait. Pouvez-vous la retrouver nous avons un rendez-vous important demain".
Et il me tend une photo de sa moitié.
Oh, oh, Madame fait dans le gigolo semble-t-il, elle a bien 20 ans de plus que lui, mais c'est encore une sacrée beauté, bon OK, le fric ça aide à se garder en forme.
Je négocie mes honoraires avec le mari éploré, arrive à lui arracher que sa chère compagne ne crache pas sur la chair fraîche, faut dire que comme c'est elle qui a les pépettes il ne peut pas trop se permettre de la ramener.
Le soir même, je vais faire un petit tour du côté des quartiers chauds.
Je montre la photo de ma pseudo rombière à quelques indics, des filles supers et qui gèrent leur petit business comme des chefs, ainsi qu'à quelques mecs du coin que je connais et qui font le tapin, ah si j'avais 5 minutes. Bon pour le moment c'est boulot, boulot, le plaisir passera après. La piste est vraiment trop facile à suivre.
Je finis donc pas arriver dans un club de strip-tease. Que des beaux mecs à qui tu as envie de pincer les fesses, bon pas le temps je me contente de glisser un ou deux biffetons dans leurs strings. A la revoyure les potes.
Je fais signe à la tenancière, une copine à moi, et je me glisse dans l'arrière salle, un endroit sympa pour rencontrer plus "en détail" des beaux gosses exposés de l'autre côte du rideau.
Et là, je tombe sur la charmante dulcinée de mon client. Bizarre, je viens régulièrement dans le coin, c'est la première fois que je la vois.
J'attaque bille en tête, autant gagner du temps, le temps c'est de l'argent et là franchement il aura été gagné "finger in the nose".
"Alors madame on s'encanaille pendant que son cher mari se ronge les sangs ?"
Elle éclate de rire.
"Non, c'est pas vrai, il a osé envoyé quelqu'un me chercher pour me ramener à la maison, ce mec est vraiment un boulet"
"Je suppose qu'il vous aime"

"Ne me faites pas rire, ce qu'il aime c'est mon fric"
"Oui, je m'en doutais un peu, sans vouloir vous vexer. Mais il m'a dit que vous aviez un rendez-vous important demain, enfin aujourd'hui maintenant"
Elle rit à nouveau, j'aime bien son rire, sonore et franc. Friquée la bonne femme, mais sympa.
"Un rendez-vous avec la mort oui en effet" m'assène-t-elle.
Il m'en faut beaucoup pour le couper le sifflet, mais là j'en reste bouche bée.
"Comment ça ?"
"J'ai entendu une conversation téléphonique entre mon "Cher" époux (là j'entends la majuscule et les guillemets" et des malfrats. Ce soir, je suis censée être victime d'un cambriolage qui aura mal tourné et mon "Cher" époux éploré pourra mettre ses sales mains manucurées sur ma fortune. J'ai donc préféré prendre la tangente"
"Mais, il va bien falloir que vous rentriez, c'est reculer pour mieux sauter, à moins de demander la protection de la police ou d'engager un garde du corps".
Elle rit à nouveau.
"Quelle heure est-il ?"
Je jette un coup d'œil sur ma montre
"Deux heures du matin"
Elle pousse un soupir de contentement.
"Vous avez raison, je vais rentrer chez moi".
Dans le même temps, elle sort un chéquier de son sac, rédige un chèque et me le tend.
"Voilà pour le dérangement" me dit-elle.
Là, je perds pied, enfin ça ne m'empêche pas de constater que le chiffre indiqué est plus que rondelet.
"Excusez-moi, mais vous allez rentrer chez vous, vous sachant en danger ? Ce n'est pa
s raisonnable".

A nouveau ce rire chaud.
"Ne vous en faîtes pas, à cette heure-ci mon "Cher" époux vient d'être victime d'un cambriolage qui a mal tourné. Le pauvre, il aurait dû se douter que je connaissais "du monde" moi aussi.
En plus, vous êtes un alibi encore meilleur que l'un de ces charmants garçons qui sont toujours un peu à l'ouest"
Pendant quelques instants je me débats entre ma conscience qui me dit d'essayer de pvenir le pauvre gogo, et ce chèque copieux qui va régler quelques factures. La question est vite résolue.
"Au plaisir de vous revoir Chère Madame" dis-je à la future veuve joyeuse.
Et je tourne les talons. Sur le sol la poussière était rouge, rouge sang.

Partager cet article
Repost0

commentaires

F
Je n'avais pas eu le temps de lire ce texte mais je savais que j'y reviendrai. C'est fait. Et je ne regrette pas.C'est bien trouvé le polar en inversant les sexes des personnages. Sauf que la "Privée", elle marche aussi au scotch ou au kir royal ?
Répondre
M
<br /> Je crois qu'elle est plutôt kir royal ! Et même Royal tout seul (je parle du champagne bien sûr pas d'autre chose)<br /> <br /> <br />
P
Mais c'est complètement amoral !!!
Répondre
M
<br /> Mais absolument, ceci dit je connais un autre détective, qui youplà boum hein !<br /> <br /> <br />
L
Bonjour Martine,je n'aurai pas le temps de concocter un mini scénario sur le sujet .ou je n'ai rien compri ?amitiés  Lady M
Répondre
M
<br /> Il s'agit là aussi d'une consigne proposée par un atelier d'écriture : les Impromptus littéraires, donc c'est seulement si tu as envie de te lancer sur ce site<br /> <br /> <br />
S
Te lire fut un vrai plaisir Martine, bon la fin est surprenante, mais finalement la veuve joyeuse a pris les devants.J'aime bien tes petites histoires, tu écris vraiment très bien.Gros bisou
Répondre
M
<br /> J'aime bien les chutes un peu surprenantes et puis ma veuve joyeuse préférait rester sur ses deux jambes (qu'elle a fort belles d'ailleurs), ça se comprend<br /> <br /> <br />
L
dommage ! je n'aurai pas le temps - amitiés  Lady M
Répondre
M
<br /> Pas le temps de quoi ?<br /> <br /> <br />

Bonjour À Tous

  • : Mon carnet à Malices
  • : Ecriture, créations en fimo et autres modelages, lecture (fantastique, fantasy, thriller, humour), nos félins domestiques dans tous leurs états, photographie, musique
  • Contact

Rechercher

Mais encore

En Stock