Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 00:10

Et zou une troisième semaine sans metal ! J'ai entendu un court extrait d'I'll be there par le trio "Vigon Bamy Jay" et comme j'aime beaucoup je vous mets cette chanson par leurs créateurs les "Four tops" 1966 ce qui nous rajeunit.

Cette chanson a également été reprise par Cloclo, mais je préfère quand même les voix plus chaudes des américains et de nos nouveaux crooners nationaux.

Les deux versions et les paroles.

 

 

 

Reach Out I'll Be There (Tends La Main, Je Serai Là)

Now if you feel that you can't go on
Maintenant si tu as l'impression que tu ne peux plus continuer ainsi
Because all your hope is gone
Parce que tout tes espoirs se sont évanouis
And your life is filled with confusion
Et que ta vie est en proie à la confusion
And happiness is just an illusion
Et que le bonheur n'est qu'une illusion
And your world around is tumblin' down
Et que ton monde s'écroule
Darling, reach out
Chérie, tends la main
Reach out, for me.
Tends la main vers moi

[Chorus]
[Refrain]
I'll be there to love and comfort you... (tell me baby)
Je serai là pour t'aimer et te réconforter. . (dis moi bébé)
I'll be there with the love I'll see you through
Je serai là et mon amour t'aidera à traverser ces épreuves

Now when you're lost and about to give up
Maintenant quand tu seras perdue et sur le point de baisser les bras
'cause your best just ain't good enough
Car le meilleur ne te suffira plus
And you feel the world has grown cold
Et que tu auras l'impression que le monde est devenu de marbre
And you're driftin' on your own
Et que tu pars seule à la dérive
When you need a hand to hold
Quand tu auras besoin de tenir une main
Darling, reach out
Chérie, tends la main
Reach out, for me.
Tends la main vers moi

[Chorus] (x2)
[Refrain] (x2)

I can tell you the way you hang your head
Je peux dire à la façon dont ta tête est penchée
Now with out of love, now you're afraid
Maintenant sans amour, maintenant tu as peur
And through your tears you look around
Et au travers de tes larmes tu cherches autour de toi
But there's no peace of mind to be found
Mais nulle part tu ne trouves de quoi apaiser ton esprit

I know what you're thinking
Je sais à quoi tu penses
Without love, now you're alone
Sans amour, à présent tu es seule
Baby, reach out
Bébé, tends la main
Reach out for me
Tends la main vers moi

[Chorus]
[Refrain]

I'll be there to love and comfort you
Je serai là pour t'aimer et te réconforter
Tell me baby
Dis-moi bébé
I'll be there to always see you through
Je serai là et mon amour t'aidera à traverser ces épreuves
I'll be there
Je serai là

[Chorus]
[Refrain]

Partager cet article
Repost0
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 00:21

Projet 52 de Vivre la Photo. Pas évident, dans les pistes proposées par Cathy, j'ai choisi la capture du minois de Mademoiselle Thalis, maintenant j'attends qu'elle dorme, comme ça mes photos ne sont plus aussi floues. J'ai donc évolué !

 

evolution

 

Je vous remets la dernière en grand, elle est trop belle ma minouche

 

Thalis-3227.JPG

Partager cet article
Repost0
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 00:29

Cette fois Madga nous propose de regarder la nature d'un peu plus près. Voilà donc quelques photos minimales dont deux déjà proposées.

 

nature2 2470

 

nature2 1405

 

nature2 0395

 

nature2 1042

 

P1400419

 

P1390255

 

PA220173

 

nature2 2060

Partager cet article
Repost0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 00:41

http://i80.servimg.com/u/f80/09/02/08/06/oiseau10.png

Eh oui, les Zoziaux, toujours en plein catalogage de mes "chers vieux" livres, je suis encore tombée sur un précurseur qui, une fois de plus, nous permet de constater à quel point les bons conseils sont restés lettres mortes et ce depuis quasiment 130 ans. J'ai relevé l'extrait suivant dans wikipédia. En rouge bien sûr mes remarques personnelles et de mauvaise foi !

Fernand Lataste publie en 1884 une note dans le Bulletin de la Société Nationale d'Acclimatation de France « sur l’alimentation des rapaces nocturnes » où il démontre que la part des rongeurs est nettement plus élevée que celle des mammifères insectivores, faisant ainsi des rapaces nocturnes des animaux utiles. Il conclut par ces mots : « [Cette proportion inattendue] nous montre combien est souvent arbitraire et inexacte la division des animaux en utiles et nuisibles.(en fait de nuisible moi je n'en vois qu'un seul, deux pattes, station debout, pouce opposable, gros cerveau avec pas grand-chose dedans) […] je demande que la peine de mort ne soit prononcée contre les animaux que lorsqu’ils nous sont évidemment et sérieusement nuisibles (Ouais vous savez le coup du PRESUME coupable ! Pas de raison que les animaux n'en profitent pas aussi). Quand, comme il arrive le plus fréquemment, les pièces du procès que nous avons la prétention d’intenter à tous les êtres vivants sont incomplètes ou contradictoires, je demande l’acquittement des accusés. […] l’humanité nous commande la bienveillance envers des frères inférieurs (inférieurs, inférieurs, faut voir !).Nous en détruisons bien assez pour nos besoins, et, aussi, inconsciemment, par le seul fait des modifications que notre civilisation apporte à la surface de la planète ». (Bien vu Fernand !)

En s'interrogeant sur l’opportunité de diviser les animaux en utiles et en nuisibles, Fernand Lataste développe simultanément un regard critique sur les relations entre l’homme et la nature.

Quatre ans plus tard, en 1888, Fernand Lataste confirme son opinion : « […] si le classement de toutes les espèces animales qui peuplent la planète en deux groupes, celui des utiles et celui des nuisibles, répond à des intentions louables (bon admettons), il constitue, dans la plupart des cas, une entreprise absolument disproportionnée à nos connaissances actuelles (Je ne lui fais pas dire). Or, dans le doute, il faut surtout s’abstenir de détruire. (Ca ne serait pas le principe de précaution ça ?) Bien assez d’animaux ont déjà disparu ou sont en train de disparaître, soit par le fait direct de l’homme qui tirait profit de leurs dépouilles, soit par suite des modifications apportées par la civilisation à la surface de la planète (pour mémoire écrit en 1888, oui j'insiste !) : à ces causes de destructions, il ne faut ajouter qu’à très bon escient les proscriptions systématiques. […] En outre, il ne faut pas dégrader notre habitation planétaire, qui risque de n’être bientôt plus peuplée que par les espèces domestiques ou parasites (Ben je crois que le but est presque atteint surtout du côté des parasites s'pas). Enfin, les forces vivantes de la nature sont dans un état d’équilibre dont la rupture peut entraîner de redoutables catastrophes. Il y a là un appareil très compliqué, dont les rouages sont à la portée de notre vue et de notre main, mais dont nous ne connaissons pas le jeu, et auquel nous ne devons toucher qu’avec la plus extrême réserve. (Cf Mickey, Fantasia et Paul Dukas) […] Là [en introduisant le lapin en Australie (et si j'ai bien vu en jetant un petit coup d'œil sur internet en 1995 le problème n'était pas encore résolu et ne l'est certainement pas encore)], nous forçons l’espèce, le mal ne sera pas sans remède. Mais si, mal à propos, nous détruisons une espèce, ce sera pour l’éternité ». (Bonjour les apprentis sorciers, je crois que vous avez déjà multiplié un sacré paquet de balais).

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRmregAXIQ-wQM3N8OrTTrKDgY5nXbyyhs669AmGNEc6blh8wtaMVQE7NNa5A

Partager cet article
Repost0
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 00:39

Je vous présente les deux "filles" d'une de mes amies (Cathy qui m'a soufflé l'idée de la licorne de Bigorbourg)

La charmante Charlotte, l'aînée

Charlottebis-copie-1.JPG

Et la très mignonne Sitia (je sais, je sais, elle ressemble énormément à ma Thalis)

sitiabis

Comme vous le voyez ces deux demoiselles savent ce qui est bon pour elles ! Vous pouvez également constater à leurs pauvres petites bouilles qu'elles font partie des chats maltraités !

Partager cet article
Repost0
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 00:59

Un très joli prénom pour la Cour de Récré de Jill Bill.

Bon aujourd'hui je ne vais pas vous faire de jeu de mots un peu limite avec le prénom Fanchon, je ne vais même pas laisser traîner une allusion au foulard du même nom. Non aujourd'hui, j'annonce tout de suite la couleur, Fanchon est une amie de Léonce et son prénom ne lui pose pas de problème. 

Entrons maintenant dans le vif du sujet et de notre histoire. Cette jeune demoiselle est une contemplative. Rien ne lui plaît plus qu'aller se promener en forêt pour prendre des photos, faire des croquis ou simplement s'installer au pied d'un arbre avec un bon livre. 

Comme aujourd'hui il fait beau, notre jeune amie s'est préparé un agréable pique-nique qu'elle compte aller déguster au pied d'Irénée le grand chêne, roi de la forêt. Elle ajoute à son panier (non pas un petit pot de beurre et une galette !) de quoi dessiner, elle a bien envie d'essayer de croquer (non pas la pomme, c'est fini oui ?) l'arbre superbe qui veille sur Bigorbourg.

Elle part d'un bon pas, une oreille tendue vers les sons de la forêt, l'autre bercée par la musique zen qui sort de son Ipod, contemplative oui, mais moderne quand même et comme c'est une fille elle est parfaitement en mesure de gérer plusieurs tâches en même temps. Bref, la technologie alliée aux harmonies de la nature (merci à Monsieur Bernardin de Saint-Pierre pour la fin de cette formule, j'avoue je viens juste de découvrir qu'il n'avait pas écrit que Paul et Virginie, mais je m'égare).

Donc, voilà Fanchon qui arrive en vue d'Irénée, admirative elle détaille le bel arbre, se demandant si elle va arriver, avec ses crayons, à rendre au moins une partie de sa magnificence. Elle soupire de bonheur et s'avance vers le géant.

Avant de sortir ses instruments de travail, elle commence par déballer son pique-nique.

Une nappe colorée, des assiettes, un verre, des couverts, une jolie serviette brodée, oui le côté artiste de Fanchon aime les belles choses.

Ensuite les provisions. Là aussi, elle s'amuse à composer une nature morte qui aiguise aussi bien la vue que l'appétit.

Le rouge des tomates, des betteraves et des fraises, le jaune de la mayonnaise, de la pomme et de la poire, le blanc des œufs durs et du sucre, le rose des radis, le vert de l'avocat et des cornichons, le bleu de ses bonbons à la menthe préférés, l'orange de son jus de fruit, le noir de sa tablette de chocolat, Mademoiselle Fanchon aime les bonnes choses, pour tout dire elle est même gourmande (et non, pratiquée avec modération, la gourmandise n'est PAS un vilain défaut). Enfin satisfaite de sa présentation, elle attrape son carnet de croquis et commence à tourner autour d'Irénée, très content d'être ainsi le centre de l'attention de cette charmante personne.

Ses yeux le détaillent pour trouver le bon point de vue, la petite particularité qui fera un bon sujet de dessin.

En repassant devant sa nappe, il lui semble bien que quelque chose n'est pas tout à fait comme elle l'a laissé.

"Tiens c'est bizarre, il me semblait que j'avais pris trois tomates. Bon j'ai dû me tromper"

Et elle repart en chasse.

Au deuxième tour, elle pile à nouveau devant son repas.

"Ah, là c'est sûr, mon bouquet de radis est plus petit ! Y aurait-il un voleur dans les parages ?"

Elle décide de s'embusquer derrière Irénée pour surveiller son pique-nique.

Tout à coup, juste au-dessus d'elle un craquement, elle lève vite le nez, un écureuil serait-il le coupable ? Lorsque deux secondes plus tard son regard revient sur la nappe, elle reste bouche bée.

"Ma poire, où est ma poire ?" 

Ah, Fanchon est toute dépitée d’avoir manqué son pillard. Elle retourne donc se cacher bien décidée à ne plus se laisser distraire. Mais rien à faire, un craquement ici, un piaillement là-bas et ses yeux quittent son repas. Résultat, il y a de moins en moins de bonnes choses sur sa nappe. Il ne reste plus que les plus petits aliments, l’avocat, le chocolat et les bonbons, c’est très étrange, en ce qui la concerne le chocolat se serait déjà envolé depuis longtemps.

Fanchon ne sait plus trop si elle doit se fâcher et tout remballer ou s’entêter.

Mais comme au dernier rapt, il lui a bien semblé entendre un petit rire, elle décide de s’accrocher et de continuer son guet.

Et voilà que brusquement, elle entend

"Ouille"

Elle se dépêche de bondir et elle a le temps de voir quelque chose de blanc filer. Sur la nappe, plus d’avocat ! Mais qui peut bien être ce détrousseur si rapide ?

Maintenant, Fanchon entend bien connaître le fin mot de l’histoire. Mine de rien, elle fait semblant de s’éloigner en secouant la tête comme si elle était découragée et s’en allait.

Elle s’est à peine engagée dans le sentier que

"Atchoum, aïe ça pique !"

Vive comme l’éclair, elle se retourne et tombe nez à nez avec !?!?

"Une licorne, mais ce n’est pas possible ça n’existe pas !"

"Comment ça je n’existe pas ? Tu vois bien que si j’existe" répond une minuscule licorne haute comme trois pommes et un marron et dodue comme un poupon.

Fanchon a vite fait de reprendre son sang froid (on est bigobourgeoise ou on ne l’est pas !)

"Je vois bien que tu existes petite chapardeuse"

La petite créature la regarde avec de grands yeux bleus innocents et répond avec la plus parfaite mauvaise foi.

"Même pas vrai !"

"Ah oui ? Et c’est normal que ta corne ressemble à une brochette de fruits et légumes ?"

En effet, toute la nourriture chipée est embrochée sur la longue corne torsadée de la mini-licorne.

Un peu boudeuse la bestiole s’approche de Fanchon et demande "Euh tu pourrais enlever ce truc vert, il ne veut pas bouger"

Fanchon s’esclaffe tout en dégageant la corne "Les avocats ont un beau noyau n’est-ce pas et je suppose que tu n’as pas apprécié mes bonbons à la menthe ?"

"Non, ça pique ces trucs là" elle jette un coup d’œil par en-dessous à Fanchon "Dis-tu veux bien que je goûte au truc noir, je n’ai pas réussi à le piquer"

Fanchon se met à rire "D’accord, mais on partage aussi tout ce que tu m’as chipé"

La petite licorne se met à cabrioler "D’accord, d’accord. Tu veux bien être ma copine ?".

Fanchon en est estomaquée, quel curieux langage pour une créature magique, mais elle est vraiment trop craquante.

"OK, mais tu me laisses te dessiner. Et c’est quoi ton nom, moi c’est Fanchon"

"C’est joli, moi c’est Chipette !"

"Eh bien voilà un prénom qui te va comme un gant".http://us.cdn2.123rf.com/168nwm/yayayoy/yayayoy1208/yayayoy120800023/14961572-decrit-mignon-licorne.jpg

Et le reste de la journée se passe en dégustation, en jeux, en rire et en discussions, Chipette est une grande bavarde et trouve que le chocolat "C’est hyper" (quand je vous dis que le monde magique n'est plus ce qu'il était !).

Lorsque la journée se termine, les deux nouvelles amies se quittent très contentes l’une de l’autre et Fanchon repart avec des dessins de licorne qui vont sûrement beaucoup plaire à Léonce.

Merci à ma copine Cathy qui m’a donné l’idée du pique-nique et de la licorne.

Partager cet article
Repost0
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 00:38

Après la "Boite à rêves" Quichottine (ici) propose un nouveau défi pour un recueil collectif. Le thème est donc "La marguerite des possibles". Comme pour le moment l'inspiration ne vient pas pour un écrit, je lui propose des photos pour décorer les textes. J'ai déjà mis ces montages, mais une rediffusion permettra à mes petites fleurs de refaire le plein d'oxygène !

 

marguerite

 

marguerite1

 

marguerite2

 

margueritefeu

Partager cet article
Repost0
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 00:13

Je connaissais déjà Luc Arbogast depuis un moment, mais je viens de découvrir qu'il avait participé à la télé-réalité "The Voice". Je vous mets deux superbes exemples de sa voix hors du commun de contreténor (dans la seconde vidéo).

Du côté des anges sa voix est "normale" si je peux dire, mais quelle superbe chanson. (concernent les paroles, je pense qu'il faut plutôt lire "maudissant ma présence" plutôt que "Molly sent ma présence, mais ça n'engage que moi)

En ce qui concerne la seconde, il accompagne en direct le patineur Brian Joubert et c'est magique (bon j'ai mis la vidéo avec les présentateurs russes ou allemands parce qu'ils ont le mérite DE SE TAIRE -ils ne deviennent vraiment bavards qu'à la fin-, ce qui n'est pas le cas des français qui gâchent allégrement ce moment avec leurs remarques stupides et incessantes, franchement on s'en fiche un peu que Brian ait eu la grippe !).

Dommage qu'un aussi magnifique artiste soit si peu connu ! Allez hop on a le frisson !


 

Partager cet article
Repost0
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 19:00

Mon essai de photo séquence vous ayant bien plu, je vous mets ci-après un lien vers le site où tout est expliqué. En fait c'est plutôt simple à réaliser. Je n'avais pas de pied, j'ai donc un peu triché en recadrant mes photos et en jouant avec la hauteur des filtres. J'utilise le logiciel Photofiltre 7, gratuit et très correct pour s'amuser un peu.

Donc pour l'explication détaillée c'est ICI

Partager cet article
Repost0
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 00:29

Je me suis essayée à la technique de la photo séquence, et ma foi pour un essai je suis plutôt satisfaite de moi (il n'y a pas de mal à se faire du bien).

 

sequence1

Partager cet article
Repost0

Bonjour À Tous

  • : Mon carnet à Malices
  • : Ecriture, créations en fimo et autres modelages, lecture (fantastique, fantasy, thriller, humour), nos félins domestiques dans tous leurs états, photographie, musique
  • Contact

Rechercher

Mais encore

En Stock