Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 00:10

Il y avait le thème "Feu", n'ayant pas de cheminée j'ai un peu triché en mettant un tableau en fimo. Mais j'avais oublié que la photo d'après n'aurait pas été mal non plus.

Chemin--eG.jpg

PA080052.JPG

Et pour le thème "Haut perché" c'était celle-ci, et je suis très fière de dire qu'elle a terminé 5ème !

PA110197.jpg

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 00:01
Ca faisait un moment que cette façon de présenter les photos me tentait. Merci à Trinity de m'avoir donné l'adresse. Bon ce n'est pas encore au point, mais c'est amusant à faire.

http://i12.servimg.com/u/f12/09/02/08/06/rougeb10.jpg

http://i12.servimg.com/u/f12/09/02/08/06/coquel10.jpg

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 00:12
Nouveau prénom de notre Bigornette

Apolline est la petite amie d'Aymard le canard.

C'est une fort jolie cane sauvage qui a atterri, enfin je veux dire amerri dans la mare d'Aymard un beau jour de printemps.

Un peu tête en l'air, elle s'était éloignée de son groupe et faisait une halte sur le clocher de l'église. Igor lui avait conseillé de visiter le cours de l'Olive et d'aller saluer de sa part la bande de canards de l'étang, elle y serait bien reçue.

En bonne touriste, Apolline avait suivi les conseils du vieux sage.

Après avoir musardé au-dessus de Bigorbourg elle avait fait une arrivée remarquée au milieu de la petite bande d'Aymard.

Il faut dire que si elle est brillante voleuse (je l'entends dans le sens de voler avec des ailes, pas de chaparder), elle est même capable de faire des loopings c'est dire, elle est en revanche très peu douée pour les atterrissages et casse régulièrement du bois.

Ce jour-là donc, elle fit un plouf retentissant juste devant le bec d'Aymard qui pris une bonne douche.

Il s'apprêtait à incendier copieusement la coupable lorsqu'il se noya (un comble pour un canard) dans deux grands yeux noirs. Son petit cœur de canard ne fit qu'un tour et il pris un bon coup de jus (forcément, un coup de foudre dans l'eau et c'est parti pour l'électrocution !).

Apolline le tira donc de l'eau et lui fit du bec à bec.

Aymard cru être arrivé au paradis des canards.

Tout bêta il ne sut que bredouiller "quoi, quoi, quoi"

Mutine Apolline lui fit remarquer qu'il n'était pas de la bonne couleur pour coasser, ce qui cloua le bec à notre bégayeur.

La belle le planta là, elle se restaura d'un petit poisson qui passait par-là bêtement et repris son vol.

Le pauvre Aymard n'était plus en état de mettre une palme devant l'autre, il traînait son vague à l'âme de la ferme à l'étang, de l'étang à la ferme. Tous ces compagnons s'inquiétaient, lui habituellement si joyeux n'était plus que l'ombre de lui-même. Que se passait-il ?

Après un interrogatoire serré, comme savent si bien les mener les mères, maman Cane finit par arracher des aveux à son caneton (si, c'est pour les mères canes comme pour les mères humaines, leurs enfants même adultes restent leur bébé, enfin leur oisillon).

Pas de doute, le pauvre était malade, malade d'amour et en plus il avait choisi une vagabonde qui repartirait avec les premiers froids, Maman Cane en était sûre, il n'y survivrait pas. Elle prit donc les choses en main.

Avec une parfaite mauvaise foi, elle décida que tout était de la faute d'Igor, après tout c'est lui qui avait indiqué leur mare à "l'étrangère". A lui donc de réparer les dégâts, non mais !

Petit problème, Maman Cane n'était pas en mesure de voler jusqu'en haut du clocher. Connaissant le secret d'Igor, capable de voler quand les cloches sonnaient, elle demanda à Venceslas l'âne peintre de lui dessiner vite fait un petit rébus pour Anthelme le sonneur de cloches, bedeau, fossoyeur.

Venceslas par amitié pour Aymard s'exécuta.

Maman Cane prit donc le chemin de l'église son dessin dans le bec et le déposa au pied d'Anthelme, comme il semblait ne pas s'en préoccuper, elle lui pinça (en douceur) le mollet. L'homme et la cane se fixèrent.

Anthelme habitué à en voir de drôle ramassa et déchiffra le message, alla voir Père Paterne qui lui donna le droit de sonner les cloches, il ne savait pas pourquoi, mais un dessin de Venceslas n'est jamais à négliger.

Dès que les cloches se mirent en branle Igor s'envola et atterri près de Maman Cane qui lui vola dans les plumes, bon façon de parler vu qu'Igor étant en métal, Maman Cane n'avait pas envie de s'abîmer le bec.

Elle lui expliqua les malheurs de son rejeton et la responsabilité qui était la sienne.

Igor, philosophe, ne releva pas la mauvaise foi maternelle et promit d'essayer de rectifier la situation.

Dans les jours qui suivirent les habitants étonnés virent une multitude de canards sauvages et d'oiseaux de toutes races tourner autour du clocher.

Igor battait le rappel des troupes pour arriver à localiser la belle Apolline.

Après quelques jours d'angoisse pour la famille d'Aymard qui le voyait fondre à vue d'œil, elle fut repérée par un pigeon, ça ne pouvait pas mieux tomber, celui-ci ayant entendu une fable d'un certain La Fontaine sut trouver les mots pour convaincre la belle d'accorder un peu de son temps à son amoureux transi.

La douce n'avait pas un cœur de pierre, elle se rendit donc à la mare d'Aymard. Celui-ci dûment entraîné par Maman Cane sut se montrer à la hauteur, il retrouva la parole pour se faire poète, apporta à sa dulcinée fleurs fraîches et libellules, mais par-dessus tout il arriva à rester lui-même et la fit rire, la partie était gagnée.

Et lorsque les canards sauvages repartir en automne, Apolline fit le choix de rester avec la tribu http://le.coloriage.free.fr/maxi/cane.jpgde la mare, on lui fit une place au chaud pour qu'elle ne souffre pas du froid et la nuit de Noël, elle accompagna fièrement Aymard à la messe de minuit.

Et peut-être bien que ce printemps, Maman Cane deviendra Grand-Maman Cane, en tout cas elle attend avec impatience !

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 00:54

Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates - Mary Ann Shaffer et Annie Barrows

Comme j'ai mentionné ce livre dans le tag bouquin de la semaine dernière, en voici ma "critique"

http://www.decitre.fr/gi/12/9782841113712FS.gifRésumé Decitre : Janvier 1946. Tandis que Londres de relève douloureusement de la guerre, Juliet, jeune écrivain, cherche un sujet pour son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d'un inconnu, natif de l'île de Guernesey, va le lui fournir? Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre un monde insoupçonné, délicieusement excentrique; celui d'un club de lecture au nom étrange inventé pour tromper l'occupant allemand: le "Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates". De lettre en lettre, Juliet découvre l'histoire d'une petite communauté débordante de charme, d'humour, d'humanité. Et puis vient le jour où, à son tour, elle se rend à Guernesey... Fantasque, drôle, tendre et incroyablement attachant... Bienvenue dans le Cercles littéraire des amateurs d'épluchures de patates!

Mon avis : Alors d'abord le vrai nom de ce club est en réalité "Le Cercle des amateurs de littérature et de tourte aux épluchures de patates de Guernesey" ce qui faisait un peu long pour un titre en français. Ce livre uniquement constitué de lettres échangées par les divers protagonistes est une petite merveille. Je l'ai dévoré avec bonheur, il entre sans problème dans mon Top 10. Dans la première partie Juliet est à Londres quand elle commence à correspondre avec les membres de ce drôle de club de lecture. Lettre après lettre on découvre la personnalité des uns et des autres, mais aussi les petits et les grands actes d'héroïsme de certains, les petites et les grandes lâchetés de certains autres, la peine, le deuil, la joie, l'optimisme, la solidarité, bref tout ce qui fait la vie, mais amplifié encore par l'occupation allemande et même certains de ces occupants sont sympathiques malgré tout. Des passages particulièrement émouvants comme l'euthanasie des animaux de l'ile abandonnés par leurs maîtres partis en Angleterre, le départ des enfants pour les mettre à l'abri, le détail de la première caisse de vivres reçus par les habitants à la libération et bien sûr la personnalité attachante de la fondatrice du Club Elizabeth. Dans la seconde partie, Juliet arrive à Guernesey et tombe sous le charme de l'île et de ses habitants comme nous bien sûr. Bref je vous recommande vivement de prendre une grosse part de cette tourte insolite et savoureuse !



Partager cet article
Repost0
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 00:18
Ca doit vous rappeler quelque chose ça non ?



Et un peu moins classique

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 10:59
Voilà un autre monstre, presque aussi effrayant que le précédent

furie1.jpg
Partager cet article
Repost0
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 00:47
Thème de Photographe du Dimanche.
Voilà la Peste noire se répandant sur le monde. Cette statue de cire du Musée Grévin était particulièrement impressionnante.

http://i12.servimg.com/u/f12/09/02/08/06/p6140310.jpg
Partager cet article
Repost0
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 00:31
Et voilà le thème bien sympathique du Casse tête de la semaine de Lajemy. Il y a plusieurs choses.
Bien sûr pour moi un bon livre éventuellement accompagné d'un petit café viennois, si c'est avec ma minette sur les genoux c'est encore mieux (mais là il faut se méfier je vous mets un petit texte à ce sujet après).

http://i18.servimg.com/u/f18/09/02/08/06/pb230010.jpg

Il y a aussi le soir la pause câlin-brossage aussi bien appréciée de Mademoiselle que de moi, ça détend bien après la douche et la journée de boulot.

P6290026.jpg

P6290023.jpg

Pour Miss Thalis il y a bien évidemment la sieste, éventuellement nichée dans le placard à vêtements.

P1020652

P9230034
Partager cet article
Repost0
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 00:30

Pour montrer à quel point nos chats ont su nous dresser, quelques mots sur le chat, la sieste et son deux pattes.
Chères amies, heureuses possessions d'un chat, vous ne devriez pas me contredire je pense en lisant la suite.
Vous rentrez du boulot, un petit passage sous la douche histoire de se détendre, et ensuite vous espérez (dans votre grande naïveté) faire une grosse séance de câlin, cocooning avec votre amour à 4 pattes poilu. Prévoyante (après être passé aux toilettes), vous avez disposé autour de vous de quoi boire (de l'eau, du thé, du café, du porto, bref ce que vous voulez), de quoi allumer la télé au cas où il y aurait pour une fois quelque chose d'intéressant, votre téléphone (on ne sait jamais), de quoi vous occupez agréablement (livre, mots croisés, broderie, vos comptes éventuellement, fimo pas trop évident), après avoir vérifié que rien ne vous manque vous vous installez voluptueusement dans votre fauteuil avec en prime un plaid ou un châle sur les genoux pour tenter encore plus votre petite gueule d'amour poilue. Et VOUS ATTENDEZ, la bestiole arrive, tournicote autour de vous, vous regarde d'un air interrogateur "c'est quoi tout ce bazar ?" et ELLE VOUS SNOBE et va s'installer dans son panier où elle s'endort sereinement, pendant que vous restez le bec dans l'eau à fulminer "mais bon sang pourquoi ai-je pris un chat ?".
A l'inverse, vous voilà samedi en début d'après-midi, vous avez votre ménage à faire, le repassage, éventuellement d'autres corvées ménagères (à vous de choisir), vous vous asseyez dans votre fauteuil deux minutes afin de lire votre courrier avant de vous attaquer à vos corvées, et qui arrive sur ses petites pattes délicates, la frimousse innocente ??? Votre démon poilu qui d'un bond gracieux atterri sur vos genoux, se débarbouille conscieusement, à ce stade là vous ne vous méfiez pas encore, de toute façon vous n'avez pas encore fini de survoler le monceau de pub trouvé dans votre boite à lettres, et puis tout à coup, pouf l'adorable petite boule douillette s'endort tout benoîtement. Seulement, là, vous n'avez pas pris vos précautions, vous n'avez rien sous la main pour vous occuper ou plutôt si vous avez de quoi vous occuper mais ailleurs que dans votre fauteuil. Mais le chérubin endormi sur vos genoux est tellement craquant que vous patientez un peu, beaucoup, passionnément (après tout le ménage c'est pas vital), seulement arrive un moment où vraiment un petit tour aux toilettes serait le bienvenu. Vous commencez donc (sournoisement) à gigoter un peu, beaucoup, passionnément. Un oeil (doré, vert, bleu c'est selon) vous regarde avec reproche "quoi je condescends à m'installer sur tes genoux (pas vraiment confortables d'ailleurs si je peux me permettre) et toi tu oses bouger, quelle ingratitude ces deux pattes". Vous bien sûr vous culpabilisez et vous résignez à attendre que la délicate petite créature ait terminé sa petite sieste réparatrice (avec un peu de chance vers 17 heures) pour enfin vous précipitez aux toilettes. Désormais vous laisserez toujours un ou deux magazines à portée de main histoire de ne pas passer l'après-midi à bailler aux corneilles transformée en coussin à chat et vous éviterez de boire dans la matinée.
J'exagère ??? Oh à peine.

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 00:31

Lady Marianne m'a gratifiée d'un tag, mais comme il parle livre je ne pouvais pas faire autrement que d'y souscrire (c'est y pas bien dit ça ?)

1- Corne ou marque-pages :

Marque page bien sûr ! Gare à celui que je surprends à corner une page !

2- As-tu déjà reçu un livre en cadeau ?

C'est effectivement un cadeau qu'on me fait souvent.

3- Lis-tu dans ton bain ?

Oui ça m'arrive, mais je prends peu de bains, je préfère les douches.

4- As-tu déjà pensé à écrire un livre ?

Un recueil de mes petites nouvelles ce serait chouette, mais je suis une fainéante, pas encore le courage de faire les démarches

5- Que penses-tu des séries de plusieurs tomes ?

Je me fais régulièrement piéger, je suis notamment une saga depuis plus de 20 ans, si ce n'est pas de la constance ça !

6- As-tu un livre culte ?

Trois en fait "le Seigneur des Anneaux" de Tolkien, "La forêt d'Iscambe" de Christian Charrière et "Féeries dans l'île" de Gerald Durrell.

7- Aimes-tu relire ?

Les livres précédemment cités ont été lus plusieurs fois. Maintenant que je travaille dans une bibliothèque il y a tellement de livres que j'ai envie de dévorer que je relis moins. Pas le temps de tout faire.

8- Rencontrer ou non les auteurs des livres qu'on a préférés ?

Pas spécialement et puis pas de chance pour moi, ils sont morts tous les trois

9- Aimes-tu parler de tes lectures ?

Ce n'est pas pour rien qu'il y a une rubrique à ce sujet dans mon blog.

10- Comment choisis-tu tes livres ?

Quand ils arrivent sur les chariots de mes collègues bibliothécaires, je relève aussi des titres dans les librairies et je leur propose pour commande. Généralement c'est d'abord le titre qui m'attire, puis bien sûr je lis la quatrième de couverture. Sinon, j'ai mes auteurs favoris que je prends systématiquement.

11- Une lecture inavouable ?

Je dois dire que les Anais Nin sont plutôt bien ficelés (enfin si on peut dire).

12- Des endroits préférés pour lire ?

Dans mon fauteuil ou dans mon lit.

13- Lecture en musique ou en silence ?

En silence.

14- Lire un livre électronique ?

Pas eu l'occasion, mais je crois que je ne serais pas trop à l'aise. J'aime la sensation du livre dans ma main, j'aime feuilleter (et regarder éventuellement la fin).

15 - Un livre pour toi ce serait ?

Surtout policier, thriller, fantasy, fantastique, humour, policier historique. En revanche un blocage complet sur les auteurs du XIXème trop de lectures imposées au lycée.

16- Lire par-dessus l'épaule ?

Très rarement, seulement si on m'y invite.

17- Lire et manger ?

Toujours, avec le livre coincée sous deux bouteilles (d'eau les bouteilles) pour le tenir ouvert. Sauf au restaurant bien sûr.

18- Quel est le titre que tu lis actuellement, quel sera le prochain ?

Pour le moment le délicieux "Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates". Ensuite je ne sais pas trop probablement un thriller

19- As-tu déjà abandonné la lecture d'un livre ?

Assez peu, mais si vraiment je n'ai pas accroché au bout d'une cinquantaine de pages je n'insiste pas et puis aussi Wolfen de Strieber qui m'avait collé une telle frousse que je n'avais pas osé le terminer.

20- Tu taggues qui ?

Je crois qu'il a déjà été bien diffusé, mais si quelqu'un ne l'a pas encore fait qu'il n'hésite pas.

Partager cet article
Repost0

Bonjour À Tous

  • : Mon carnet à Malices
  • : Ecriture, créations en fimo et autres modelages, lecture (fantastique, fantasy, thriller, humour), nos félins domestiques dans tous leurs états, photographie, musique
  • Contact

Rechercher

Mais encore

En Stock