Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 00:52
L'amie Mic avait proposé pour Photomadaire le thème du Thé pour cette semaine. N'étant pas une fana de cette boisson, j'ai laissé Mademoiselle Thalis faire le boulot.

Photo finale



Photo avant la photo finale quand Mademoiselle manifestait l'envie de flanquer une grande claque dans la bouille de ma pauvre théière chat, heureusement que le couvercle tient bien, sinon la tête voltigeait. Jalouse va !


Partager cet article
Repost0
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 00:48
Bon il y a un nouveau tag qui court. Montrer la 6ème photo de son 6ème album, enfin un truc comme ça, mais je ne suis pas sûre d'avoir bien compris et comme en plus je suis bien incapable de me souvenir quel est mon 6ème album, je montre la 6ème photo de chacun d'eux. Hop difficulté contournée. C'est Liza qui lançait le défi à tous les photographes du dimanche.

BD - Albums



Collection




Devinettes



Fimo



Fourre-tout




Mes photos



Nature




Poterie et pâte à sel



Saint Sébastien de Morsent




Thalis



Images en vrac

Partager cet article
Repost0
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 00:36
Allez zou des petits articles rigolos prélevés dans Paris-Normandie. Nos amis allemands et autrichiens font encore très fort



Il aurait été intéressant de savoir combien il y avait de contraventions à la base !



L'histoire ne dit pas si ces ouvriers honnêtes ont reçu une récompense, ce serait la moindre des choses
Partager cet article
Repost0
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 00:47
La semaine dernière je vous proposais un Néo-zélandais qui chante en français, que diriez-vous aujourd'hui d'un allemand : Frédérik Mey, vous connaissez ?
Voilà une très belle chanson accompagnée d'un clip plutôt réussi.

Partager cet article
Repost0
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 00:01
Pour les Impromptus littéraires : Inspirez-vous librement de cette photo pour nous écrire une histoire ou un poème qui devra néanmoins comporter obligatoirement le mot décalage.


© crédit photo : Yannick Arnoud

La petite lumière voyage depuis longtemps déjà, enfin elle n'a pas une idée précise du temps mais qu'importe.
Elle voyage avec tout sa famille. Elle et les siens suivent à toute vitesse un long couloir qui les entraîne à travers des paysages très différents.
En regardant au-delà du couloir, tantôt elle voit d'étranges cités toute en hauteur, tantôt des longues étendues verdoyantes ou desséchées.
C'est très bizarre mais également très exaltant.
Parfois des membres de sa famille s'engouffrent dans des couloirs annexes et là c'est un adieu, jusqu'à maintenant ils n'ont jamais rejoint la petite lumière.
Et elle continue sa route à toute allure.

Elle traverse maintenant un endroit désertique peuplé de montagnes et de rochers.
Le flux qui l'entraîne semble ralentir un instant.
Alors la petite lumière sort à nouveau de son couloir pour observer d'un peu plus près le monde qui l'entoure.
A quelques mètres d'elle se tient un de ces insolites objets qu'elle a déjà eu l'occasion d'observer rapidement, ça se tient droit sur deux excroissances et ça avance sans avoir besoin d'un couloir, cela laisse la petite lumière très perplexe.
La chose qui elle aussi l'a aperçue la regarde étonnée et émerveillée aussi. Quelques instants auparavant elle se désolait devant ce grand poteau planté au milieu de la belle nature. Ce décalage entre son monde de paix et ce représentant d'une vie trépidante, la rendait triste.
Et voilà qu'un petit miracle se présente, une petite étincelle qui sort de ce câble noir et laid et qui semble éclairer tout le paysage autour d'elle.
Le moine sourit, adresse un petit signe à la petite lumière qui avant de repartir dans son couloir danse une dernière fois pour lui.
Elle fonce à nouveau vers son destin.
Le moine, serein, repart vers son monastère un léger sourire aux lèvres. Parfois la laideur apporte aussi la beauté.


Partager cet article
Repost0
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 00:00

Pour Dana et son Thème de la semaine des grimaces, mais pas les miennes, celles de ma minette. Parce que mine de rien certes les chats sont de gracieuses petites bêtes, délicates et tout et tout, mais des fois, ben, ça a quand même une drôle de bouille.
Démonstration par l'image.













Partager cet article
Repost0
7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 00:28

L'échelle de Dionysos - Luca Di Fulvio

Résumé Decitre : 31 décembre 1899. Premier d'une longue série, un carnage à La Mignatta (la Sangsue), repaire des voleurs, violeurs, prostituées et misérables rejetés par la ville, ensanglante le siècle nouveau. Dans cette zone de non-droit, reclus dans leurs somptueuses villas, vivent aussi les riches actionnaires d'une sucrerie. Tel un Dionysos saisi par une orgie de violence, le " monstre assassin " s'est acharné sur le corps de leurs femmes. Muté au cœur de cette poudrière, l'inspecteur Milton Germinal, héroïnomane repenti, tente de décrypter la signature du tueur dans ses rituels macabres. Une descente aux enfers qui le sauvera, ou le mènera à sa perdition. Car celui qu'il traque semble prêt à franchir tous les paliers de l'horreur pour atteindre son but mystérieux... Retrouvant l'émerveillement des lectures adolescentes, Luca di Fulvio nous ramène à la grande tradition du feuilleton dans ce qu'il a de plus noble.Sombre, complexe, original, ce thriller fulgurant aux dimensions de tragédie antique nous fait dire que Dickens, Hugo, Dumas et Zola ont enfin rencontré Thomas Harris !

Mon avis : Un excellent roman même si on ne sait pas trop si l'action se passe en Italie ou en Angleterre. Des personnages attachants et en effet une action digne des grands feuilletons du XIXème, le style alambiqué en moins. En plus, une sacrée plongée dans le monde des différences entre riches (très) et pauvres (encore plus). Une chose intéressante également, et je crois que c'est la première fois que je tombe sur cette façon de clore un livre : en dernière partie, une fois que l'histoire en elle-même est terminée, l'auteur reprend la génèse des personnages et l'enchainement des faits qui a conduit à ce paroxisme de fureur à l'aube du XXème siècle, c'est plutôt sympa parce que bien souvent on reste sur notre faim à ne pas savoir le pourquoi du comment, ce qui a vraiment forgé la personnalité d'un tueur et dans ce cas précis tout est expliqué et permet une meilleure compréhension de ses actes.

Partager cet article
Repost0
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 00:16
Pour Photomadaire une scène urbaine. J'en ai choisi une en intérieur. Il s'agit du CinéZénith d'Evreux. S'il y a si peu de monde c'est parce que c'était dimanche matin. Vous voulez savoir ce que j'ai été voir ? Eh bien il s'agissait de "Coeur d'Encre" c'est peut être plutôt pour les ados, mais j'ai adoré, forcément, des personnages de roman qui investissent la vie réelle ça ne pouvait que me plaire.

Partager cet article
Repost0
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 00:38

Vous avez bien deviné qu'il fallait aussi regarder à l'envers. Ces charmantes images (pour les petits) sont extraites de l'album "C'est qui" de Marutan.

 

Et un pingouin se transforme en veau

 

Un lapin en koala

Et un chat, en chien



Partager cet article
Repost0
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 00:31
Bon, vous le connaissez ce cher Greame, moi j'adore son petit accent.
Pas toute jeune cette chanson (1968), mais malheureusement toujours d'actualité.




Quand tous les affamés
Et tous les opprimés
Entendront tous l'appel
Le cri de liberté
Toutes les chaînes brisées
Tomberont pour l'éternité

On peut chanter tous les poèmes des sages
Et on peut parler de l'humilité
Mais il faut s'unir pour abolir injustice et pauvreté
Les hommes sont tous pareils
Ils ont tous le même soleil
Il faut, mes frères, préparer
Le jour de clarté

[Refrain]

On peut discuter sur les droits de l'homme
Et on peut parler de fraternité
Mais qu'les hommes soient jaunes ou blancs ou noirs
Ils ont la même destinée
Laissez vos préjugés
Rejetez vos vieilles idées
Apprenez seulement l'amitié

[Refrain]

On ne veut plus parler de toutes vos guerres
Et on n'veut plus parler d'vos champs d'honneur
Et on n'veut plus rester les bras croisés
Comme de pauvres spectateurs
Dans ce monde divisé
Il faut des révoltés
Qui n'auront pas peur de crier

Partager cet article
Repost0

Bonjour À Tous

  • : Mon carnet à Malices
  • : Ecriture, créations en fimo et autres modelages, lecture (fantastique, fantasy, thriller, humour), nos félins domestiques dans tous leurs états, photographie, musique
  • Contact

Rechercher

Mais encore

En Stock