Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 00:23
Ca faisait longtemps que je ne vous avais pas mis une petite devinette. Alors c'est quoi ce truc ?

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 00:25

Voilà la suite et la fin de mon édifiant conte de Noël

Bon, désolée pour les digressions, j'en reviens à mon histoire et tant pis à nouveau pour la concordance des temps.

Noire Suie est fatiguée, a mal aux pieds (bien que chaussées confortablement de chaussures de randonnée, je vous l'ai dit elle a la tête sur les épaules, elle ne se balade pas avec des talons de 10 centimètres) et elle commence à avoir froid parce que nous sommes, devinez, à quelques jours de Noël (ben oui, c'est un conte de Noël, moderne, certes, mais un conte de Noël quand même).

Tout à coup, au cœur de la forêt profonde et mal exploitée, elle voit une petite lumière.

Elle s'approche avec un minimum de prudence, en jeune personne avisée qu'elle est.

La maison est un rien délabrée, entourée d'un jardin en friches.

Avant de frapper à la porte, elle jette un coup d'œil par la fenêtre et découvre (non pas 7 nains, d'abord maintenant on dit personne à verticalité contrariée, et puis je ne vais pas faire cliché quand même) 7 (oui, je garde quand même le chiffre) jeunes gens à l'air (non pas patibulaires, c'est un conte pas un film gore, encore que quand on prend les contes de Grimm, Perrault et consorts, ils font plutôt fort dans la violence et la perversion), bref je reprends, je vous sens un peu perdu : Elle jette un coup d'œil par le fenêtre et découvre 7 jeunes gens à l'air sympathique et qui semblent bien s'amuser autour d'une fondue (bourguignonne ou savoyarde je vous laisse choisir). Rassurée, elle frappe à la porte, l'un d'entre eux vient lui ouvrir et pas plus surpris que ça de voir cette drôle de fille sur son perron, l'invite à entrer.
N'ayant pas l'intention de me creuser la tête à trouver des prénoms un peu classe ou originaux à ces garçons, je vais me contenter de les numéroter de 1 à 7.

Ayant pris place à table, Noire Suie raconte son histoire. Les jeunes gens sont impressionnés par la force de caractère de la jeune fille. Quant à eux, ils étaient il y a encore peu des étudiants dans tout un tas de spécialités, mais à voir la crise, ils n'avaient plus trop envie de se colleter à la vie active (eh ho, eh ho on s'en va au boulot, c'était pas trop leur truc) et avaient décidé de faire un retour à la terre. Ils avaient l'intention d'exploiter le bois et de faire de l'artisanat (créer quoi ils n'en savaient rien, mais étant d'incorrigibles optimistes, ils étaient sûrs de s'en tirer).

Bref, en bonne organisatrice, Noire Suie prend les choses en main.

Elle commence par lister les compétences des uns et des autres, elle comptabilise ses avoirs et ceux des 7 histoire de mettre en place une gestion équilibrée à l'abri des spéculateurs de tous poils.

Ensuite, elle met son petit monde au travail.

Réparation de la maison, nettoyage du jardin, premiers travaux de défrichage de la forêt alentour, mise en place des ateliers de création.

Ca tombe bien, grâce à l'analyse de ses questionnaires, il s'avère qu'ils ont parmi eux : un sculpteur, un peintre, un romancier, un ébéniste, un céramiste, un brodeur (pas de sexisme s'il vous plait) et un bijoutier, tous de talent.

Noire organise donc les circuits de distribution et tout roule.

En plus, cerise sur le gâteau, ils sont tous musiciens que demande le peuple !

La vie s'écoule donc très tranquillement dans la petite maison (non pas dans la prairie) de la forêt.

Et puis notre amie Noire se sent à nouveau démangeaisons dans les jambes et l'envie la reprend de voir du pays.

Elle décide de passer Noël (ben oui hein, c'est toujours un conte de Noël) avec ses amis avant de repartir vers de nouvelles aventures.

Le soir de Noël, après le réveillon ils décident d'improviser un concert et la belle voix de Noire s'élève dans la nuit.

Tout à coup on frappe à la porte.

L'un des compères va ouvrir, sur le seuil se tient un fort beau garçon noir mais avec des cheveux et des lèvres très pâles et des yeux d'un bleu quasi transparent (allez savoir quel voeu sa mère a bien pu faire !).
Bref perdu dans la forêt profonde, il a été attiré par la lumière et la voix pure de Noire.
Il s'appelle Blanc Neige (on ne rigole pas j'ai eu du mal à trouver et ce n'est pas pire que Noire Suie) et il est lui aussi musicien.

Dès que Noire et Blanc s'aperçoivent, c'est le coup de foudre.

Ils restent dans la petite maison jusqu'au jour de l'An, puis laissant la petite communauté des 7 derrière eux (mais on reste en contact bien sûr) s'en vont pour monter un groupe de rock symphonique qui va connaître un succès mondial.

Très sagement, au moment de mettre en route un petit, l'un et l'autre s'abstiennent de formuler un quelconque vœu.

Pardon ? Vous dites que mon conte n'est pas vraiment un conte !

Que vous faut-il ?

Voilà une jeune demoiselle au physique un peu bizarre, à l'intelligence au-dessus de la moyenne, affublée d'un prénom complètement débile et qui n'est pas maltraitée enfant, qui ne subit pas d'inceste, qui n'est même pas chahutée à l'école, qui lors de son périple n'est ni détroussée, ni violée, ni assassinée, qui vit sereinement avec 7 jeunes gens qui la traitent avec respect, qui trouve l'amour et qui devient célèbre sans tomber dans les excès, alors vraiment si ça ce n'est pas un conte de fées (pardon de Noël), qu'est-ce qu'il vous faut !!!

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 00:23
Une petite chanson de Pierre Bachelet qui est presque une façon de présenter des voeux

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 00:16
Les impromptus nous demandaient d'écrire un petit conte de Noël, en deux parties, voilà donc la première. La seconde ce sera pour plus tard, peut-être !

Il est une fois, non pas il était, parce que mon conte de Noël se passe maintenant, enfin presque.

Donc il est une fois, une jolie reine gothique qui, la nuit de Noël regardait la neige tomber (je sais la concordance des temps n’est pas au top, c’est fait exprès). Sur le blanc manteau vint se poser une plume de corbeau et un petit tas de suie (parce qu'il y avait un feu dans la cheminée).

Lorsqu'elle vit ce mélange la charmante reine formula le vœu de mettre au monde une petite fille au teint pâle aux cheveux et aux yeux noirs comme la suie et la plume (pardon, ça vous rappelle quelque chose ? Oui peut-être).

Neuf mois plus tard, naquit une charmante petite fille qui avait en plus des critères sélectionnés par sa mère, les lèvres d'un pourpre tellement foncé qu'elles semblaient noires (non la mère ne mourut pas en mettant son enfant au monde, il y a quand même le suivi pré et post-natal, la péridurale, les monitoring et tout et tout).

La petite fut appelée Noire Suie (comment ça Noire n'est pas un prénom ? C'est quoi cette ségrégation. J'avais une grand-mère qui s'appelait Blanche et une grand-tante Rose, personne n'y a rien trouvé à redire).

La petite demoiselle grandit entre les foyers de son père et de sa mère dont le groupe de rock s'était séparé et eux aussi par la même occasion (je vous ai dit que c'était un conte moderne).
La petite Noire n'avait pas à se plaindre, une semaine chez l'un, une semaine chez l'autre. Des parents cools et des beaux-parents plutôt sympas aussi (non pas de miroir magique, malheureusement ça n'existe plus trop ces trucs là).

La vie passait plutôt tranquillement entre l'école, puis le collège et le lycée et les tournées de ses parents en guise de vacances d'été.

Noire devint une excellente musicienne et une chanteuse de talent. Bon petit bémol, son étrange physique (je vous le rappelle un teint blanc, des cheveux noirs bleutés, des yeux tellement noirs qu'on en voyait pas la pupille et des lèvres noires), faisait un peu peur quand même à ses camarades. Ils avaient beau aimer le rock gothique c'était autre chose de voir un équivalent de Morticia Addams se promener avec eux.

Bref, arrivée à 16 ans, bac en poche, eh oui jolie, étrange, talentueuse et surdouée, Noire Suie en eut marre de sa vie trop bien rangée.

Elle fit son baluchon et partit sur les routes (non pas de chasseur pour lui arracher le cœur, je vous l'ai dit sa belle-mère était charmante et se fichait pas mal que Noire soit plus belle qu'elle).

Comme la demoiselle était débrouillarde, spécialiste en close combat (ça peut servir quand on se balade seule), elle visita l'Europe en faisant des petits boulots pour se payer le nécessaire (non pas de drogue, en plus de toutes ses qualités, elle avait aussi la tête sur les épaules et avait bien enregistré les spots publicitaires sur ce sujet et sur d'autres comme le tabac, l'alcool, la ceinture de sécurité, les dangers d'internet, le sida, etc, etc …).

Tout semblait aller pour le mieux, mais un jour ….

Un jour, la belle enfant se perdit dans une sombre forêt située où vous voudrez, je ne suis pas bonne en géographie, en tout cas pas dans la Beauce, là je sais qu'il n'y a pas de forêt profonde, bon remarquez bien que des forêts profondes on a de plus en plus de mal à en trouver aussi, mais je compte sur votre ingéniosité. Elle erra longtemps, ah oui c'est une forêt sans loup ni ours réintroduit je ne vais quand même pas me compliquer trop la tâche.

Bref, Noire Suie était perdue dans une forêt profonde et mal exploitée mais sans animaux sauvages plus gros qu'un renard, les cerfs et les biches avaient pris leurs cliques et leurs claques depuis longtemps, donc pas moyen qu'ils la guident, et puis soyons justes les animaux sauvages se méfient un tantinet des humains maintenant et on les comprend bien.

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 00:22
Pour Photographe du Dimanche et pour son délicieux thème sur la Gourmandise, je vous présente deux grosses gourmandes.

Mademoiselle Thalis (toute jeunette) faisant les yeux doux (et suppliants) à son jeune deux pattes. "Allez sois pas vache, tu m'en donnes dis !"



Et Mademoiselle Lapinette (notre lapine naine qui a vécu jusqu'à l'âge canonique de 11 ans) qui raffolait des spaghettis.

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2009 6 03 /01 /janvier /2009 11:10
Le thème de la semaine portait sur le savoir faire. J'en profite donc pour reprendre ces deux articles qui datent de mars 2008 et pour les compléter un peu. Un clic ici et un clic .

Bien j'avais donc laissé mon pauvre livre dans l'état où vous venez de le voir.

Que lui arrive-t-il après ?

Eh bien il passe tout d'abord dans ma machine àààà rrrreeeemmmeeetttre les pages d'aplomb, appellée aussi vibromasseur.


Beuh, arrête, j'ai mal au coeur.
Quand je vous dis qu'il n'est jamais content !

Ensuite je le mets dans ce que j'appelle mon berce-livre, un petit coup de colle dans un sens, et un petit coup de colle dans l'autre.


Pouah, beurk, c'est dégoûtant ce truc poisseux !


Ensuite, j'attrape un étau, deux feuilles de plastique pour que la colle n'adhère pas à l'étau et hop je serre pour que les feuilles se soudent bien.


Glurk, assez, assez, ça m'étrangle ce bidule, peux plus respirer moi !

Et voilà, ensuite on va se repose une nuit. Et la suite au prochain numéro.
Une nuit coincé dans ce truc, ça va pas la tête toi !!!
Râle pas tu vois bien que tu as des copains !






Partager cet article
Repost0
3 janvier 2009 6 03 /01 /janvier /2009 00:35

Tordu - Jonathan Kellerman

Résumé Decitre : Cette fois, l'inspectrice du LAPD Petra Connor est seule pour élucider un quadruple meurtre. Abattues par un tireur qui passait en voiture, les victimes ont été tuées au hasard. Une seule n'est toujours pas identifiée plusieurs jours après le massacre. Aucune piste et aucun mobile apparent. Résoudre l'affaire semble voué à l'échec jusqu'à ce que Petra décide de filer un témoin dont la vie paraît très fortement menacée. Mais l'inspectrice n'est pas au bout de ses peines : au commissariat, certains aimeraient bien lui saboter son enquête et, côté cœur, sa vie sentimentale n'a rien d'enthousiasmant. Et voilà qu'un petit génie des statistiques lui est adjoint comme stagiaire. En plus de devoir lui apprendre les ficelles du métier, Petra découvre que monsieur aurait des idées sur l'affaire. Celle-ci aurait deux points communs avec d'autres meurtres non résolus : les victimes ont été tuées de la même manière et à la même date. Et cette date approche...

Mon avis : Bon déjà voilà l'exemple type d'un résumé qu n'a pas grand chose à voir avec le livre. Il n'y a pas une seule enquête mais belle et bien deux, la fusillade sur laquelle Petra travaille en solo, et une enquête sur des meurtres en série découverts par le jeune stagiaire au demeurant timide et plutôt sympathique ce que ne fait pas ressortir le résumé. Enfin, quand un monsieur vous propose de vivre avec lui peut-on dire que sa vie sentimentale n'est pas enthousiasmante. Bref, le roman en lui-même est bien ficelé et on suit avec intérêt les deux enquêtes et heureusement qu'Eric le partenaire et amant de Petra est là pour lui donner un coup de main, parce que c'est vrai que la pauvre n'est guère soutenue par sa hiérarchie, quant au tueur en série son mobile sort de l'ordinaire. Bref, un Kellerman tout à fait honnête.

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2009 5 02 /01 /janvier /2009 00:19
Pour Photomadaire sur le thème de l'attente, voilà "Attente de renaissance"



Partager cet article
Repost0
1 janvier 2009 4 01 /01 /janvier /2009 00:01

Sachez-le à cause du Défi du samedi, nous avons failli ne pas passer en 2009.

Nous sommes le 31 décembre, il est 23h59, et un incroyable obstacle empêche le monde de basculer dans la nouvelle année. Quel est-il, ce terrible contretemps?
Vous saurez l'éviter pour garantir le passage à la nouvelle année.

Le Maître du Temps est drôlement embêté.

Il voit bien qu'il y a un problème dans sa horloge à eau, il manque une goutte, une toute petite goutte.

Or cette toute petite goutte représente la minute avant le début de la nouvelle année.

Bon vous me direz une horloge à eau, ça fait un peu vieillot.

Certes, mais le Maître du Temps y est attaché. Ca fait des milliers d'années qu'il s'en sert et les inventions nouvelles comme les horloges atomiques et autres ne lui plaisent pas. Et puis, il faut le reconnaître elle a de l'allure cette horloge à eau.

Seulement voilà, il y a une toute petite brèche tout en haut et lorsque l'eau prévue pour l'année qui finit de s'écouler y a déversée, la petite goutte de la dernière minute en a profité pour prendre le large.

Et le voilà donc à une minute de la nouvelle année dans les premiers pays à changer d'année avec des gugusses qui restent coincés sur "plus qu'une minute, plus qu'une minute, plus…." Bref c'est agaçant.

Ailleurs, d'autres n'arrêtent pas de lever une jambe pour la poser hors du lit, ailleurs encore une bombe est sur le point d'éclater encore quelques instants à vivre pour les innocents de l'autre côté, ici un enfant cherche à naître tandis qu'un vieillard aspire au repos, là la voiture n'a pas encore embouti l'arbre, là les lèvres de la mère restent à quelques millimètres de la joue de son enfant. Bref le monde est bloqué à cause d'une toute petite goutte.

Où est-elle donc passée ?

Ah, la voilà qui zigzague tous azimuts cette petite friponne.

Au début de cette année elle a bien vu qu'elle pouvait passer une année à se promener, plutôt que de rester enfermée avec ses sœurs dans ce bidule bizarre, alors elle en a profité.

Elle s'est étirée, et plop elle s'est évadée du château du Temps.

Et depuis elle se balade dans le monde.

Elle en a vu des choses, des belles, des moches. Elle s'est amusée avec ses frères et sœurs de l'extérieur, pluie, neige, grêle. Elle s'est baignée avec ceux des rivières et des mers, même si parfois (enfin même souvent) ils n'étaient pas vraiment propres. Elle s'est attardée sur les fleurs avec ses cousines rosée. Elle s'est mêlée aux pleurs d'un enfant battu. Elle a glissé quelques instants sur les lèvres du soldat mourant pour le soulager. Elle a joué à créer des arcs-en-ciel. Bref, elle a profité des beautés et des horreurs du monde.

Maintenant, il est temps pour elle de rentrer à la maison. Elle sait que le Maître du Temps l'attend avec impatience pour que l'ancienne année s'achève et que la nouvelle commence. Elle est d'ailleurs un peu en retard, mais si peu. Une chose est sûre, pourvu que la petite brèche ne soit pas rebouchée pour qu'une petite minute de temps puisse être libre l'année prochaine de parcourir le monde à son tour.

Voilà le château du temps est là, elle se glisse dans la horloge à eau et dégringole jusqu'au fond, son rôle est rempli et elle emporte pleins de souvenirs à raconter là où elle va.

"Zéro, 2009 bravo"

"Allez au boulot il faut tout préparer pour ce soir"

"Déflagration… le sang gicle, la mort s'invite"

"Ouinnnnnn, bravo Madame voilà un beau petit garçon et attention voilà votre petite fille qui s'annonce"

"Adieu à tous, j'ai bien vécu"

"Bon sang quel choc ! Heureusement que j'étais attaché"

"Oui mon amour, un gros bisou, viens vite"

Bonne année à tous.

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 00:57
Je me suis amusée à faire encore un petit parallèle. On dit "Au revoir" à nos professeurs avec Hugues Aufray et Pierre Bachelet. Ou bien peut-être au revoir à l'année 2008 et bonjour à 2009



Partager cet article
Repost0

Bonjour À Tous

  • : Mon carnet à Malices
  • : Ecriture, créations en fimo et autres modelages, lecture (fantastique, fantasy, thriller, humour), nos félins domestiques dans tous leurs états, photographie, musique
  • Contact

Rechercher

Mais encore

En Stock