Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 00:09

Un groupe de rock metal allemand que mon fils vient tout juste de me faire découvrir. Je vous en fais profiter tout de suite, parce que vraiment là, le coup de foudre.

En plus, ce groupe a une particularité bien spécifique (en plus de voix superbes et de clips très réussis), essayez de trouver sans vous jeter sur Google.

Si vous ne devinez pas avec les deux premiers (Wishmaster est une reprise de Nightwish), ce sera flagrant avec la troisième the Bard's Song (en plus une petite surprise pour les amoureux des chats).

Bonne écoute et regardez bien.


Speed of Light 


Wishmaster


The Bard's song

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 00:14

COMPTEZ*-NOUS UNE EXISTENCE, (la vôtre, une imaginaire...) UN RÉCIT DE VIE...* et il n'y a pas de faute d'orthographe, comptez-nous une vie ! ! !

Voilà quel était le Défi de Samedi


Il se sent bien fatigué ce matin Saint Matthieu (NDLR : Pour bien comprendre la suite de l'histoire et pour les ignorants en hagiographie, sachez que Saint Matthieu est le saint patron des comptables, des banquiers et des changeurs). Il faut dire q'uil vient de consulter le planning et il a un sacré boulot qui l'attend aujourd'hui.

Il entasse sur son diable (NDLR : Je n'y suis pour rien si ça s'appelle comme ça) les dossiers du jour et se dirige en soupirant vers son bureau.

Il s'installe au milieu de son capharnaüm (NDLR : C'est au poste de douane de Capharnaüm que Matthieu exerçait son boulot et c'est là que Jésus l'a recruté. Et si ce mot désigne aussi un gros bazar c'est qu'il doit y avoir une raison), il allume son ordinateur, se branche sur sa session et appuie sur le bouton d'appel des clients.

Le panneau d'affichage de la salle d'attente indique "n° 53 bureau SM" (NDLR : Non pas pour sado-maso, mais pour Saint Matthieu faut tout vous expliquer).

Arrive une pétillante vieille dame, elle présente ses papiers et décroche à Saint Matthieu un sourire radieux bien qu'édenté.

"Alors voyons : un mari mort à la guerre, a élevé seule ses 4 enfants, n'a jamais baissé les bras, à la retraite a fait du bénévolat. Bon, quelques petits larcins dans les magasins pour nourrir ses enfants, on ne va pas chicaner pour ça. Allez sur 100 je vous donne 90, voilà votre ticket pour l'entrée au Paradis, suivez les flèches dorées marquées au sol".

Remerciements émus de la première cliente.

Ensuite trois cas pas au top, de la lâcheté, de l'égoïsme, tout ça ce sont des points en moins et avec seulement 50 points un petit stage au purgatoire ne sera pas superflu.

"n° 1007" (NDLR : Eh oui, déjà faut pas croire ça dépote là-haut, même s'ils ont l'éternité devant eux).

Arrive un homme un peu rondouillard et une bonne bouille, il présente ses papiers.

Saint Matthieu épluche "Eh dites, il manque la fiche de l'année 1942, pas normal ça !"

Le monsieur pâlit un peu.

"Bon je contrôle sur ma base de données. Oh, oh, 1942 rafle du Vel d'hiv. Dites, non seulement vous avez raflé, mais vous avez drôlement fouillé pour que personne ne vous échappe. Désolé mais là vous perdez 80 points d'un coup".

"Mais" balbutie le monsieur "j'ai fait un bon mariage, j'ai bien éduqué mes enfants".

"Exact c'est par ça qu'il vous reste 20 points, mais les objets volés aux juifs et les enfants envoyés au massacre, ça se paye".

"Pourtant je n'ai pas été le seul à les emballer, et puis c'était les ordres, et j'ai vu que vous aviez laissé passer un collègue".

"Oui, mais lui il s'est arrangé pour laisser filer des enfants, ça lui a valu des points en plus. Désolé en ce qui vous concerne c'est le ticket direct pour les pays chauds".

Saint Matthieu appuie sur un bouton et une trappe s'ouvre sous les pieds du bonhomme.

"Chaud devant" rigole Saint Matthieu "amusez-vous bien avec celui-là".

"Merci Matt" lui répond-on.

Débarque ensuite une femme adultère qui n'en mène pas large.

"Je sais, je sais, je n'aurais pas du tromper mon mari".

"Bof, il vous délaissait et puis vos amants vous les choisissiez par amour. Vous savez ça, Jésus il apprécie et n'oubliez pas que Marie Madeleine est une bonne copine. Pour le reste on dira passable 60 points ça passe juste".

"Et mon mari ?" s'inquiète la dame "il a eu des maîtresses aussi, il est passé alors ?"

"Ah lui, non direct au sous-sol".

"Mais pourquoi ? Il a fait comme moi".

"Si on veut, mais lui pas d'amour là-dedans et des pratiques franchement ignobles notamment avec des enfants, alors ça n'a pas fait un pli, il est parti bronzer et comme en plus il vous maltraitait, ça lui a fait un paquet de points en moins".

Ensuite une petite pause autour de la machine à café où les Saintes et les Saints échangent potins et souvenirs.

"La tête à Torquemada quant on l'a envoyé se faire rôtir, trop drôle".

"Et Simon de Monfort quant il a croisé en descendant les Cathares qui montaient à mourir de rire".

Ils taillent aussi des bavettes avec les confrères des autres religions.

"Vous devez avoir du boulot avec tous ces attentats !"

"M'en parlez pas, ces sacrés fanatiques croient se retrouver nez à nez, enfin je me comprends, avec des houris et zou direct avec vos dingues à vous à la trappe. Et vous avec la crise financière pas trop de banquiers ?"

"Tu parles, on est plus en 1929, ils filent avec des parachutes dorés plutôt qu'avec une balle dans la tête, mais on les attend au virage".

Et la journée reprend.

Saint Matthieu voit passer un douanier. Bon, il n'est pas blanc-bleu, limite des 49, mais comme c'est un collègue il lui accorde un point de plus assorti quand même d'un long passage au purgatoire, on a ses faiblesses mais faut quand même pas exagérer.

Il accueille ensuite un jeune homme décédé suite à une longue maladie qui râle qu'il n'a pas fait tout ce qu'il voulait sur terre.

"Vous savez vous pouvez aller directement là-haut. Vous prenez un risque en redescendant".

Mais non, le jeune homme est prêt à tenter le coup.

Saint Matthieu l'adresse donc au chef de service Saint Pierre qui est seul habilité à traiter les cas complexes de réincarnation.

Et voilà des prêtres.

Celui-là a passé sa vie à se reprocher ses fantasmes vis-à-vis de ses belles paroissiennes, à s'infliger pénitence sur pénitence et à se venger sur ses ouailles en oubliant la simple charité. 25 malheureux points pour ses jeunes années et ouverture de la trappe.

Celui-ci en revanche, bien qu'ayant vécu dans le "péché" avec une femme a fait rayonner la joie et le bonheur autour de lui, 98 points et direct chez Saint Pierre pour des félicitations.

Le gros spéculateur mort sur un matelas de billet en laissant derrière lui malheur et désolation essaye bien d'acheter notre Saint Matthieu, mais inflexible il lui attribue zéro et direction le barbecue.

Cette femme malheureuse qui avoue avoir euthanasié son enfant qui souffrait, est consolée et envoyée par l'ascenseur express rejoindre celui qui lui a tant manqué.

La journée se termine enfin. Les chiffres de toutes ces vies qu'il a vu défiler jouent la sarabande dans la tête de Saint Matthieu.

"Mais quand comprendront-ils qu'un peu d'amour fait gagner un maximum de points et qu'on se fiche de presque tout le reste" se dit-il désabusé. Il baille, éteint son ordinateur et s'en va goûter un repos bien mérité dans son NLH (NDLR : Nuage à Loyer Modéré, mais vous aviez deviné), mais peut-être avant une petite sortie avec les collègues pour se boire un petit coup d'hydromel au bar du coin.

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 00:23
J'ai trouvé intéressant de mettre ces deux très belles chansons de deux grands tendres sur l'enfance bousculée.

Pleure pas Boulou de Pierre Bachelet



et Mon ptit Lou de Pierre Perret

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 00:53

Le thème de la semaine de Dana était "Fenêtre ouverte". Voilà donc un petit texte qui sera suivi de quelques photos de fenêtres.

Il fait nuit et chaud, la fenêtre est légèrement entrouverte et l'enfant dort profondément.

Tout à coup, vient à passer par là un petit rêve débutant.

Il voit la fenêtre, il voit l'enfant.

Tout ému, il s'installe sur le rebord et dévore le petit des yeux.

Va-t-il oser ?

Ce serait son premier "client".

Alors il hésite, il se sent tout timide.

Et s'il n'arrivait pas à créer toutes les belles images qu'il a envie d'inventer pour ce petit être endormi.

Bien sûr à l'école des rêves il a eu d'excellentes notes, il a passé son examen haut la main.

Mais, il n'empêche, là au pied du mur, eh bien il a le trac.

Et puis, allez courage, il faut relever le défi.

Tout doucement, il se relève, se transforme en nuée et commence à s'infiltrer dans la chambre.

Brusquement, il se fait bousculer.

Tout tourneboulé, il tombe par terre et voit au-dessus de lui un petit cauchemar qui ricane.

"Fallait être plus rapide mon p'tit vieux, maintenant le môme il est à moi et il va déguster je te le dis"

"Non laisse le tranquille, il est tout petit, il est à l'âge des doux rêves, pas des cauchemars"

"C'est ça, c'est ça, ben moi je te dis qu'il faut les endurcir dès le plus jeune âge, alors dégage poule mouillée"

Le petit rêve était mortifié de s'être laissé bousculer, maintenant il est rouge de colère tant les paroles du petit cauchemar l'énerve.

Alors il se relève, transforme sa douce nuée et une plaque bien dure, et vlan, il se rue sur le petit cauchemar qui n'en revient pas, d'habitude les petits rêves sont des poltrons.

Eh bien pas celui-ci, petit cauchemar essaie bien de répliquer, mais il finit par filer ventre à terre à moitié sonné.

La nuée en désordre, Petit Rêve est drôlement fier de lui, il lui a flanqué une bonne raclée à cet affreux jojo.

Clopin-clopant, il se dirige vers le lit de l'enfant, bien fatigué, et au lieu de se glisser dans sa tête pour lui faire partager un beau rêve, il se love sur l'oreiller contre la frimousse du petit et Petit Rêve s'endort.

Au matin, la mère vient réveiller son enfant.

"As-tu bien dormi mon chéri"

"J'ai fait un drôle de rêve maman, j'ai vu deux petits nuages un tout blanc et un tout noir qui se battaient devant mon lit"

"Oh et tu n'as pas eu peur ?"

"Un petit peu au début et puis le petit nuage blanc est devenu tout rouge, il flanqué une grande claque au noir qui est parti par la fenêtre"

"Et que s'est-il passé après"

"Après, le petit nuage blanc est venu se coucher près de moi et il s'est endormi, tu sais eh bien les petits nuages blancs, ils ronflent !"

La mère se met à rire de bon cœur et se dit que son enfant ne manque pas d'imagination.

Elle ne voit pas la petite nuée rose de confusion qui s'élève de l'oreiller pour se glisser en catimini par la fenêtre.

L'enfant lui l'a bien vue.

Il rit.

"A ce soir, petit nuage, ce n'est pas grave tu sais si tu ronfles"

Dehors, Petit Rêve se dit qu'après tout sa première mission a été plutôt réussie, il reviendra ce soir pour partager un vrai rêve avec son petit protégé.

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 00:52

Fenêtre sur un moment d'intimité volé



Fenêtre sur une Thalis qui se demande ce qui passe encore par la tête de sa deux pattes ! (Elle devrait être de l'autre côté de la fenêtre à lui donner à manger, non mais)



Fenêtre sur un chatmikaze perché au troisième étage

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 00:03

Monestarium - Andréa Japp
Résumé decitre : 1288, Al Iskandarïyah, Égypte. Un marchand récupère la lourde besace d'un voyageur agonisant. Il n'en percera jamais le secret et ignore qu'il vient de signer son arrêt de mort. II est égorgé alors qu'il tente de vendre le sac à un intermédiaire, celui du comte Aimery de Mortagne. 1307, abbaye de femmes des Clairets, France. La très jeune mère abbesse des Clairets, Plaisance de Champlois, doit faire face à la fronde de son chapitre. À la tête de celle-ci, la grande prieure, Hucdeline de Valézan, protégée par son frère, monseigneur Jean, ombre trouble de Rome. Une jeune moniale, Angélique, est découverte étranglée. Sans doute parce qu'elle ressemble beaucoup à l'une de ses sœurs, Marie-Gillette d'Andremont, qui a fui l'Espagne après l'assassinat de son amant. D'autres meurtres surviennent. Se peut-il que le - ou les - meurtrier soit le même que celui de l'amant de Marie-Gillette ? Ou bien faut-il se tourner vers l'une des anciennes prostituées recueillies par l'abbaye ? Ou encore vers l'un des lépreux du comte de Mortagne que l'abbaye a été contrainte d'accueillir ? Mais quel est donc le rôle exact du comte de Mortagne, qui survient très à propos en l'abbaye ? Qu'y cherche-t-il au juste ? La mystérieuse besace que convoitent tant de personnes, dont monseigneur Jean ? Construit sur le modèle du huis clos, Monestarium est un " thriller historique " haletant.

Mon avis : Excellent roman historico-policier si l'on peut dire. Non seulement on apprend des tas de choses sur le fonctionnement d'un couvent à cette époque et sur un certain nombres de mots qui sont arrivés jusqu'à nous en changeant un peu de signification, mais en plus les personnages sont intéressants et l'histoire prenante avec un fin quelque peu inattendue. De plus l'écriture est belle, Andréa Japp reprend ce qui devait être la façon de parler de l'époque mais avec bien sûr un vocabulaire compréhensible pour nous, dépaysant et instructif. Un très bon livre à dévorer.

La croix de perdition - Andréa Japp

Résumé decitre : 22 juillet 1209, sac de Béziers. Pour lutter contre l'hérésie cathare, les croisés, avec à leur tête Arnaud Amalric, légat du pape, prennent la ville et massacrent vingt mille habitants. Hiver 1308. Dans l'abbaye des Clairets coupée du monde extérieur par une terrible tempête de neige, les meurtres de moniales se succèdent, tous commis selon une mise en scène macabre. La sorcellerie ou quelque chose d'encore plus ténébreux ? Que vient faire Arnoldus de Villanova, médecin et espion du pape Clément V, en l'abbaye, au prétexte de cueillir des simples en plein hiver ? Qui est au juste cette nouvelle apothicaire, Mary de Baskerville, qui semble prendre ces meurtres avec une certaine désinvolture ? Qui est donc cette jeune Claire qui ne supporte pas la lumière du jour, et que protègent quatre " monstres " de foire, maltraités et bienveillants ? Quel lien entre ces personnages et les assassinats cruels des religieuses ? En suivant les combats de la jeune mère abbesse Plaisance de Champlois pour faire triompher les forces du bien, le lecteur est emporté dans un thriller médiéval haletant, tissé avec son habituelle virtuosité par Andrea H. Japp.


Mon avis : Comme le précédent un excellent roman, pas une minute d'ennui. Juste ce qu'il faut de mots et d'expressions d'époque pour nous plonger dans l'histoire de notre langue. Des dialogues très fleuris et des meurtres bien sanglants. Plaisance, malgré son jeune âge (encore qu'à l'époque ce n'était plus vraiment une enfant) arrive à mener son couvent malgré les luttes intestines et l'ennemi intérieur avec fermeté mais compassion et amour véritables. C'est d'ailleurs un très beau portrait de jeune femme. Apparait la nouvelle apothicaire Mary de Baskerville, qui n'est pas sans rappeler un certain Guillaume de Baskerville (au nom de la rose) voire même un certain Sherlock dans ses déductions (petit clin d'oeil avec lorsqu'on élimine l'impossible, alors la vérité, aussi improbable soit-elle, surgit naturellement), c'est un personnage qu'il sera intéressant de suivre en tout cas. Et en dehors du couvent qui peut bien être ce mystérieux homme en noir qui semble tirer les ficelles. Enfin, les "monstres" de foire nous montre combien la vie de ces personnes "hors normes" était difficile à l'époque, mais ceux-là cachent un secret et surtout un coeur "gros comme ça". Bref bonne lecture, toutefois pour ne pas trop vous perdre dans les personnages de moniales lisez d'abord Monasterium.



Partager cet article
Repost0
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 00:14
Nouveau défi de Photomadaire les véhicules, voilà les miens, mais si, mais si ce sont bien des véhicules. Testés par moi-même : un avion, un kart, un romadaire et un sulky. Bref, j'étais une sportive accomplie. Qualité des photos pas terrible pour les 3 premières mais mon scan est en carafe.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 00:02
Dans le tome 2, notre jeune amie Lou part en vacances à Mortebouse. Mais, il faut d'abord "encager le fauve". A l'aller, c'est presque simple, mais au retour, il faut deux planches. Je pense qu'il y a beaucoup d'esclaves de quatre pattes qui savent à quel point c'est difficile d'enfourner nos petits compagnons dans leur boite de transport, qu'ils en prennent de la graine. Désolée la qualité des photons n'est pas terrible, mais comme ça vous irez chercher les albums.








Partager cet article
Repost0
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 00:43
Ce que mon sapin a de particulier, c'est simplement le fait que toutes les boules de Noël sont des cadeaux Yves Rocher. Je les collectionne depuis plusieurs années et elles sont souvent (pas toujours) plutôt jolies. Ci-dessous, découvrez la délicieuse Lou.
Partager cet article
Repost0
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 00:34
Après Elza, je vais vous faire découvrir une nouvelle petite héroïne de BD.
Voici Lou qui vit avec sa mère célibataire. Dans le premier tome "Journal Infime" de Julien Neel Lou et sa mère se font adopter par le Chat, qu'elles appellent le Chat où par n'importe quel nom qui leur passe par la tête. Comme vous pouvez le constater, le Chat sait y faire (comme tous les chats !).
C'est une BD charmante, très fraîche avec des dessins amusants et tout doux.




Partager cet article
Repost0

Bonjour À Tous

  • : Mon carnet à Malices
  • : Ecriture, créations en fimo et autres modelages, lecture (fantastique, fantasy, thriller, humour), nos félins domestiques dans tous leurs états, photographie, musique
  • Contact

Rechercher

Mais encore

En Stock