Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 septembre 2008 6 13 /09 /septembre /2008 00:12
Photomadaire (et Laurence) nous proposait le thème "Direction", drôlement bien loti avec ça tiens !
Bon voilà donc ma direction à moi et par la même occasion une petite devinette toute simple pour vous, de quoi s'agit-il ?

Embarquement immédiat, direction les étoiles !


Partager cet article
Repost0
12 septembre 2008 5 12 /09 /septembre /2008 00:02
Je me suis fait un petit trip Marie Laforêt (ben oui c'est de mon âge) et notamment ce petit bijou d'humour noir avec Guy Béart, c'est délicieusement décalé.



Et pour faire un peu plus sérieux, le très beau titre "Viens, viens"


Partager cet article
Repost0
11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 00:27

Janeczka, Val et Papistache du Défi du samedi voulaient être mis en scène sur un bateau. Tant pis pour eux. N'hésitez pas à aller voir à quoi ils ressemblent réellement !

Ce matin là, tels les Pieds Nickelés, Janeczka, Val et Papistache se promenaient sur la marina en quête d'un mauvais coup.

Brusquement, les voilà qui tombent en arrêt devant un vieux voilier mis en vente. Tous trois le détaillent sous toutes les coutures et comme les larrons qu'ils sont, pas besoin de se parler. Un clin d'œil du chef de la troupe le vénérable et barbu Papistache et les voilà qui embarquent sans plus s'en faire et larguent les amarres.

Mais ils ne savent pas qu'embusqués près d'un ponton deux yeux (enfin la personne à qui ces yeux appartiennent) tout sauf bienveillants les observent.

Ah, il faudrait peut-être que je vous présente ces trois malfrats et les rôles respectifs qu'ils décident d'assumer sur ce vieux rafiot.

Nous avons donc le doyen Papistache et sa jambe de bois, en raison de son expérience il sera le capitaine, Janeczka et sa main artificielle (qui remplace le crochet depuis peu) sera à elle seule les membres d'équipage et enfin Val la benjamine encore peu aguerrie à la mer et comme disent les deux autres en plaisantant à peine, jeune, tendre et n'ayant ja-ja-jamais navigué elle sera le mousse et servira éventuellement d'en-cas si les vivres viennent à manquer.

Voilà donc les trois acolytes qui prennent la mer très satisfaits de leur mauvaise action.

Le vieux voilier, même s'il ne paye pas de mine, tient plutôt bien l'eau. Papistache se dresse fièrement à la proue et la main en visière admire le large, Janeczka tient ferme la barre, Val se débrouille tant bien que mal avec les voiles.

La matinée se passe dans la joie et la bonne humeur. Nos pirates s'amusent comme des petits fous en imaginant la tête du propriétaire spolié.

Seulement voilà, brusquement le temps change, la mer grossit, le vent forcit. Il faut toute la force de Papistache et de Val pour affaler les voiles, tandis que Janeczka s'arque boute sur la barre, sa main artificielle fait des miracles.

La mer se déchaîne, le voilier embarque paquet de mer après paquet de mer. Les trois compères sont trempés comme des soupes et Val commence à prendre une délicate couleur vert tendre. Mais en vrais pirates ils serrent les dents et le reste, font face à l'adversité et prient qui ils peuvent pour ne pas couler.

Aussi brusquement qu'elle est apparut la tempête disparaît laissant nos forbans dégoulinants et fort marris.

Il est temps de cesser la plaisanterie et de regagner le port.

Sur les indications de Papistache, Val étant hors course toute occupée qu'elle est à calmer son estomac mis à mal, Janeczka met le cap sur la côte.

Mais là un fait surprenant se produit, chaque fois qu'ils arrivent en vue du port, le voilier se déporte et repart en pleine mer, ils ont beau faire ils n'arrivent pas à se rapprocher de la côte.

En désespoir de cause ils tentent de héler les bateaux qui passent à proximité pour se faire remorquer, mais aucun ne semble (enfin, les barreurs) les remarquer.

Les voilà bien perplexes, mais ils ne sont pas au bout de leurs surprises.

Une grand lumière explose à la proue du bateau et un étonnant personnage arrivé d'on ne sait où se dresse devant eux.

Il les regarde en ricanant. Ce rire et son aspect (deux jambes de bois, un crochet, un bandeau sur l'œil, quelques dents en moins et un ridicule déguisement de pirate) sont tout sauf rassurants.

Nos trois fripons tremblants se regroupent à la poupe essayant de mettre le plus de distance entre eux et l'inquiétant nouveau venu.

"Ah mes gaillards" s'exclame celui-ci avec un rire satanique "Je me présente Capitaine Joe Krapov, propriétaire de ce voilier que vous avez jugé bon de me voler et je vous en remercie vivement"

Papistache, Janecska et Val échangent des coups d'œil interloqués.

"Oui, je vous remercie, tel mon frère aîné fièr capitaine du Hollandais volant, je suis maudit. Contraint de naviguer sans fin sur la "Sardine volante, enfin" nouveau ricanement sarcastique "j'étais maudit, mon bateau invisible de tous ne pouvait apparaître qu'une fois tous les 100 ans, pendant une journée et si par bonheur j'arrivais à le vendre ou à me le faire voler ce jour là, devinez mes agneaux ???"

Les agneaux en question commencent à se douter du coup à venir et à trembler dans leurs chausses.

"Oui vous avez deviné, maintenant grâce à vous je suis libre et vous prenez ma place, vous voilà partis pour au moins 100 ans de navigation. Mais je suis bon garçon" et avant de disparaître dans un nuage de fumée laissant nos trois apprentis fantômes bien embêtés, il lance quelque chose sur le pont.

Val s'en approche, c'est une boite de Dramamine contre le mal des transports, elle l'empoche avec vélocité.

"Bon" dit d'une voix morne le nouveau capitaine de la Sardine Volante "on est dans le pétrin jusqu'au cou, va pas falloir louper le coche dans 100 ans".

Et tel le poor lonesome cowboy, la Sardine Volante et son équipage se dirigent vers le soleil couchant et disparaissent définitivement (enfin pour 100 ans) dans un scintillement d'arc-en-ciel.

Moralité : Attention à vous acheteur ou voleur potentiel de vieux bateaux renseignez-vous bien avant de vous lancer dans l'aventure !

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2008 3 10 /09 /septembre /2008 00:43
Après la prison, le lit en carton. Elle m'aura tout fait !!! Appelez la SPA, Brigitte Bardot, quelqu'un, j'suis une pôôôôôvre petite malheureuse !!!

 

 

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 00:25

Pour les impromptus de la semaine dernière il fallait écrire un petit texte commençant par les mots mis en gras. Voilà ma contribution.


Elle avait apporté des fleurs de tournesol, elle lui tendit le bouquet sans un sourire, sérieuse et concentrée.

Il la contempla.

Elle était belle, des cheveux noirs libres et vivants comme la crinière d'une pouliche sauvage, des yeux d'un bleu de ciel d'été, un corps qu'une statue grecque aurait pu lui envier. Tout en elle l'avait séduit.

Elle était vêtue comme la dernière fois d'une robe rouge dansante qui mettait en valeur ses cheveux et son teint mat.

Elle le regarda longuement puis, comme il n'esquissait aucun geste pour le prendre, elle posa le bouquet sur la table basse du salon. Elle tourna les talons et s'en alla.

Pas un mot ne fut prononcé d'un côté comme de l'autre. C'était inutile, il savait ce qu'elle attendait de lui.

Le lendemain, à nouveau, elle était là, son bouquet à la main, le fixant, attendant un mot, un geste de sa part.

Mais, pas plus que la veille il ne bougea.

Il en fut ainsi tous les jours qui suivirent. Elle était là, attendant.

Jour après jour, il commença à trembler.

Jour après jour, sa résolution vacilla de plus en plus.

Jour après jour, sa raison perdit pied petit à petit.

Ses nuits n'étaient plus qu'insomnies, ces journées après la, maintenant, traditionnelle rencontre du matin, une longue suite de peurs et de sursauts.

Puis, un matin, enfin, la digue céda.

Elle était là, en rouge, son bouquet d'or à la main, attendant sans un mot, sans un bruit.

"Tu as gagné" souffla-t-il "je vais le faire".

Pas un son ne franchit ses lèvres, elle se contenta de le suivre du regard tandis qu'il enfilait son manteau et lui emboîta le pas dans la rue.

Il n'osait la regarder.

Enfin, ils arrivèrent devant un bâtiment administratif, ils entrèrent l'un derrière l'autre.

"Que puis-je pour vous Monsieur ?" demanda le planton.

"Pourrais-je vois l'inspecteur en charge de l'affaire de la disparition de Mademoiselle Vincente ?"

"Avez-vous des renseignements à lui apporter ?"

"C'est moi qui l'ai enlevée, assassinée et enterrée dans le champs de tournesols au lieu-dit Auvers".

Voilà c'était fait.

Il perçut du coin de l'œil un bref scintillement de rouge et d'or, un soupir de contentement que le planton pris pour un courant d'air parcourut le commissariat pour s'éteindre au loin sur des tournesols gorgés de soleil.

Elle était libre, son bourreau allait payer.

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2008 1 08 /09 /septembre /2008 00:14

Voulez-vous participer au concours d'écriture des Beaumesniales 2009 ?

Cette manifestation qui se déroule dans mon département (27) à Beaumesnil est "marrainée" par Marie-Christine Barrault. 

L'année dernière j'ai participé à ce concours dont le thème était "Histoire, histoires êtes vous là ?". Mon texte "le chêne" a été sélectionné en 3ème position et lu par Marie-Christine Barrault à l'occasion de l'inauguration, je peux vous dire que ça fait tout drôle d'entendre son texte dit par une grande actrice comme elle. Là vous avez le texte intégral, mais j'ai du le retravailler pour le réduire à 2000 signes, je peux vous dire que ce n'est pas évident.

Mon texte et celui des 30 (ou 50 je ne sais plus) sélectionnés sera publié dans un petit recueil édité par l'organisme organisateur. L'ami Francis et son chevalier font partis des sélectionnés (il a oublié de le préciser).

Bon donc pour cette année le thème est "Voyage entre deux mondes" on peut s'inspirer des photos de Daniel Leroy à consulter sur le site http://daniel.leroy27.free.fr

Les règles sont les suivantes :
Rédigez un texte de 2000 signes maximum dans une forme libre (poème, prose, nouvelle,...)
Ce texte dactylographié devra reprendre : vos nom, prénom, âge, adresse, numéro de téléphone, adresse email (si vous en avez une) et le nombre de signes composant le texte.

Il devra être envoyé à l'adresse suivante :

Arts & Lettres - Concours d'écriture

Isabelle Sacré
5/7, Boulevard Parissot
27170 LE TILLEUL OTHON 

Date limite de réception des textes le 12 octobre 2008.
Vous pouvez proposer deux textes, un seul étant retenu.

Les textes lauréats composeront un recueil qui sera présenté lors de l'édition 2009 du Livre au Salon.

Les auteurs des 3 textes les mieux considérés se verront proposer l'édition d'un recueil (un pour les 3 auteurs ensemble) présentant plusieurs de leurs écrits et financé par Arts & Lettres.

Voilà à vos plumes, à vos claviers !

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2008 7 07 /09 /septembre /2008 00:17
Trouvée chez Water spring cette superbe photo et chez Avez-vous vu ceci ce diaporama de tableaux étranges et oniriques. Bonne visite.
Partager cet article
Repost0
7 septembre 2008 7 07 /09 /septembre /2008 00:10

Un enfant dans la nuit - Judith Kelman 

P.J. est psy à la prison de Rikers Island, à New York. Son travail la passionne, ses patientes l'adorent. Jusqu'au jour où Jeannie, une détenue, est assassinée. Pour P.J., le meurtrier n'est autre que Charlie Booth, le mari de la victime. Et, elle en est persuadée, ce dangereux psychopathe compte faire subir le même sort à Dennis John, leur fils de cinq ans. Pourtant, personne ne veut la croire. La police, elle, ne s'intéresse même pas à l'affaire. Seule face à un assassin en liberté, RJ. n'a pas le choix : elle doit sauver la vie de Dennis John. Lancée dans une enquête terrifiante, la jeune femme affronte le pire des criminels, mais aussi ses propres démons : cette sombre affaire va réveiller en elle un passé longtemps enfoui, celui d'une enfant confrontée à la souffrance, à la folie et à la mort ...

Mon avis : Le moins que l'on puisse dire c'est que PJ a de la suite dans les idées. Elle est bien décidée à aider cet enfant et elle fera face contre vents et marées. C'est un personnage sympathique et drôle que cette psy fragile qui en a connu de dures dans son enfance. Il y a quelques passages savoureux lorsqu'elle s'occupe d'un couple qui a "des problèmes" et lorsqu'elle fait face elle-même à sa psy et qu'elle fait tout pour ne rien dévoiler d'elle. Elle doit également faire avec une soeur jumelle sourde et célèbre ce qui n'est pas simple non plus. Le petit Dennis John donne envie de le protéger et le méchant est de la plus belle eau. Avec un rebondissement inattendu de dernière minute, un excellent Judith Kelman.

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2008 6 06 /09 /septembre /2008 00:54

Pour le Photomadaire de cette semaine, le thème était la musique (n'hésitez pas à aller voter). Voilà un étonnant balcon pris en photo dans la station balnéaire de Mers les Bains. J'ai d'autres photos tout aussi décoratives de cette ville en stock. Ce sera pour une prochaine fois.

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 18:52
J'ai déposé le 500ème commentaire dans la boite à crobard de Clem, allez donc y faire un tour pour voir le dessin qu'il a réalisé à cette occasion, ce jeune homme a un sacré coup de patte et un drôle d'animal de compagnie.
Partager cet article
Repost0

Bonjour À Tous

  • : Mon carnet à Malices
  • : Ecriture, créations en fimo et autres modelages, lecture (fantastique, fantasy, thriller, humour), nos félins domestiques dans tous leurs états, photographie, musique
  • Contact

Rechercher

Mais encore

En Stock