Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mai 2007 5 25 /05 /mai /2007 00:40

Je vous ai déjà présenté le petit modèle (dans l'anneau de rideau). Voilà la taille au-dessus. Le cadre doit faire une dizaine de centimètres de haut. Ah, il y a encore un chat de planqué, oui peut-être bien, ça se fourre partout ces petits bêtes là.   

Chemin--eG.jpg

 

Partager cet article
Repost0
25 mai 2007 5 25 /05 /mai /2007 00:30

PG - Salut PD bien dormi ?
PD - Oui PG et toi ?
PG - Ca baigne, mais vaut mieux ce matin, ça va pas être peinards dans nos pantoufles.
PD - M'en parle pas ça va encore être dur, dur
PG - Ouais comme tu dis.
A peine se sont-ils dit bonjour que les deux amis sortent de la maison et atterrissent dans la voiture, RD et RG les rejoignent à l'arrière et direction le boulot.

Arrivés à pied d'oeuvre PD et PG se sanglent dans leurs vêtements de travail et au turbin.
D'abord bien se préparer à l'effort, avec RD et RG ils forment une bonne équipe, c'est plutôt la hiérarchie qui laisse à désirer, mais bon faut faire avec, c'est elle qui paye.

Se croisant quelques instants, les amis s'interrogent :
PG - Vous croyez que la chef va encore râler ?
RD - Sûr qu'elle va encore trouver des trucs qui vont pas.
PD - Ouais le style rien à faire ça plie pas.
RG - Comme si on y pouvait quelque chose, c'est pas de notre faute s'il y un défaut technique quand même.
RD - Ca c'est le cadet de ses soucis.
PD - Bref d'une parfaite mauvaise foi.
Ces quelques précieux instants de pause terminés, les deux équipes se séparent et reprennent leur dur labeur. Aller, venir, avancer, reculer, se plier, s'incliner péniblement d'un côté, puis de l'autre, essayer de sauter ou bifurquer au dernier moment pour éviter les obstacles qui n'arrêtent pas de se mettre sur leur route,  se croiser en essayant de ne pas se gêner, bref, une attention et une concentration de tous les instants pour éviter l'accident.

Nouvelle pause, pendant que la hiérarchie prend de nouveaux ordres de sa hiérarchie à elle, eh oui bonjour la pyramide, mais pendant ce temps la piétaille peut se reposer quelques instants, c'est bon à prendre.
PD - Bon sang, j'ai des fourmis partout.
RD - Désolé, mais quond on s'est préparé, la chef a jugé qu'il fallait serrer un peu plus ton harnais, forcément maintenant tu as la circulation coupée, va falloir prendre ton mal en patience mon pauvre vieux.
PG - Moi, c'est la cheville qui commence à me lancer.
RG - Logique, tu sais bien qu'elle n'a pas encore trouvé le matériel qui nous permettrait de ne pas nous crisper comme on le fait.
Tous en choeur : Y en a marre de ce boulot à la noix, vivement ce midi qu'on puisse se reposer. 

Reprise des hostilités. Et tout à coup, l'accident, l'équipe des D et celle des G croient chacune de leur côté qu'elles doivent enjamber un obstacle, et paf, elles le font en même temps et laissent tomber lourdement leur charge.

Bien sûr la hiérarchie râle, faut dire que la chûte a été rude et le matériel est un brin endommagé.
RG - Ah c'est gagné.
PD - Faut dire que ça faisait un moment qu'on le voyait venir.
PG - Inutile de dire qu'on va encore se faire passer un savon.
RD - Eh ho, c'est pas de notre faute quand même si le dispatcheur est pas foutu de traiter l'information comme il faut et de la transmettre dans les temps.

Après avoir réussi cahin-caha à remettre la marchandise sur pied et un dernier tour du site de travail, c'est enfin l'heure de dételer.

Tous en choeur : Ouf enfin tranquilles, qu'est ce que ça fait du bien quand ça s'arrête.
PD - Pour le moment, mais j'ai entendu dire qu'au mois de juillet, on allait être obligé de faire des heures supplémentaires.
RG -
C'est pas vrai !!! Tu blagues là ???
PG - Eh non mon pauvre vieux, c'est bien prévu, d'ailleurs pourquoi crois-tu que toi et RD vous avez eu le droit à une super visite médicale la semaine dernière.
RD - Ras le bol, vivement la retraite !!!
PG - On travaillerait un jour sur deux avec vous, l'autre ce serait avec les pieds palmés.
RG - Oh ben, eux on peut pas dire qu'ils aient trop de travail quand même, ils travaillent sur du velours par rapport à nous.
PD - Eux peut-être, mais nous c'est tous les jours qu'on va boulonner.
RD - Y a pas de justice mon pauvre.

Alors là, pas de doute, faut que j'intervienne avant la révolte générale. C'est moi la chef après tout. 

Sans compter qu'il y a une partie de mon anatomie qui a envie de régler ses comptes avec les petits copains d'en-dessous.

Ah oui, je ne vous avais pas dit, c'est vrai que l'abréviation du nom des 4 compères n'est pas forcément explicite. 

Donc je vous présente : Pied Droit et Pied Gauche, Roller Droit et Roller Gauche. 

Et la marchandise qu'ils ont laissé tomber, c'était ma pomme et mes fesses quand même, bon d'accord, je suis un brin de mauvaise foi, le petit personnel n'était pas totalement en faute, en fait il faut que j'enguirlande mon oreille interne qui m'a joué un sale tour en me faisant perdre l'équilibre, ou alors m'en prendre au minuscule caillou qui a coincé ma roue.

Bref. Je fais du roller et je vais préciser quelques autres petites choses. 

M'étant esquinté le genou gauche à l'adolescence, la seule fois où j'ai réussi à sauter le mètre en hauteur (on ne rigole pas) j'ai tendance à crisper les orteils quand je roule, je cherche donc des semelles pour compenser ce problème.

La visite médicale c'est une bonne heure passée à nettoyer et intervertir les roues (sous l'oeil intéressé de ma minette qui de temps en temps me donnait un coup de patte avec les vis).

Ce qui a du mal à plier ce sont mes chevilles (hyper souple au niveau des hanches, je bloque au niveau des chevilles, nul n'est parfait).

Les heures supplémentaires c'est l'intention que j'ai de profiter de mes vacances pour me promener en rollers sur la voie verte aménagée en forêt pour les rollers et autres joggeurs et pour aller à la piscine nager un peu avec mes palmes.

Et voilà, en attendant j'ai eu un superbe bleu à la fesse qui m'a contrainte à m'asseoir sur un doux coussin pendant plusieurs jours et à la tartiner d'arnica.

Partager cet article
Repost0
25 mai 2007 5 25 /05 /mai /2007 00:25

"Il nous faut avoir le courage d'affronter tout ce qui est présent"
Jack Kornfield

 

Partager cet article
Repost0
24 mai 2007 4 24 /05 /mai /2007 00:38

Francis et ses histoires courtes nous ayant rejoint sur over-blog, j'ai modifié son adresse dans mes liens. Site recommandé à tous ceux qui veulent en savoir plus sur ce qui se passe dans la tête de nos amis les animaux, qui rencontrent des problèmes avec les réverbères, ou qui ont simplement une grosse envie de sourire et de rire.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2007 4 24 /05 /mai /2007 00:33

Voilà un petit article pour les plus anciens (mais les plus jeunes peuvent aussi le lire)

J'ai encore de vieux 33 tours (vous savez les espèces de galettes noires de plus de 30 centimètres de diamètre qui faisaient de la musique dans des temps éloignés et en plus fallait un gros appareil pour les faire fonctionner), bref en y jetant un coup d'oeil j'ai retrouvé un disque de Pierre Repp, le génial bégayeur qui s'emmêlait la langue et se rattrapait par une pirouette pour notre plus grand plaisir.

Décédé en 1986, je ne pense pas que la jeune génération le connaisse beaucoup, alors pour remédier un peu à cet état de fait, voilà une petite biographie de ce charmant monsieur plein de talent, qui savait manier les mots et qui possédait un bagout de premier ordre, il faut suivre son débit d'ailleurs. Et faites-vous plaisir écoutez le sketch "les crèpes" l'un de ses plus connus.

La biographie
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Repp 

Le sketch "les crèpes" 

Partager cet article
Repost0
24 mai 2007 4 24 /05 /mai /2007 00:09
"La vie, c'est le truc qui passe pendant qu'on multiplie les projets" 
John Lennon
Partager cet article
Repost0
23 mai 2007 3 23 /05 /mai /2007 16:06
Grosse bêtise de ma part aujourd'hui. Après avoir fait mes courses habituellement, soit je mets mon sac à main directement sur la plage arrière de la voiture pendant que je la charge, soit je le mets dans un des sacs à provisions.
Allez savoir ce qui m'est passé par la tête aujourd'hui, mais je l'ai suspendu au petit crocher qui se trouve devant le caddy. Je décharge mes courses et je me dis, "tiens il ne faut pas que j'oublie de reprendre mon sac".
Voiture chargée et hop direction la maison, arrivée devant mon portail je commence à sortir mes courses et je cherche mon sac pour récupérer mes clefs. Et là, HORREUR, pas de sac, absent à l'appel ce fichu sac. En catastrophe je fourre mes achats dans le garage (clé à part) et je redescends comme une folle direction l'hyper-marché, heureusement je n'habite pas loin 3/4 kilomètres.
Je me gare au même endroit, mais bien sûr pas de sac qui pendouille au petit crochet.
Ventre à terre, direction l'accueil qui me renvoie au gardien, et là OUF, mon petit sac m'attend gentiment, garni de tout son contenu. Voilà des gens honnêtes, eh bien il y en a encore. Merci à la personne anonyme qui a rapporté mon sac au magasin, non seulement il y avait tous mes papiers dedans, chéquier et carte bleue bien sûr, mais beaucoup plus important mes clefs de maison et dans la maison une minette qui attendait son casse-croute du midi. Donc, faire faire un autre jeu de clé et le planquer dans le garage ou le laisser à une personne de confiance et la prochaine fois mon sac je me le tiens entre les dents.
Partager cet article
Repost0
23 mai 2007 3 23 /05 /mai /2007 00:38
Mark Billingham – Sans merci
 
"Thorne n'aurait su dire quoi, il y avait quelque chose dans ce que Brigstocke avait dit… quelque chose qui avait fait que son cœur s'était mis à battre un peu plus vite, juste une seconde ; mais, comme le visage de quelqu'un dans un rêve, comme un objet connu vu sous un angle inhabituel, ça avait disparu avant qu'il ait eu le temps de voir ce que c'était".
Partager cet article
Repost0
23 mai 2007 3 23 /05 /mai /2007 00:33
Mark BILLINGHAM - Sans merci
 
Résumé 4ème couverture : A leur sortie de prison, ils ont rendez-vous à l'hôtel avec Jane Foley qui leur a envoyé des lettres torrides durant leur détention. Leur point commun ? Ils avaient tous été condamnés pour viol. Dans la chambre miteuse, ils connaissent une mort atroce : sodomisés, lacérés de coups de couteau, étranglés. Quant à Jane Foley, elle reste introuvable. 3 meurtres plus tard, l'inspecteur Thorne comprend que l'affaire est liée à un drame datant de 1976, une épouse violée, le coupable acquitté faute de preuves, le mari qui doute d'elle et la tue avant de se suicider laissant deux petits orphelins. Comment le tueur choisit-il ses victimes ? A la brigade, on murmure qu'il a accès à certains fichiers. Et si c'était un flic ?
 
Résumé électre :Troisième enquête de l'inspecteur Thorne. Il poursuit des investigations sur des meurtres commis par une femme, Jane Foley, sur des prisonniers condamnés pour viols et sortis de prison.
 
Mon avis : Un livre tout-à-fait correct où l'ami Thorne paye encore de sa personne. Une histoire de vengeance bien sûr où on est pas trop sûr de ne pas être d'accord avec le meurtrier. Ce qui fait l'intérêt du livre, c'est la façon qu'à Billingham de nous proposer, sans avoir l'air d'y toucher, toute une palette de suspects possibles que ce soit au niveau de l'âge ou du comportement qui paraît parfois suspect, que ceux-ci soient policiers ou civils d'ailleurs. J'ai bien aimé, mais mon préféré reste quand même son premier livre "Dernier battement de cil".
Partager cet article
Repost0
23 mai 2007 3 23 /05 /mai /2007 00:22

La superbe chanson "les bateliers de la Volga" interprétée par Yvan Rebroff. J'aime particulièrement l'effet de rapprochement, puis d'éloignement de la musique, on a vraiment l'impression d'être aux premières loges pour les voir passer. Là vous avez simplement la musique, il n'y a pas de clip avec.

Voilà les paroles en français

Les bateliers de la Volga - Folklore slave / Marc Semenoff / Suzanne d'Asoria

Ah ! que l'aube est triste au vieux haleur
Sous la bise qui lui fend le coeur
La corde crisse, les eaux gémissent
Barques au front pesant
Glissent dans le vent.
Hole tire, marche tire
La corde t'usera les mains et les bras
Hola tire, marche tire
De l'aube jusqu'au soir, tire sans espoir Ah ! les rêves bleus qui m'ont bercés,
Ah ! jeunesse et fleurs du temps passé
Tire les chaînes, tire tes peines,
Adieu les jours enfuis
Tire sans merci. 




Partager cet article
Repost0

Bonjour À Tous

  • : Mon carnet à Malices
  • : Ecriture, créations en fimo et autres modelages, lecture (fantastique, fantasy, thriller, humour), nos félins domestiques dans tous leurs états, photographie, musique
  • Contact

Rechercher

Mais encore

En Stock