Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 00:30

P.J. TRACY - Prises au piège

Faut que j'aille au petit coin, murmura Annie. C'est urgent.
Un sourire idiot, en fait, et bizarrement réconfortant. C'était rassurant d'apprendre qu'Annie avait envie de faire pipi. C'était banal, tellement normal.

Tous se penchèrent pour lire. Pas de nom, pas d'adresse, pas de logo d'aucune sorte. Juste une citation "Il est de leur droit, il est de leur devoir de pourvoir, par de nouvelles sauvegardes, à leur sécurité future"
Ca me dit quelque chose, murmura Halloran.
Pas étonnant, rétorqua Bonar. C'est tiré de la Déclaration d'Indépendance. C'est ce que nos ancêtres préconisaient quand le gouvernement n'en faisait pas assez pour les protéger.
Là était le danger, songea Magozzi, la zone de tous les dangers. Le lieu que ralliaient les gens quand la colère et la peur ne pouvaient leur souffler d'autre réponse, le lieu où cessaient d'opérer la logique, la compassion, la raison et toutes les fonctions supérieures de l'esprit humain que la civilisation avait engendrées au fil du temps.

Partager cet article
Repost0
22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 00:22

P.J. TRACY - Prises au piège

Résumé decitre : Sharon, agent du FBI, a convaincu les informaticiennes Grace et Annie de l'accompagner dans le Wisconsin pour tenter d'élucider un meurtre. Mais leur voiture tombe en panne au milieu des bois et elles gagnent à pied la petite ville la plus proche sans se douter qu'elles vont tomber dans un épouvantable cauchemar. Tous les habitants ont disparu, les fils du téléphone sont coupés et d'étranges soldats assassinent sous leurs yeux un couple désarmé. Privées de téléphone portable, piégées dans une nature hostile et prises en chasse par les meurtriers, les trois jeunes femmes vont devoir conjuguer leur intelligence et leur force pour survivre...

Résumé électre : Sharon Mueller, membre du FBI, demande à Grace MacBride et à Annie Belinsky de l'aider à élucider une série de meurtres commis à Green Bay. Les jeunes femmes s'embarquent pour un périple à travers la campagne du Wisconsin. En panne, elles sont plongées dans un véritable cauchemar dans une ville où les habitants ont été tués par des terroristes qui préparent une attaque avec des camions piégés.

Mon avis : L'idéal est de commencer par lire "Copie conforme" des mêmes auteurs (mère et fille), ce livre (tueur en série sur fond de jeu vidéo) vous en dira plus sur la personnalité des héros principaux (et surtout sur les casseroles qu'ils traînent), mais les deux peuvent se lire séparément sans problème majeur. Grace, toujours habillée de noir et chaussée de bottes d'équitation, armée jusqu'aux dents, flanquée de Charlie le chien maltraité qu'elle a recueilli et qui n'accepte de manger qu'assis sur une chaise à table, Annie, la bien en chair hyper sexy et maternelle, adepte des grands couturiers, Roadrunner pas loin des deux mètres, toujours habillé de combinaisons de cyclisme en lycra, Harley Davidson, le costaud tatoué et bardé de cuir, collectionneur de motos et de vins de grand cru. Tous les 4 informaticiens de haut vol, ils forment la petite bande très soudée des Monkeewrench. S'ajoutent à leur petite famille le shérif Halloran flanqué de ses adjoints Bonar et Sharon (pour laquelle il y un gros faible) et les inspecteurs Gino et Magozzi (qui lui soupire après Grace). Voilà pour les héros comme vous pouvez le constater un assemblage bien hétéroclite, haut en couleur et sympathique.

L'histoire se déroule sur une nuit, mais quelle nuit fertile en rebondissements. D'un côté les trois filles qui se voient contraintes de s'organiser pour assurer leur survie et qui en voient de toutes les couleurs, petits passages amusants Annie qui se retrouve contrainte de fuir vêtue d'une robe de grand couturier en soie avec des baskets violettes au pied (les talons aiguilles c'est pas tip-top pour courir) et bien sûr le moment où elle a envie de faire pipi ce qui donne un côté terriblement humain à leur aventure (c'est vrai habituellement dans les romans les héros ont l'air de n'avoir jamais ce genre de problème terriblement trivial). De l'autre, les garçons partis à leur recherche et qui doivent suivre leur piste tout en déjouant les embûches semées les services gouvernementaux peu désireux de partager leurs informations, mais c'est mal connaître leur détermination à tous. Bref livre dévoré en une journée, avec ma Thalis en guise de bouillotte (faisait pas beau dehors, aucune envie de sortir et encore moins de jardiner).

Partager cet article
Repost0
22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 00:03

Mimi et Tom sont tranquillement installés dans leur chambre, vautrés sur le lit. Mimi lit, Tom pionce (non pardon il se repose les yeux). Mimi tend une main et commence à caresser Tom, après quelques instants elle relève le nez et s'aperçoit que sa main est couverte de poils.
Dis donc mon vieux, fait-elle à Tom, c'est le printemps tu mues.
Tom ouvre un oeil pas vraiment concerné par le fait que ses poils jonchent le couvre-lit, encore que c'est vrai, ce n'est pas trop agréable d'avaler du poil, mais bon c'est le lot des chats.
Allez, mon petit père un bon coup de brosse, qu'est-ce que tu en penses ?
Que du bien, ronronne Tom qui adore être chouchouté par sa jeune deux pattes.
Mimi se lève et revient avec la brosse spéciale poils de Tom.
Elle va pour commencer à brosser son compagnon quand tout à coup...
Ce qui semble des centaines de petites voix se mettent à pépier : Non, non, non, laisse nous tranquilles!!!
Qu'est ce tu racontes Tom, je croyais que tu voulais un coup de brosse ?
Mais, fait un Tom interloqué, ce n'est pas moi qui parle !!!
C'est pas lui, c'est nous, recommencent les petites voix !
Vous qui ? s'impatiente Mimi.
Vous êtes bigleux ou quoi ? Nous, les poils de ce sacré chat pardi !!!
Les poils de Tom ???
Mes poils ???
Mimi et Tom se regardent interloqués, qu'est ce que c'est que cette histoire.
Hem, tente Mimi, les poils de Tom hein ? Et c'est quoi votre problème exactement ?
On en a marre !!!
Marre de quoi, interroge Tom, je vous chouchoute, je vous lèche, je vous lisse, je vous fais briller, Mimi vous brosse, alors pourquoi vous râlez ?
Justement, elle nous brosse, et une fois qu'on est sur la brosse, elle fait quoi, hein, elle fait quoi ?
Intense réflexion des deux amis qui franchement ne s'étaient jamais préoccupé de la chose.
Pas la peine de vous creuser la tête, on va vous le dire nous où on finit, braillent les petites voix. ON FINIT A LA POUBELLE, voilà où on finit. Terminé, fini, F I N I, on ne veut plus échouer dans la poubelle voilà où il est le problème !!!
Mais, essaie Mimi, je ne peux pas vous garder sur la brosse quand même ou vous mettre dans les coussins pour les bourrer quand même !!!
Et moi, hors de question que je vous garde sur le dos, je vais crever de chaud cet été, râle Tom.
On s'en fiche trouvez une solution !
Rien du tout, fulmine Tom, vous êtes MES poils je fais de vous ce que je veux, si je veux vous balancer à la poubelle, je vous balance et point barre !
Ah, c'est comme ça, grognent les petites voix, eh bien on va voir si vous ne vous décidez pas à vous creuser le chou maintenant.
Et hop, voilà que tous les poils de Tom se mettent au garde-à-vous, tout raides. Ce n'est plus Tom qui est devant Mimi, mais une espèce de chat mutant glonflé de partout, un chat punk hirsute avec une queue comme un goupillon à bouteille. On dirait qu'il est passé au travers d'un flux d'électricité statique tellement ses poils s'agitent dans tous les sens et crépitent
Au secours, miaule désespérement Tom !!!
Le premier moment de surprise passé, Mimi commence à pouffer déclenchant la fureur du pauvre Tom.
Ah ça va, sympa la copine, crache-t-il, la prochaine fois si tes cheveux se mettent en grève et que tu te retrouve avec tes couettes comme des tire-bouchons, compte sur moi pour te soutenir le moral.
Excuse-moi mon pauvre Tom, finit par dire Mimi en reprenant son souffle après le fou rire qu'elle vient de piquer, je vais chercher une solution pour que tout le monde soit content.
Et voilà notre Mimi, qui se lève et se met à faire les cent pas dans sa chambre.
Tout-à-coup son visage s'éclaire et elle sort en courant, laissant derrière elle un chat et les poils du-dit chat fort perplexes.

Q
U
E
L
L
E

P
E
U
T

B
I
E
N

E
T
R
E

L
'
I
D
E
E

D
E

M
I
M
I

?

Un moment plus tard, alors que chat et poils commençaient à trouver le temps long, Mimi revient radieuse.
Ca y est j'ai trouvé la solution. Les poils il faut que vous me fassiez confiance, vous me laissez brosser Tom et je vous jure que vous ne finirez pas à la poubelle.
Promis, juré ? s'inquiètent les poils.
Promis, juré, si je mens je vais en enfer, les rassurent Mimi.
Bon, OK, vas-y, mais gare à Tom si tu nous mènes en bateau, des poils même après brossage c'est pas ça qui lui manque sur le dos.
Tom, quand même un peu inquiet, se laisse brosser sous toutes les coutures par Mimi. Bon sang que c'est bon !!!
Enfin, voilà Tom tout beau et la brosse pleine de poils.

E
T

M
A
I
N
T
E
N
A
N
T

Direction le grenier, dit Mimi, entraînant avec elle sa troupe sur pattes ou sur brosse.
Mimi se perche sur une petite chaise, elle ouvre la petite lucarne du grenier, Tom intrigué saute sur le rebord du toit à côté d'elle. 
Que va-t-il se passer ?
Notre amie Mimi commence à lancer dans le vide des petites pincées de poils bleus, fureur des poils qui pensent que c'est une autre façon de les mettre à la poubelle.
Ne craignez rien, leur crie Mimi, vous allez vous rendre utiles.
Et voilà que les oiseaux du jardin de Mimi arrivent à tire d'aile et se mettent à attraper au vol les petites touffes de poils.
C'est ça ma solution, rit Mimi, les oiseaux vont se servir de vous pour faire un nid tout douillet pour accueillir leurs petits. Alors vous en pensez quoi ?
Génial, s'écrient en choeur Tom et ses poils !!!
A mourir de rire, pépie une nouvelle petite voix, du poil de chat pour tenir chaud à des oisillons, on aura tout vu.
Tom et Mimi sursautent et se retournent.
Au milieu de la pièce Souricette se roule par terre de rire.
C'est ça rigole bien, la prévient Tom, mais fais gaffe à tes poils, parce que les oisillons en question pourraient bien se retrouver avec des oreillers en poils blancs, tu me suis là ?
Et voilà la Brigade de Sauvetage (des Poils cette fois-ci) a mené à bien une nouvelle mission.

 

Partager cet article
Repost0
21 mai 2007 1 21 /05 /mai /2007 00:27

Bonjour à mon ami Pierrot. Il s'agit d'une broche. Taille de Pierrot environ deux centimètre.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2007 1 21 /05 /mai /2007 00:25
Extrait du livre de Dean Koontz "Mémoire truquée"

"L'espoir est une force mystérieuse. Il illumine les coeurs au moment où on s'y attend le moins. Une fleur dans le désert".
Partager cet article
Repost0
21 mai 2007 1 21 /05 /mai /2007 00:13

Une autre amusante chanson d'Anne Sylvestre dans laquelle vous serez sûrement beaucoup à vous reconnaître

D'abord les paroles

 

 Et la chanson bien sûr

Anne sylvestre - le deuxieme oeil
envoyé par bisonravi1987


Partager cet article
Repost0
20 mai 2007 7 20 /05 /mai /2007 00:27

Accès interdit - David Morrell

Résumé decitre : Robert Conklin, professeur d'histoire à l'université de Buffalo, et trois de ses anciens élèves ont pris goût à l'exploration urbaine : visiter des lieux abandonnés et en général interdits d'accès. Cette nuit, ils vont " faire parler " les vestiges de l'hôtel Parangon, accompagnés d'un journaliste qui cherche à comprendre l'intérêt d'une telle transgression... L'hôtel Parangon, un modèle de luxe lors de sa construction en 1901, semble receler plus d'un mystère : son propriétaire, agoraphobe et hémophile, est retrouvé mort sur la plage qui borde l'hôtel un an après sa fermeture en 1968, et nombre d'histoires, étranges ou sordides, courent au sujet du lieu. Malgré ses scellés et ses volets clos, il n'est pas sûr que l'hôtel soit aussi désert qu'il y paraît... 

Résumé électre : Robert Conklin, professeur d'histoire à l'université de Buffalo, et trois de ses anciens élèves sont passionnés par l'exploration urbaine qui consiste à visiter des lieux abandonnés et interdits d'accès. Une nuit, ils se rendent à l'hôtel Parangon et sont accompagnés pour l'occasion d'un certain Balenger, un journaliste qui doit faire un article sur l'intérêt de ce genre d'expédition.

Mon avis : Le titre original traduit est "rampants", bizarre cette façon de changer les titres, mais la question n'est pas là. L'action du livre se déroule de 21 heures à 4/5 heures du matin, il en faut moins que ça pour le dévorer. Excellent livre d'action. Au début, vu le résumé, on se demande si ça ne va pas être une histoire de fantôme d'autant que les explorateurs découvrent des choses à faire froid dans le dos et qui mériteraient bien un petit fantôme. Mais non, c'est bien un thriller, avec des proies et des prédateurs (qui ne sont pas toujours ceux que l'on croit), des rebondissements dans tous les coins et des passages coup de poing auxquels on se s'attend pas et qui vous étendent pour le compte. Pour tout dire le propriétaire de l'hôtel Parangon était un drôle de bonhomme, alors attention aux surprises et serrez les dents.

Partager cet article
Repost0
20 mai 2007 7 20 /05 /mai /2007 00:23

A nouveau un extrait d'un roman de Christian Charrière "Mayapura"
"Nous sommes tous des ombres. Dans le passé ou dans l'avenir quelqu'un est en train de rêver à nous, de nous imaginer, de créer nos ectoplasmes. Nous sommes un songe, les esclaves de sa fantaisie et si l'envie lui prend de nous faire disparaître, il le fera sans scrupules. Nous n'avons aucun poids sur cette terre. Nous y passons comme le vent".

Partager cet article
Repost0
20 mai 2007 7 20 /05 /mai /2007 00:21

Voilà Thalis encore bébé avec son doudou à elle. Il s'agit d'une peluche Mc Do, mais oui, mais oui et je peux vous dire qu'elle est hyper résistante, parce qu'avec les trempes qu'elle se prend encore régulièrement elle résiste bien. En fait, il y a deux p'tits tigres du même genre, eh bien Mademoiselle est comme les bébés, elle ne veut que celui-là, l'autre elle le snobe alors qu'à l'origine ils étaient strictement indentiques (le sont plus tellement maintenant faut dire).

De temps en temps, au petit matin (vers 3/4 heures du mat) petit Miss vient s'installer dans mon lit (pour être exacte sur mon ventre, ça va pour le moment elle ne pèse pas encore trop lourd) et parfois elle m'amène son doudou. 

La première fois qu'elle l'a fait ça a été panique à bord. 

Je m'explique, une nuit j'ai été tirée du sommeil par des miaulements plaintifs, l'instinct maternel ne m'ayant toujours pas quitté j'ai fait un saut de carpe dans le lit, me demandant ce qui arrivait à ma minette, vu les miaulements elle avait sûrement mal quelque part, donc tâtonnements sur la table de nuit pour trouver mes lunettes, retâtonnements pour trouver l'interrupteur (je sais le contraire serait plus logique, mais je commence toujours par les lunettes c'est comme ça), vlan un grand coup de lumière dans les yeux (encore heureux que j'ai des ampoules économie d'énergie qui montent en puissance lentement), regard affolé autour de moi m'attendant à trouver ma chatoune à l'article de la mort, eh bien non, il s'agissait simplement du petit animal venant me rejoindre en tenant sa peluche dans la gueule, seulement figurez-vous que miauler avec la bouche occupée c'est pas facile, de là les miaulements desespérés qui m'avaient faits peur. 

Maintenant, plus de problèmes quand j'entends ce genre de cris je sais que je vais accueillir deux peluches sur mon lit.

 

Partager cet article
Repost0
19 mai 2007 6 19 /05 /mai /2007 00:16

"La sagesse parfois, c'est de n'être pas sage"

Partager cet article
Repost0

Bonjour À Tous

  • : Mon carnet à Malices
  • : Ecriture, créations en fimo et autres modelages, lecture (fantastique, fantasy, thriller, humour), nos félins domestiques dans tous leurs états, photographie, musique
  • Contact

Rechercher

Mais encore

En Stock