Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 19:30

Que se passerait-il si les statues des temples hindous se mettaient à danser ? Ce serait probablement aussi enchanteur que cette superbe vidéo découverte chez Pyrausta.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 00:30

Dans la vidéo de Kamelot que je vous avais mis la semaine dernière, il y avait la voix d'Amanda Somerville.

La voici avec le groupe Trillium. Elle est nettement moins "romantique". Une chose est sûre, il ne vaut mieux pas être le lâche dont elle parle (les anglais nous ont manifestement piqué le mot couard !) parce que la demoiselle a les yeux revolvers !

 

 

The basic concept of truth seems to evade you
But I am here to set it right

I will not squander my faith
On fading, failing illusions
Longing will not rule my fate
Derailing, ailing...

Conjure storms, I'll take my chances
For I know that justice will come dance upon your grave
You coward

Parading secrets you steal
Instilling, willing confusion
Playing the part as you feel
Fulfilling, killing...

Cast your stones, I'll take my chances
For I know that justice comes to dance upon the graves of cowards

Red skies and diamond blades
Dead nights and minds ablaze

Tenacious racing toward a checkmate
~And you know I'm right ~
No gracious winner in that game
~ And the noose is tight ~

Fed lies, a common rage

It's martial law to advocate
No partial call could bear the weight

Though foresworn, you take your chances
You should know that soon there will be no one left to save you
Show your scorn, I'll take my chances
For I know that justice will come spit into your brain
You coward...

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 00:19

Défi pour le projet 52 de "Vivre la photo". Mine de rien pas si évident que ça comme thème.

J'ai donc bricolé "Chinois".

http://i32.servimg.com/u/f32/09/02/08/06/repas10.jpg

 

Et juste pour le fun, je vous remets le risotto de mon fiston

 

P8210434.jpg

 

Et ses menus de réveillon

Risotto et son dôme de saumon

 

http://i32.servimg.com/u/f32/09/02/08/06/20101212.jpg

 

Magrets de canard, paillasson de pommes de terre, sauce poivre

 

http://i32.servimg.com/u/f32/09/02/08/06/20101210.jpg

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 00:06

Sherry et son casse-tête nous invite à trouver quelque chose qui n'existe peut-être plus. Pas évident !

Ca pas de doute, ça existe encore. Mais pourquoi ces 3 livres là ?


http://i32.servimg.com/u/f32/09/02/08/06/prix610.jpg

 

Ca en revanche ça m'étonnerait que ça existe encore ! Billet d'honneur pour les 7 premières (et pour moi récompense parentale : un film au cinéma), billet de satisfaction pour les 7 suivantes (et pour moi récompense parentale : une poupée de Peynet).


http://i32.servimg.com/u/f32/09/02/08/06/prix510.jpg

 

Et de plus près ces petites merveilles qui mine de rien faisait drôlement plaisir !


http://i32.servimg.com/u/f32/09/02/08/06/prix711.jpg

 

Le pourquoi du comment des livres présentés ci-dessus se précise ! Il s'agit de trois des prix que j'ai reçu à l'école primaire. Mon préféré était celui du milieu. Je me souviens lorsque nous allions choisir notre livre par ordre de classement, quel plaisir de désigner celui qui allait être la récompense de l'année de travail (pour celui-ci c'était le 7ème sur 28 élèves avec une moyenne de 8,13 sur 10, pas mal quand même !), et tout le monde en avait un, même la dernière (qui à mon avis devait avoir une moyenne encore largement correcte).

Et le jour de la remise des prix, on le recevait tout enrubanné, des mains d'un auguste monsieur. J'ajoute n'avoir eu qu'un seul premier prix, celui de gymnastique et c'était un ballon (qui n'avait pas de ruban !).

Il y avait bien sûr, le prix d'honneur, le prix d'excellence, mais aussi le prix de camaraderie, d'assiduité, j'en passe et des meilleurs, bref tout le monde avait un petit quelque chose. Lorsque je suis passée en sixième juste après mai 68, cette tradition avait été supprimée pour ne pas "traumatiser" les moins bons ! Je peux vous dire que j'étais drôlement déçue avec l'impression que mon travail n'était plus reconnu ! Vive le nivellement par le bas et bonjour les dégâts !


http://i32.servimg.com/u/f32/09/02/08/06/prix410.jpg

 

Ici remise des prix pour mon Papa à gauche et mon oncle à droite, ils étaient beaux n'est-ce pas ? Photo probablement prise aux alentours des années 1935.


http://i32.servimg.com/u/f32/09/02/08/06/prix210.jpg

 

Et là, il s'agit de celle de ma petite fille modèle de Maman


http://i32.servimg.com/u/f32/09/02/08/06/prix310.jpg

 

Franchement, admirez le travail capillaire et les chaussettes tricotés maison ! Ces deux photos doivent dater d'avant la seconde guerre ou du tout début pour celle ci-dessous.


http://i32.servimg.com/u/f32/09/02/08/06/prix110.jpg

 

On a beau dire, mais c'était quand même un sacré moment dans la vie d'un écolier ! Il me semble que ça se fait à nouveau et c'est tant mieux, parce que mine de rien ça fait du bien de se sentir reconnu, vous ne pensez pas ?

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 00:46

Surprenant non l'un des thèmes de notre Atelier d'écriture de mercredi soir. Voilà donc mon histoire.

Ah chère madame, elle en a des choses à dire votre main !

Ah oui ? Et que dit-elle ?

Vous ne l'entendez pas ?

Non, je suis désolée !

Vous ne devez pas avoir l'oreille assez fine.

Ce doit être cela, alors que dit-elle ma main ?

Si vous mettez une petite pièce dedans, je pense que je devrais arriver à la convaincre de vous parler.

Vous croyez ? Bien voilà je mets une petite pièce dedans.

Elle est bien petite cette pièce, votre main n'a pas l'air prête à en dire beaucoup.

Ah, c'est embêtant, j'aimerais bien savoir ce qu'elle a à dire. Bon et avec cette pièce ci, est-elle plus bavarde ?

En effet, son murmure commence à être un peu plus audible, mais vraiment je dois tendre l'oreille, c'est fatigant.

Oh, je ne voudrais pas perturber votre ouïe !

C'est très aimable à vous, je pense qu'avec un petit effort supplémentaire, elle va parler haut et fort.

Bien sûr, c'est évident, suis-je sotte ! Voilà je viens de trouver ce billet dans ma poche, pensez-vous que cela sera suffisant ?

C'est parfait, voyez je le roule en cornet et je l'applique sur votre main. Ca y est j'entends très bien ce que votre main a à vous dire !

Merveilleux ! Ne me faites pas plus languir, que me dit-elle cette coquine ?

Elle vous annonce des choses merveilleuses ma chère, vous allez être riche, célèbre, aimée, faire de voyages tout autour de la terre !

Ah zut !http://www.iza-voyance.com/image/ligne_de_la_main.gif

Quoi ? Vous n'êtes pas contente ?

Eh bien, pour tout vous dire, cette main n'est pas la mienne, c'est une greffe et je crains bien que sa véritable propriétaire ne soit plus en état de profiter de toutes ces bonnes nouvelles. Pourriez-vous me rendre mon billet je vous prie ? Mon autre main, celle qui est vraiment à moi me susurre qu'elle a envie de vous gifler ! L'entendez-vous ?

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 00:09

Soirée Atelier d'écriture, alors, juste une petite plume pour vous écrire un mot !

 

http://i32.servimg.com/u/f32/09/02/08/06/plume_10.jpg

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 00:17

Pour ce prénom plutôt classique choisi par Jill Bill pour sa Cour de Récré, j'ai opté pour un métier très classique également, même si peu apprécié !

Si je vous dis :

"J'veux pas y aller, y va me faire mal ! "

"J'aurais pas dû y aller, j'avais pas mal avant !"

"S'il me fait mal, je le mords !"

"Je m'en fiche qu'il faille y aller tous les 6 mois pour le contrôle, j'irai pas !"

Pas besoin de vous faire un dessin, vous avez tous deviné ce métier, si redouté, est bien celui de dentiste, et je ne parle même pas des réflexions induites par certains appareils dentaires adolescents ou par les râteliers de nos grands-parents !

Eh bien, figurez-vous qu'une représentante de cette profession difficile vient de s'installer à Bigorbourg. Je me suis permis de la recruter car je tiens beaucoup à la santé bucco-dentaire de mes petits personnages ! (Et puis à noter que ce prénom signifie "couronne", nous sommes d'accord, dans l'antiquité les couronnes en céramique ne devaient pas être monnaie courante, mais comme vous le savez bien maintenant j'aime détourner les choses !). 

Bon revenons à nos moutons, à savoir l'installation d'Etiennette dans un cabinet flambant neuf.

Fraîchement émoulue de son école de dentisterie, Etiennette attend de pied ferme son premier client … qui se fait attendre. Les bigorbourgeois ne sont pas plus courageux face au dentiste que le commun des mortels (et comme dit l'humoriste Alex Métayer, il y a trois choses que l'on ne peut pas regarder en face : la mort, le soleil, le dentiste !).

Certes, ils y vont aussi, mais la plupart du temps c'est contraints et forcés lorsqu'une dent fait trop mal ou qu'un plombage a décidé de prendre la tangente. Et là bien sûr, comme tout le monde, ils râlent parce qu'ils ne peuvent pas être reçus tout de suite (si, si, avouez, ça m'étonnerait bien que vous n'ayez pas fait le coup au moins une fois !).

Manque de chance pour Etiennette, en ce moment tout le monde semble avoir des dents à haute résistance, un surplus de fluor peut-être !

Bref, la pauvrette est fort marrie et se demande si elle ne va pas être obligée de fermer boutique. Elle confie son désarroi à Madame Thècle, autour d'une assiette de gâteaux et d'une bonne tasse de chocolat.

Marguerite la productrice de lait (enfin la propriétaire de la véritable productrice de lait, la vache Marguerite, si vous ne vous souvenez pas d'elles, c'est ici), Achille le bibliothécaire et Paterne le curé du village, sont aussi en train de profiter des menus plaisirs proposés par Madame Thècle, ils en profitent pour s'intéresser à la conversation, tandis qu'au plafond plane Prudence l'ange gardienne de Bigorbourg qui profite d'une petite pause dans son sacerdoce (même devenue un être purement spirituel, elle aime encore venir admirer et respirer les douceurs de la vie terrestre). 

Tous sont désolés pour cette jeune personne bien sympathique en dépit de son métier.

La fine équipe décide donc de passer à l'acte.

Dans les jours qui suivent :

Les gâteaux de Madame Thècle sont un tantinet trop sucrés (et le sucre agace les dents), les glaces chouia trop froides (et le froid ce n'est pas terrible non plus pour les quenottes et les gencives).

Marguerite la vache, dûment informée par son amie à deux pattes, n'hésite pas à montrer à tous sa belle dentition bien blanche. Les bigorbourgeois sont d'ailleurs un peu interloqués par cet étrange sourire.

Achille le bibliothécaire met en valeur dans sa bibliothèque tous les livres qui parlent de près ou de loin de dents.

Quant à notre curé et à Madame Thècle, ils se lancent vaillamment et prennent rendez-vous chez Etiennette, bref, ils payent de leur personne. Ce qui leur permet ensuite de faire l'éloge de la nouvelle venue auprès de leurs concitoyens.

Ah ! Et Prudence ? Son rôle est fort ingrat et nul doute que l'archange Gabriel ne va pas être content, mais elle cache les brosses à dents, elle incite les habitants à manger caramel et nougat plus que de raison, elle envoie des rêves (plutôt des cauchemars) où les dents tombent comme les feuilles en automne.

Ces divers assauts, certes un brin sournois, portent rapidement leurs fruits et le carnet de rendez-vous d'Etiennette se remplit de manière fort correcte au grand bonheur de la jeune femme.

Et comme nous sommes à Bigorbourg, vous vous doutez bien qu'Etiennette a un atout supplémentaire dans son sac ou au bout de sa roulette si vous préférez (quant à savoir si elle le possédait avant d'arriver ou s'il n'est apparu que depuis qu'elle est devenue Bigorbourgeoise, ça c'est une autre affaire), mais il s'avère que ses soins sont réellement indolores. Lorsque le patient, un peu tendu, s'installe dans le fauteuil moelleux, il lui suffit de plonger,http://3.bp.blogspot.com/_RSwcsm6AaAA/TT9_QG3xsWI/AAAAAAAAAAQ/QgkOmkSSyyM/s220/dent-souriante.jpg brièvement, les yeux dans ceux d'Etiennette pour que subitement le temps n'existe plus et il est tout étonné d'entendre, quelques brefs instants plus tard, la jeune dentiste lui annoncer que ça y est, c'est terminé !

Bien sûr maintenant que le cabinet est bien lancé, gâteaux, glaces, vache, livres et rêves sont redevenus normaux et Gabriel n'a pas osé réprimander Prudence, Sainte-Apolline patronne des dentistes lui ayant rendu une visite "amicale".

 

 

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 19:30

Joëlle a photographié Gudule et Guduline, les cloches de Bigorbourg. Si, si, je vous assure, c'est même ici

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 00:56

Les journées racourcissant et la pluis s'invitant, je vous propose quelques feuilles de vigne-vierge pour mettre un peu de peps dans votre journée ! Oui, bon la photo n'est pas dans le bon sens, mais je trouve que c'est mieux comme ça ! Et pour les couleurs, c'est mon APN qui a utilisé la fonction "couleurs éclatantes" on peut dire que ce n'est pas une promesse en l'air !

 

http://i32.servimg.com/u/f32/09/02/08/06/img_1317.jpg

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 00:27

Aimer à la vie à la mort, à nouveau Khan du groupe Kamelot pour une très belle chanson, pas très gaie j'en conviens. Le semaine prochaine, je vous ferai découvrir la voix féminine.

 

 

When they met she was fifteen
Quand ils se sont rencontrés elle avait quinze ans
Like a black rose blooming wild
Comme une rose noire sauvage fleurissant
And she already knew
Et elle savait déjà
She was gonna die
Qu'elle allait mourir
 

"what's tomorrow without you
"Ce lendemain sans vous
Is this our last goodbye"
Est notre dernier adieu"

She got weaker every day
Elle devint plus faible chaque jour
As the autumn leaves flew by
Comme volent les feuilles d'automne
Until one day she told him
Jusqu'à ce qu'elle lui dise
This is when i die
Quand vais-je mourir

"what was summer like for you
"Ce qui ressemblait à l'été pour vous
She asked him with a smile
Lui a demandé en souriant
What's tomorrow without you
Qu'est ce que demain sans vous
He silently replied"
Il lui répondit silencieusement"

(she say)
(elle dit)
I will always be with you
Je serais toujours avec vous
I'm the anchor of your sorrow
Je suis l'ancre de ta souffrance
There's no end to what I'll do
Il n'y a aucune fin que je ferais
Cause I love you to death
Car je vous aime à la mort

But the sorrow went too deep
Mais la douleur est trop profonde
The mountain fell too steep
La montagne est tombée trop raide
And the wounds would never heal
Et les blessures ne guériront jamais
Cause the pain of the lass
Car la souffrance de la jeune fille
Was more than he could feel
était plus que ce qu'elle pouvait supporter

(he say)
(il dit)
I will always be with you
Je serais toujours avec vous
By the anchor of my sorrow
L'ancre de ma souffrance
All I know or ever knew
Tout se que je sais ou savait jamais
Cause I love you to death
Car je vous aime à la mort

"what's tomorrow without you
"Ce lendemain sans vous
Is this our last goodbye"
Est notre dernier adieu"

I will always be with you
Je serais toujours avec vous
I'm the anchor of your sorrow
Je suis l'ancre de ta souffrance
There's no end to what I'll do
Il n'y a aucune fin que je ferais
Cause I love you to death
Car je vous aime à la mort

 

Partager cet article
Repost0

Bonjour À Tous

  • : Mon carnet à Malices
  • : Ecriture, créations en fimo et autres modelages, lecture (fantastique, fantasy, thriller, humour), nos félins domestiques dans tous leurs états, photographie, musique
  • Contact

Rechercher

Mais encore

En Stock