Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 19:37

Je viens de lire vos commentaires sur ma photo "Reflets". Ne vous tordez plus le cou et ne vous posez plus de questions. Cette photo est constituée d'un vrai reflet, copié et colorisé en bleu et les deux photos ainsi obtenues ont été assemblées. C'est donc un reflet et un reflet !

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 00:35

Du bleu et du vert

Un monde empli de reflets

Doucement couler

 

refletdouble

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 00:03

 

Pour continuer dans le bleu que diriez-vous d'Edith et de Pierre ?

 

Ce n'est pas le même rythme on est bien d'accord !

 

 

Pas gai le monde, pas gai le monde
Taguer le monde en bleu
C'est c'qui lui va le mieux
Pas gai le monde, pas gai le monde
Taguer le monde
Tout c'que j'veux
C'est qu'la planète soit bleu d'outremer, méditerranéenne
Blue note dans l'univers


 Changer tous les systèmes
Assez de ces droites extrêmes
Du dieu dollar qui empêche
Que les gens s'aiment
C'est notre histoire
C'est notre mémoire Pas gai le monde, pas gai le monde
Taguer le monde en bleu
C'est c'qui lui va le mieux
Pas gai le monde, pas gai le monde
Taguer le monde
Tout c'que j'veux
C'est qu'la planète soit bleu d'outremer, méditerranéenne
Blue note dans l'univers On a le paradis
Pourquoi en faire un enfer ?
Arrêtez de violer
Notre mère Terre
C'est notre histoire
C'est notre mémoire

Pas gai le monde, pas gai le monde
Taguer le monde en bleu
C'est c'qui lui va le mieux
Pas gai le monde, pas gai le monde
Taguer le monde
Tout c'que j'veux
C'est qu'la planète soit (x3)
Bleu d'outremer, méditerranéenne
Blue note dans l'univers

Changer tous les systèmes
Blue note dans l'univers
Blue note dans l'univers.

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 00:34

Un peu de bleu pour Photographe du Dimanche.


http://i42.servimg.com/u/f42/09/02/08/06/p1380310.jpg 

http://i42.servimg.com/u/f42/09/02/08/06/p1380311.jpg

 

http://i42.servimg.com/u/f42/09/02/08/06/p1380312.jpg


Partager cet article
Repost0
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 19:04

Qui ? Mais le chat de Simon. Absolument génial comme d'habitude.

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 00:15

Je ne sais pas s'il s'agit de préparatifs pour un départ vers des contrées plus chaudes, mais j'ai eu la bonne surprise de trouver ces oiseaux sur une photo prise un peu au hasard pour tester les capacités de mon appareil photo et les miennes par la même occasion. C'est flou, mais je n'ai pas de pied.

 

Des nids désertés

S'élancer dans l'infini

Un bien long voyage

 

P1380245

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 00:19

Défi du mois d'Octobre pour l’Enquête du Chaton : "Mina et la tringle cassée".

Mina petite chatte vivant à la campagne a grimpé aux rideaux, des rideaux sur la tringle, et accident... Mina se dit  innoncente, à vous de m'aider.

C'est Louv' du Chant des loups qui nous a demandé d'enquêter.


Pauvre petite Mina, ses humains l’accusent d’avoir abîmé et décroché les rideaux. Moi, Thalis, propriétaire de la deux pattes qui tient ce blog, je me porte au secours de cette pauvre opprimée.

D’abord Mina, sache que je fais la même chose, ma deux pattes ne râle pas parce que ses rideaux ressemblent à des filets, donc je n’abîme rien, alors dans un premier temps essaye de convaincre tes propriétés d’acheter ce type de rideaux, ça fait comme une échelle et ce sera donc bien plus sûr pour toi.

Ensuite, si les rideaux sont tombés, c’est uniquement parce qu’ils étaient mal fixés, tu n’y es donc absolument pour rien, fais bien comprendre à tes humains qu’ils n’avaient qu’à mieux travailler.

Et pour finir, ce dont je suis sûre, c’est qu’en fait tu as voulu venir en aide à tes ingrats de deux pattes. Si tu es comme moi, tu dois adorer grignoter ces grosses bestioles noires avec plein de pattes, ça craque sous la dent, un vrai délice. Ma propriété a horreur de ces trucs, et va-t-en savoir pourquoi elle a l’air encore plus dégoûtée lorsqu’elle retrouve la bestiole « éparpillée façon puzzle », elle dit que j’ai encore fait une « araignée Garfield », aucune idée de ce que ça peut bien vouloir dire.

Bon pour en revenir à toi, je suis donc absolument sûre que tu as du traquer un de ces machins en haut duhttp://www.zeguigui.com/weblog/uploads/Image/DSCN0644_small.JPG rideau pour l’empêcher d’attaquer tes humains, manque de chance pour toi lors de ta chute, l’affreux bestiau en a profité pour filer et donc tu n’as pas pu le montrer à tes accusateurs en guise de preuve de ton courage.

Voilà, Louv’ honte à toi pour oser accuser la pauvre petite Mina d’avoir volontairement fait des dégâts, elle a risqué l’accident uniquement pour toi ! J’espère que le rouge de la honte te monte au front.

 

thalis.gif

 

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 19:22

Bien reprenons donc le fil de l’histoire de Cunégonde et Cunégondange.

Tandis que Cunégonde tenante du prénom s’en donne à cœur joie à voler dans tous les sens, Cunégondange commence à enchaîner avec délectation maladresses et imprudences, à croire qu’elle a fait ça toute sa vie (en fait oui, c’est le cas, mais de l’autre côté de la barrière).

Elle démarre en douceur en tenant son bol de chocolat de travers, le liquide tangue tant et plus, d’un coup d’aile Cunégonde entre dans la cuisine et rétablit l’équilibre, elle en profite pour empêcher la tartine de tomber du côté de la confiture.

Elle doit ensuite se dépêcher de détourner le bras qui passe trop près de la cafetière pleine de café bouillant. Elle enchaîne sur l’antique patin à roulettes découvert dans le grenier et qui gît sur une marche de l’escalier.

En direction de l’école, elle doit se dépêcher de balayer quelques feuilles mortes qui cache une borne dans laquelle Cunégondange est prête à shooter.

Dans la cour de récréation, elle a toute les peines du monde à éviter que Cunégondange s’envole de la balançoire sur laquelle elle est perchée sur une jambe, une copine lui a dit qu’elle n’était pas cap !

A la cantine, elle remet le couteau dans le bon sens avec que le tranchant n’entaille le doigt imprudent, fait dévier la cuillérée de purée qui menace de percuter l’institutrice de plein fouet.

A la sortie de l’école, elle fait tout ce qu’elle peut pour cacher l’arbre aux branches tentatrices « viens, viens, escalade moi ! »

De retour à la maison, il lui faut repêcher Cunégondange qui s’amuse à faire de l’apnée dans son bain, lui ôter de la tête l’envie de grimper sur le rebord de la fenêtre pour admirer le clair de lune.

Bref Cunégonde EN BAVE ! Et Cunégondange est … aux anges !

Prudence étant bien décidée à enfoncer le clou, la « plaisanterie » se poursuit pendant une semaine entière et la petite Cunégonde n’en revient pas de l’inventivité de Cunégondange. En attendant elle commence à se rendre compte que certaines actions risquent d’entraîner de gros désagréments si on « pousse le bouchon un peu loin, Maurice ! ».

A la fin de cette semaine épique, Prudence rapatrie sur son nuage les deux Cunégonde. L’ange gardienne est regonflée à bloc, heureuse de vivre, elle a passé une semaine de vacances idéale et s’est défoulée de plusieurs centaines d’années de frustration et de bonne conduite. Cunégonde, quant à elle, est complètement éreintée et n’a même plus envie de voler, c’est dire.

« Alors ma jeune amie ? Que pensez-vous de cette expérience ? Hmmmm !!!! » s’amuse Prudence.

Cunégonde se tortille, soupire et lâche le nez baissé et à voix très basse « vous aviez raison »

« Pardon ? Vous dites ? »

« Vous aviez raison ! »

« Mais encore ? »

« Vous aviez raison, je suis trop téméraire ! »

« Bien je suis contente que vous vous en rendiez compte. N’oubliez pas simplement que courage et témérité sont deux choses bien distinctes. Restez une petite fille courageuse et vous ferez des merveilles de votre vie et pour vous récompenser de votre semaine d’efforts et surtout de votre prise de conscience, je vais vous offrir un petit cadeau. »

Brusquement, Cunégonde reprend du poil de la bête.

« Un cadeau ? »

« Oui, une fois par mois, votre ange gardienne viendra vous chercher, vous prêtera ses ailes et vous pourrez profiter de la journée pour vous amuser et découvrir le monde. Cela vous convient-il à toutes les deux ? »

Cunégonde attend avec impatience la réponse de son ange gardienne. Celle-ci la regarde avec sévérité, puis éclate de rire devant la mine penaude de sa protégée.

« Allez, c’est d’accord pour moi. D’ailleurs je me suis bien amusée à être humaine pendant une semaine et tes devoirs de maths étaient drôlement rigolos à résoudre ! »

Cunégonde pense que les anges ont curieuse conception de l’amusement, mais bon ! Les deux demoiselles sehttp://www.jany-peinture.fr/pho/ag/ange-1.jpg serrent la main, sans rancune et Cunégonde rejoint son lit pour un bon somme réparateur, guérie en prime de son somnambulisme.

Cunégondange quant à elle remercie avec effusion Prudence et s’en va rêver à sa prochaine journée de détente sur terre.

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 00:18

Me revoilà pour la suite de l’histoire de Cunégonde.

Prudence pour permettre à son employée de garder plumes et santé mentale, a décidé de prendre en main l’éducation de la petite Cunégonde. Elle demande pour cela son aide à Monsieur le Comte Amédée.

D’abord, il se fait un peu tirer l’oreille, son job après tout c’est de raconter de belles histoires aux enfants dans leurs rêves, pas de jouer les éducateurs !

Mais bon, Prudence est déterminée et un coup d’œil sur l’ange gardienne réduite à un état de loque fini par avoir raison de son refus.

Alors une nuit, Amédée s’introduit dans les rêves de la charmante Cunégonde et s’efforce de lui montrer à quel point ses parents et ses amis seraient malheureux si quelque chose lui arrivait, et combien elle-même aurait mal si elle venait à se casser quelque chose. Malheureusement, Monsieur le Comte Amédée ne se révèle pas assez convaincant et lorsqu’elle se réveille Cunégonde à de nouvelles idées de bêtises à tester.

Prudence doit quasiment sortir une serpillère pour éponger les pleurs de l’ange gardienne complètement démoralisée.

Alors là, tant pis, il faut avoir recours aux grands moyens. Prudence s’attaque directement à l’archange Gabriel, son patron. Celui-ci n’est absolument pas en mesure de lui résister (il n’essaye même plus d’ailleurs) et consent à entériner le plan démoniaque de Prudence.

Le lendemain matin, Cunégonde se réveille. Elle est nichée dans un nuage et, ahurie mais ravie s’aperçoit qu’elle est pourvue d’une paire d’ailes. A ses côtés se tient une vieille dame ailée aussi mais à l’air bien sévère.

« Jeune fille, vous nous causez beaucoup de soucis ! A votre ange gardienne, à vos parents et à moi, il est temps de vous mettre un peu de plomb dans la tête ! Regardez en bas, dans votre chambre »

Cunégonde se penche et se voit dans son lit, mais oui c’est bien elle, ça alors !

« Je suis morte » demande-t-elle tout en testant ses ailes.

« Non, rassurez-vous » répond Prudence tout en s’apercevant, avec stupéfaction, que la nouvelle du contraire n’aurait pas perturbé la demoiselle plus que de raison trop contente de se voir pourvue d’une paire d’ailes « la personne dans votre lit, à votre place est votre ange gardienne et vous allez devoir la surveiller, ainsi vous pourrez peut-être comprendre les conseils de prudence que vos parents n’arrêtent pas de vous seriner et la fatigue que vous avez occasionné à mon assistante depuis votre naissance ! »

Cunégonde hausse les épaules. Bah, elle va bien arriver à gérer la situation et hop elle s’élance et teste looping sur looping.

Prudence la rappelle à l’ordre vertement en lui désignant sa maison. L’ange gardienne qui vient de s’éveillerhttp://www.comptoir-religieux.fr/img/p/1425-1876-thickbox.jpg dans une peau de Cunégondange est bien décidée à se défouler et à se venger de ses années de travail à plein rendement (certes ce n’est pas beau pour ange de vouloir se venger, mais mettez-vous à sa place, elle en a méchamment bavé !)

Et vous aussi qui devrez attendre ce soir la fin de mon histoire. Désolée mais Cunégonde était inspirée !

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 00:22

Que voilà encore un prénom difficile à porter ! Merci Jill Bill !

Prudence, l’ange gardienne de Bigorbourg, a devant elle, une autre ange gardienne au bord du burn-out. La pauvre est dépenaillée, les ailes déplumées, l’auréole de travers, des valises sous les yeux !

Mais que lui arrive-t-il ?

« C’est Cunégonde » répète en boucle, la malheureuse depuis déjà un bon moment. Son ton est aussi pitoyable que son aspect.

Prudence lui sert une bonne tasse de thé et lui demande des explications complémentaires.

La pauvre soupire, avale une gorgée du revigorant breuvage et lâche dans un soupir.

« C’est Cunégonde, elle aura ma peau ! »

Patience n’en croit pas ses oreilles, mais enfin est-ce un langage pour un ange ?

« Comment ça, ta peau ? »

« Oui, ma peau, mes plumes et mon auréole en prime ! Non mais vous avez vu la monstresse ? »

« Euh, pas vraiment » bafouille Prudence un peu gênée « Tu sais, j’ai beaucoup de boulot avec Bigorbourg. »

« Eh bien » repart l’ange gardienne « je peux vous dire que Cunégonde à elle seule est la cause de plus de la moitié du travail »

Et la pauvre chose déplumée se met à détailler les catastrophes, accidents, aléas, bouleversements, chamboulements, chambardements, perturbations, pour ne pas dire cataclysmes déclenchés par la-dite Cunégonde et qu’elle doit, en tant qu’ange gardienne, gérer pour éviter que Bigorbourg ne sombre dans la pagaille la plus indescriptible.

« En fait » précise-t-elle « tout est la faute de ses parents ! Enfin quoi, appeler une petite fille Cunégonde quelle idée, ils n’ont même pas pensé à regarder l’étymologie de ce prénom ces imprudents. Vous savez ce que ça veut dire Cunégonde, hein vous savez ? » l’ange gardienne toise Prudence d’un air furibond tout en essayant de remettre son auréole à peu près d’aplomb.

Prudence avoue son ignorance et l’ange gardienne se met à brailler, avant de s’écrouler en pleurs, renversant sa tasse de thé sur les promeneurs passant sous le nuage (promeneurs s’interrogeant d’ailleurs sur l’odeur bizarre de cette pluie –encore un coup de la couche d’ozone sûrement-)

« CA VEUT DIRE CELLE QUI NE CRAINT RIEN !!!!!!!  Non mais vous vous rendez compte de ce que ça peut donner une enfant qui ne craint rien, dites, vous vous en rendez compte » sanglote la pauvre ange gardienne.

Et la voilà qui détaille les bêtises diverses et multiples de la délicieuse Cunégonde, parce qu’elle est jolie comme un cœur cette petiote. Une adorable brunette aux grands yeux bleus candides à qui on donnerait le bon dieu sans confession, mais qui très certainement ferait l’admiration du diable tant ses inventions sont diversifiées. A côté d’elle, il faut bien le dire la Sophie de la comtesse est très largement distancée !

Il y a bien sûr les doigts dans les prises de courant ou dans les portes, la dégustation de sable ou de chewing-gum usagés, la jonglerie avec les couteaux et les allumettes, l’assèchement des verres de l’apéritif laissés bêtement à traîner, l’arrachage des fleurs, les nœuds au tuyau d’arrosage, le désossage de l’aspirateur, du réveil, du magnétoscope, l’escalade de tout ce qui peut s’escalader. Bref tout ce qui peut passer dans la tête d’une petite fille pleine d’imagination et qui n’a peur de rien.

Inutile de vous dire que ses pauvres parents ne savent plus à quel saint se vouer, ils font bien d’ailleurs, parce que les saints en question ont assez à faire avec leur Sainte Cunégonde à eux.

L’ange gardienne reprend son souffle et continue :

« Bref, et je vous en passe ! Inutile de vous dire que je suis de garde 24 h sur 24 ! »

« Tu exagères » rétorque Prudence « enfin, elle doit bien dormir cette petite ! »

L’ange gardienne frôle la crise d’hystérie et hurle (déclenchant un coup de tonnerre qui alerte les passants qui viennent de se prendre sur la tête une pluie de thé)

« MEME PAS, ELLE EST SOMNABULE ! » et elle s’écroule à nouveau en pleurs, ajoutant dans un reniflement

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSNhGSudUE65PG_30tXyXwlCvOCv7L4wHLANiASi59q0dsEOPAQ8avDq46b

« Hier soir, elle a voulu s’envoler, j’ai juste eu le temps de la dérouter vers la salle de bains. Je n’en peux plus, je n’en peux pluuuuuuuuuuus »

Pendant ce temps, Prudence a bien réfléchi au problème et elle décide de prendre les choses en main avant que son ange gardienne ne lui fasse une dépression XXL.

Et comme mon histoire est déjà longue, vous aurez la suite demain !

Partager cet article
Repost0

Bonjour À Tous

  • : Mon carnet à Malices
  • : Ecriture, créations en fimo et autres modelages, lecture (fantastique, fantasy, thriller, humour), nos félins domestiques dans tous leurs états, photographie, musique
  • Contact

Rechercher

Mais encore

En Stock