Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 00:01

Macha, Macha ne soit pas timide et viens te présenter à Jill Bill et à sa cour de récré.

Zita a accueilli il y a peu une de ses cousines. Elle répond au prénom de Macha.

Cette jeune personne est aussi étonnante que Zita.

Si Zita ne sort qu'à la nuit tombée, Macha elle peut aller et venir quand bon lui semble.

Si le rôle de Zita consiste à apaiser les jeunes enfants et à calmer les insomniaques, celui de Macha est un peu différent, même s'il permet à ceux qui profitent de ses services de retrouver le sommeil.

Autant le dire, tout à Bigorbourg n'est pas toujours rose. Ses habitants rencontrent parfois des cas de conscience ou font de mauvaises actions comme tout un chacun.

C'est là que Macha intervient, mais avec tellement de discrétion que pour tout dire, il y a très peu de Bigorbourgeois qui connaissent son existence.

Je ne sais pas pour vous, mais en ce qui me concerne lorsque je suis face à un dilemme ou lorsque j'ai fait une ânerie et que je me sens coupable, il m'arrive de discuter, avec moi-même et à haute voix, du pour et du contre, de m'enguirlander ou de me trouver des excuses. Bien souvent ces règlements de comptes interviennent soit devant le miroir, soit une fois couchée, ce qui ne facilite pas l'arrivée du sommeil. Je suis bien sûr que vous avez vos trucs aussi !

Les bigorbourgeois, eux, ont la chance d'avoir Macha, mais ils ne le savent pas vraiment.

Lorsqu'ils ont un problème à résoudre et à résoudre seuls de préférence, ils se sont aperçus que s'ils se plantaient devant une surface réfléchissante et exposaient le problème à haute voix, une fort jolie voix sortie de nulle part leur répondait et ils pouvaient ainsi instaurer un dialogue très productif même si parfois il pouvait être un peu musclé, car mine de rien Macha a du caractère et elle sait mettre ses "patients" devant des évidences pas toujours agréables à accepter et si elle est sûre de son fait, ils auront beau tourner autour du pot, il faudra bien qu'ils y tombent à un moment ou à un autre.

Mais me direz-vous, personne ne s'étonne donc d'entendre les uns et les autres parler à haute voix, plantés devant une fenêtre reflétant la nuit, devant un miroir, ou les yeux dans les yeux de son rétroviseur (à l'arrêt de préférence) ? Eh bien non, tout le monde faisant la même chose, cette bizarre habitude est parfaitement acceptée de tous.

Et comme les problèmes à résoudre se posent souvent le soir ou la nuit, lorsque l'esprit est débarrassé des contingences bassement matérielles, c'est à ce moment que Macha a le plus de travail. En riant, Zita, l'appellehttp://img.over-blog.com/315x500/3/03/94/96/mes-nouvelles-images/oeil-bouche-2000.jpg "Macha la voix de la nuit".

N'empêche que grâce à elles deux les Bigorbourgeois, en paix avec eux-mêmes, bénéficient le plus souvent d'un sommeil calme et réparateur.

Mais à quoi peut bien ressembler Macha vous demandez-vous ? Je ne sais pas, à quoi peut bien ressembler une voix à votre avis ?

Partager cet article
Repost0
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 00:04

Petit prénom du jour pour la Cour de récré de Jill Bill. Il m’en a donné du mal ce fripon, il faut dire que pour moi Raoul c’est le chat de Léonard de la BD. Et puis, à force de le tourner et de le retourner dans ma tête. Il a bien voulu pointer son nez.

L’ado avait décidé qu’il lui fallait un animal un peu plus classe qu’un simple chat ou chien. Il avait donc tanné ses parents jusqu’à obtenir cette bestiole blanche. Seulement voilà, les bestioles, il faut s’en occuper, leur trouver un gîte pour les vacances et, là, problème !

C’est comme ça que l’animal se trouva catapulté hors de la voiture (après tout se dirent les parents ce n’est ni un chien, ni un chat, ce n’est pas grave).

La première nuit qu’il passa dans la forêt fut terrifiante ! Tous ces bruits, ces odeurs, inconnus pour le citadin qu’il était, le faisaient trembler de peur. Il se réfugia dans un trou sous un arbre et attendit le matin.

A l’aube, il avait bien faim, d’habitude la nourriture arrivait toute seule, mais là dans cet endroit hostile comment faire ? Une branche craqua derrière lui, il fit un bond qui lui permit d’échapper à la gueule prête à le saisir. Il prit vite ses pattes à son cou et s’enfonça plus profondément dans la forêt.

Mais arrêtons là, la partie tragique, parce que vous vous doutez bien que notre petit animal vient de débarquer dans la forêt de Bigorbourg et, justement, la pie qui avait déjà tiré d’affaire Chapimou le chaton, voit passer le fuyard et décide de l’aider.

Elle va réveiller Olympe, la chouette et lui explique le problème. Autant elle avait réussi à guider Chapimou, autant avec ce petit nouveau la tache s’avère difficile. Olympe ronchonne, prend son envol et guidée par la pie, elle s’élance sur les traces de l’animal paniqué.

Quand elle le repère, elle fond sur lui les serres en avant et le saisit. La pauvre bestiole s’en évanouit de peur pensant sa dernière heure venue.

Olympe toujours escortée de la pie, lâche la boule blanche au milieu de la cour de récréation où elle roule entre les pattes de Chapimou. Celui-ci est devenu un fort beau chat. Il considère l’arrivant avec intérêt, un diner facile peut-être. Il tend une patte un peu trop griffue, lorsqu’il est interrompu par un criaillement de sa copine la pie qui lui fait comprendre qu’il serait sympa de faire ami-ami avec le nouveau venu, après tout, lui aussi a été dans la même situation.

Chapimou en convient et se met à lécher le petit animal pour qu’il se réveille. Inutile de dire que se retrouvant face à face avec ce gros chat, la petite bestiole tourne encore de l’œil.

Chapimou, la pie et Olympe se regardent, ils sont mal partis !

Mais, heureusement, Mademoiselle Agathe l’institutrice a assisté à la scène. Elle s’approche et prend entre ses mains l’animal évanoui.

Tout doucement, elle l’emmène dans la classe, escortée par ses jeunes élèves qui se bousculent pour admirer la nouvelle mascotte.

Agathe murmure quelque chose à l’oreille de Liroli, la fillette acquiesce, file à toutes jambes et revient bientôt en tenant précieusement un morceau de fromage qu’elle tend à Agathe. Celle-ci met l’odorant aliment devant un nez rose qui se met à frétiller. Deux grands yeux bleus s’ouvrent et se fixe sur ce délice, il est au paradis sûrement, vite, vite, il avale la manne céleste et s’aperçoit soudain qu’il est entouré de répliques de celui qui l’a oublié, ils ont l’air content de le voir, alors il se redresse sur ses pattes arrières et émet un petit couinement hésitant.

Agathe rit et lui souhaite la bienvenue.

« Comment on va l’appeler Mademoiselle ? » demandent en chœur les élèves.http://4.bp.blogspot.com/_wdLCGMkZK94/SGEWX3PdmeI/AAAAAAAAABI/fOB9WPXFDB0/s400/ChatNoirRatBlanc.JPG

« Eh bien que diriez-vous de Rat qui roule, c’est comme ça qu’il est arrivé, en roulant ! »

« Oh oui, Raoul, Raoul, c’est chouette ». Et voilà comment un nom un peu long se trouve réduit à un simple prénom et c'est nettement mieux.

Quant à Raoul, il coule des jours paisibles à l’école avec Chapimou qui est maintenant un grand copain.

Partager cet article
Repost0
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 00:01

Pour notre amie Jill-Bill et sa cour de récré, le prénom Daisy 

Allez savoir pourquoi, mais lorsque j'ai lu ce prénom, il ne m'a pas parlé de fleur (d'ailleurs il parait qu'en anglais Daisy veut dire Œil du jour !), ni de canard ! Non, il m'a chanté un petit air "Toi ma p'tite folie, mon p'tit grain de fantaisie".

Une fois la graine plantée, je l'ai laissée pousser. Et voilà qu'en est sortie une charmante Papillange, voulant me faire mentir, elle a décidé de s'habiller de pétales de marguerites et de poser sur ses cheveux blonds un ravissant diadème de perles de rosée. Elle m'a fait un clin d'œil d'un beau vert tendre et elle s'est envolée, ses ailes mordorées ont battu un instant et elle a vite, vite, rejoint Bigorbourg pour mener sa mission à bien.

Sa mission, vous vous en doutez bien c'est d'apporter un p'tit grain de folie et de fantaisie dans le monde. Bon effectivement, Bigorbourg ne manque ni de folie, ni de fantaisie, mais un petit coup de pouce supplémentaire ne peut sûrement pas nuire.

Alors la charmante petite Daisy va souffler :

Au père Paterne, de faire ses sermons en chantant.

A Achille, le bibliothécaire, l'achat de livres vierges dans lesquels ses lecteurs viendront écrire tout ce qui leur passe par la tête.

A Colette, la sourcière, des jeux d'eaux dignes de Versailles.

A Gaston, l'inventeur, un nouveau jeu qui réunira petits et grands.

Aux poissillons, un grand ballet chatoyant, illuminé par Marius l'éclair.

A Venceslas, l'âne peintre, une BD rassemblant tous les animaux du village.

A Thècle, la sorcière, une recette de petits gâteaux qui provoqueront des fous-rires.

Mais les autres habitants aussi seront gâtés. Ces dames offriront des fleurs à ces messieurs, qui eux leur feront de bons petits plats et leur proposeront un diner aux chandelles. Les voitures se gareront du premier coup sans manœuvrer. Les horloges s’amuseront à tourner à l’envers. Les enfants rangeront leur chambre sans rechigner. Les parents se découvriront des talents de conteurs. Les fleurs s’amuseront à changer de couleur. La pluie remontera dans les nuages. Le vent viendra faire les poussières dans les maisons. Les araignées tisseront de superbes rideaux. http://mamiealecoute.m.a.pic.centerblog.net/yog1h303.gif

Et la petite Daisy de son côté ira jouer à saute-mouton sur les champignons du cercle des fées avec ses amis les autres papillanges, et Romphaire le grognon en sourira.

Prudente, elle évitera quand même d'inspirer les farceurs et les casse-cou, comme Anicet, Innocent, Félicité ou Cunégonde, ils ont déjà bien assez d’imagination .

Et puis, si elle a envie de s'amuser encore, elle m'a assuré qu'elle allait venir faire un tour dans notre monde prosaïque et terne, pour lui donner un regain d'énergie et de joie de vivre. Alors si vous avez envie de faire une petite folie mais que vous n'osez pas, appelez Daisy, elle viendra à la rescousse.

 

Partager cet article
Repost0
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 00:46

Gaylor aujourd'hui dans la Cour de Récré de Jill Bill

Cunégonde, notre petite casse-cou, est punie ! Bon d’accord depuis qu’elle est amie avec son ange gardienne Cunégondange elle fait moins de bêtises, mais que voulez-vous comme on dit, chassez le naturel et il revient au galop.

Bref, sa dernière cascade ayant un peu, beaucoup, stressé ses parents, ceux-ci ont décidé de sévir. Cunégonde est consignée dans le jardin. Encore que, si je puis me permettre, il me semble que le jardin peut encore être source d’un nombre infini de sottises, mais bon, je ne vais pas m’ingérer dans la politique éducative des parents de notre jeune amie.

Cunégonde va et vient sur la pelouse, boudeuse et de mauvais poil. Une petite motte de terre a la fâcheuse idée de la faire trébucher. Elle lui donne un coup de pied rageur, envoie terre et herbe balader et aussi autre chose, quelque chose qui semble rouge.

Voilà qui distrait Cunégonde de sa mauvaise humeur, va-t-elle pouvoir s’amuser avec ce truc ?

Elle décide que le machin voltigeur est un dangereux bâton de dynamite, comme celui avec lequel Vil Coyote embête Bip-Bip. Mais elle, Cunégonde va arracher la mèche et sauver le drôle d’oiseau, et puis comme ça il va devenir son ami et ensemble ils pourront courir partout, et surtout très loin de ses méchants parents et, et, et déception, le terrible explosif est un crayon, un bête crayon rouge.

Bon, ceci dit, en y réfléchissant bien, un crayon ce n’est pas mal non plus pour faire des bêtises, Cunégonde fronce les sourcils, un petit sourire qui n’augure rien de bon se dessine sur son visage.

Un crayon, ça crayonne et les murs ça fait de très belles surfaces pour gribouiller ! Elle le sait, elle a déjà essayé, et puis punie pour punie, après tout (que celui qui n'a jamais fais sa tête de mule lui jette la première pierre comme on dit) !

Voilà donc notre petite Cunégonde dans sa chambre, le crayon rouge bien calé dans la main. La porte fermée lui offre un superbe tableau blanc. Elle s'approche et commence à griffonner, comme elle ne sait pas trop quoi dessiner, son esprit se met à battre la campagne et elle s'imagine en train de danser avec Igor le coq du clocher tout là-haut au-dessus de Bigorbourg.

Une curieuse sensation de chaleur se répand dans sa main et le crayon s'envole littéralement pour esquisser en quelques traits rapides un coq et un clocher. Un nuage enveloppe Cunégonde et la voilà qui se retrouve à califourchon sur le dos d'un Igor outré !

"Génial" braille notre petite peste. Seulement voilà, comment descendre ? Elle agite le crayon dans tous les sens comme si c'était une baguette magique, mais rien ne se passe, aïe, aïe, aïe ! Maligne, Cunégonde se dit qu'elle va penser très fort à sa chambre, elle sent le crayon qui s'échauffe, mais comme il n'a rien sous la mine pour dessiner, la tentative tourne court.

Le vent se lève et voilà Igor qui tourne comme une toupie, Cunégonde se cramponne, commence à avoir mal au cœur et elle est bien obligée d'appeler du renfort, même si elle pressent que le dit renfort ne va pas être aimable avec elle.

"Cunégondange s'il te plait tu peux venir m'aider ? S'il te plait, s'il te plait, s'il te plait !"

Et voilà l'ange gardienne de Cunégonde qui apparaît, furieuse en effet.

"Il n'y a vraiment pas moyen de te laisser toute seule cinq minutes ! Tu avais promis d'être sage pourtant !" Brusquement l'ange s'aperçoit de l'endroit incongru dans lequel est coincé sa protégée "Mais, mais, comment as-tu fait pour monter jusqu'ici ?" demande-t-elle bouche bée.

Cunégonde tend le crayon rouge "C'est lui qui m'a amené" répond-elle piteusement.

"Gaylor, tu as trouvé Gaylor ! C'est pas possible, je croyais qu'on en était débarrassé !"

"Eh t'es pas sympa" piaille une petite voix "c'est pas ma faute si les enfants m'utilisent uniquement pour faire des bêtises !" Et dans la main de Cunégonde, le petit crayon rouge et furieux se tortille.

Cunégondange se pince l'arête du nez, il y a des moments où même les anges gardiens ont la migraine. D'un claquement de doigt, elle rapatrie tout son petit monde dans la chambre de Cunégonde. Elle tend une main péremptoire à sa filleule "Donne moi ce fauteur de troubles que je le taille définitivement ! Je croyais pourtant que le dernier enfant à l'avoir eu en main l'avait perdu une bonne fois pour toute !"

Cunégonde serre le petit crayon contre elle "Non, je ne veux pas que tu lui fasses du mal !"

"Mais c'est à toi qu'il va faire du mal ! Et si la prochaine fois tu dessines, je ne sais pas moi, un boa par exemple tu vas te faire étouffer et je te connais tu ne vas pas pouvoir t'empêcher de jouer les casse-cou, et moi je ne peux pas toujours être derrière toi !"

Cunégonde comprend que là, elle a poussé le bouchon un peu loin et elle essaye d'amadouer son ange gardienne.

"Non, je te promets, je ne dessinerais que des jolis choses pas dangereuses, des fleurs, des nuages par exemple"

Cunégondange la regarde d'un air suspicieux "Mon œil oui !" (je sais c'est un langage peu orthodoxe pour un ange) "Dès que je vais avoir tourné les ailes tu vas faire une ânerie !"

Cunégonde, fine stratège regarde son amie ailée, elle sait bien qu'elle aussi aime bien s'amuser de temps en temps, et lui fait une proposition qu'elle ne peut pas refuser. L'ange résiste un peu, pour la forme, et finit par céder. C'est d'accord, Gaylor restera tranquillement dans le plumier de Cunégonde et deux fois par mois, leshttp://static.freepik.com/photos-libre/crayon-de-couleur-rouge_21101252.jpg deux amies lui demanderont de dessiner une aventure extraordinaire rien que pour elles.

Gaylor ronchonne un peu, mais c'est toujours mieux que d'être enterré ou réduit en sciure et Prudence l'ange gardienne en chef donne son accord, il faut dire qu'elle n'a pas trop le choix la pauvre ! Et juste une dernière précision, pourquoi Gaylor, parce que c’est le prénom gravé en haut du petit crayon et bizarrement ce prénom est aussi celui du papa de Cunégonde.

Partager cet article
Repost0
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 00:52

Un prénom du jour tout doux pour Jill Bill et sa cour de récré : Violaine

En ce beau jour de janvier, Inès, la belle brebis de Pernelle, toute pomponnée de frais, a envie d'aller faire une petite promenade au grand air. Elle aime se promener museau au vent, sans compter que marcher c'est bon pour la ligne.

Voilà donc notre amie qui s'engage dans la forêt, admirant les arbres dégarnis, discutant avec le petit peuple et avec les animaux qui n'hibernent pas.

Elle s'enfonce de plus en plus sous la futaie, sans se rendre compte que le ciel se plombe de plus en plus. Hélas, elle aurait mieux fait d'écouter plus attentivement Pernelle qui parlait de l'arrivée proche de la neige, parce que ça y est, elle arrive, se met à tourbillonner, s'engouffre sous les arbres.

Inès se dépêche de faire demi-tour, elle se met à courir, mais dans sa hâte de rentrer se mettre au chaud dans la bergerie, voilà qu'elle se trompe de chemin.

Elle s'enfonce plus profondément dans le bois, la température d'agréablement vivifiante, devient carrément glaciale. La pauvre Inès se met à trembler de froid, elle cherche un abri et se met à bêler de détresse. Mais qui va bien pouvoir venir à sa rescousse au milieu de tout ce blanc ?

Elle commence à désespérer, aveuglée par les flocons qui tombent serrés, lorsqu'un bêlement répond au sien.

Est-ce possible l'une de ses amies de la ferme serait-elle venue la chercher ou n'est-ce qu'un écho ?

Pour en avoir le cœur net, Inès bêle à nouveau. Et ? Et oui, pas de doute quelqu'un arrive !

Inès entend le crissement de pas sur la neige, mais elle ne voit rien. Ou plutôt, si, elle voit un scintillement doré qui vient droit vers elle.

Elle a un peu peur, quelle est cette chose qui s'approche d'elle ?

Ca y est la "chose" émerge du tourbillon neigeux. C'est un superbe bélier à la toison blanche, portant fièrement enroulées de magnifiques cornes dorées.

Il s'approche d'Inès, transie, se blottit tout contre elle, partageant sa chaleur avec elle. Il a un si beau regard que notre amie oublie son inconfort et sent son petit cœur de brebis se mettre à battre plus fort.

Pendant ce temps, Pernelle s'inquiète, elle a remarqué l'absence d'Inès, mais la neige tombe si fort qu'il lui est impossible de se risquer dehors. Alors, l'âme en peine, elle attend et espère.

Le lendemain, la neige a cessé de tomber, mais Inès n'est pas de retour. Pernelle est morte d'inquiétude, avec d'autres bigorbourgeois, elle se lance à la recherche de sa chère brebis.

Hélas, rien, aucune trace. Et les jours passent, et l'espoir diminue.

Mais un beau matin, le redoux arrive, la neige commence à fondre et qui voilà ? Inès qui arrive toujours aussi belle, comme si rien ne s'était passé.

Pernelle hésite entre joie et colère, mais bien sûr c'est la joie qui l'emporte et toute la petite ferme fait la fête à la rescapée qui arbore un étrange air de satisfaction.

Dans les jours qui suivent, Pernelle constate qu'Inès fugue régulièrement. Mais où peut-elle bien aller ?

C'est le premier jour de l'été que tout le monde comprend, lorsqu'Inès après une nouvelle absence de plusieurs jours, revient toute fiérote avec à ses côtés une minuscule agnelle qui cabriole.

Vous vous doutez bien qu'avec des parents comme Inès et le beau bélier aux cornes d'or, cette petite demoiselle n'est pas tout-à-fait ordinaire. Et c'est le moins que l'on puisse dire, sa toison toute bouclée est du plus beau violet, bizarrement la couleur que Pernelle affectionne tout particulièrement en ce moment. C'est ainsi que son prénom est tout trouvé, la fille d'Inès se prénommera Violaine.http://www.123dessins.com/images/dessins-moutons.gif

Et je vais vous dire un secret que Pernelle n'a pas encore découvert. Tous les ans, la toison de Violaine changera de couleur, s'adaptant aux goûts du moment de la petite fermière.

Quant au papa de Violaine, il préfère rester à l'abri des bois, près d'Eve la reine de la forêt, ce qui n'empêche nullement la petite famille de se retrouver très souvent.

Partager cet article
Repost0
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 00:42

Le mois de Janvier, non pardon le prénom Janvier arrive dans la Cour de Récré de Jill Bill

Janvier est un papillange. Un très mignon petit papillange aux cheveux noirs et aux yeux violets.

Jusqu’à maintenant il aimait bien s’amuser avec ses amis, mais depuis quelques temps, il s’ennuie. Il trouve que certains jeux ne sont plus de son âge. Ne me demandez pas quel âge il a, les papillanges n’en ont pas vraiment, où plutôt ils ont l’âge qu’ils veulent, c’est pratique n’est-ce-pas ?

Bon, donc notre petit Janvier s’ennuie, il n’a pas envie de patiner, pas envie d’aller câliner les animaux, pas envie de voler, bref envie de rien, mais pourtant, quelque chose lui manque. Il n’y a pas de doute, il y a comme un creux en lui. Un vide qu’il aimerait bien combler, mais avec quoi ?

L’hiver est installé à Bigorbourg depuis déjà quelques jours, la neige emmitoufle le bourg et tout le monde est satisfait (je vais vous confier un secret, à Bigorbourg, la neige ne tombe jamais sur les trottoirs ou les routes, c'est bizarre mais c'est comme ça ?

Bon, donc la neige est là. Le soleil apparaît régulièrement et s’amuse à la faire fondre, mais bien vite Monsieur Hiver vient à la rescousse et son souffle glacial solidifie la neige qui commence à goutter.

Le soleil, cligne de l’œil et s’amuse à se refléter dans les stalactites qui festonnent le rebord des gouttières.

Et voilà que passe notre petit ami Janvier, toujours perdu dans ses pensées.

Tellement perdu que, pan, il entre en collision avec un de ces esquimaux de glace.

Le stalactite résonne doucement, un son cristallin comme celui des carillons éoliens.

Janvier en reste pétrifié, que cette sonorité est belle ! Pour lui elle est plus douce que le gazouillis de l’eau, que le frôlement du vent dans les feuilles, que le chant des oiseaux même.

Il s’approche à nouveau et fermant son petit poing, il donne un nouveau coup dans le morceau de glace, et à nouveau ce son merveilleux.

Janvier décide de ne pas en rester là, il s’approche des autres stalactites et commence à leur donner de légers coups, et incroyable ! Pas un n’a la même résonnance.

Alors, le petit papillange se met à voltiger entre ces pics scintillants, ces ailes s’irisent des mêmes reflets, ses petits mains jouent avec ces instruments magiques. Et une superbe mélodie s’élève dans les airs.

Les bigorbourgeois qui passent ralentissent le pas ou s’arrêtent pour savourer cette délicieuse musique qui pleut sur la neige.

Janvier, lui, est ravi, cette musique rempli le vide qu’il avait au milieu de la poitrine. Tout content, il s’envole et se met à jouer de la musique sur tous les xylophones de glace qu’il rencontre, emplissant le bourg d’une musique digne de celle des fées.

Oui, mais lorsque le printemps sera revenu ? Janvier n’aura plus d’instrument de musique ! Voyez-vous ça m’étonnerait beaucoup, connaissant les Bigorbourgeois, je suis bien sûre qu’ils vont arriver à trouver de quoi occuper notre papillange mélomane.

C'est cette photo de Bruno (qui a bien voulu me la prêter et que je remercie encore) qui a donné naissance à Janvier.

http://i42.servimg.com/u/f42/09/02/08/06/bord-r10.jpg


Partager cet article
Repost0
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 00:15

Voilà Hectorine qui  arrive dans la Cour de Récré de Jill Bill

Et si aujourd'hui nous faisions connaissance avec Hectorine ?

Venez suivez-moi dans la Bibliothèque d'Achille. Il y a encore bien des coins que vous ne connaissez pas.

Celui-ci par exemple : le coin de l'ardoise magique !

Il s'agit d'un mur tout blanc sur lequel les enfants, mais aussi les adultes, peuvent laisser des dessins ou des mots.

Je vais vous raconter l'histoire de l'un de ces dessins.

Un jour à la fin de l'heure du conte animé par Annette, celle-ci s'aperçoit qu'une petite fille est restée toute songeuse dans un coin.

Annette s'approche d'elle et lui demande pourquoi elle était aussi pensive.

"C'est à cause de mon prénom"

"Oh, oh" pense Annette "Encore une ! Les prénoms sont décidemment une source infinie de réflexion à Bigorbourg"

"Et c'est quoi ton prénom ?"

"Hectorine"

"C'est un prénom peu courant effectivement et pourquoi t'embête t-il ?"

"Il ne m'embête pas, je l'aime bien, mais il lui manque quelque chose"

"Il lui manque quelque chose !" Annette est bien étonnée, c'est bien la première fois que quelqu'un lui dit ça "Il lui manque quoi ?"

"Un animal, comme dans ton conte ! J'aimerais bien avoir un chat qui parle comme le Tom de Mimi"**

"Ca serait bien effectivement, mais ce n'est qu'une histoire, les chats ne parlent pas" (ici j'ouvre une parenthèse, à Bigorbourg ce cas de figure n'est pas une impossibilité, mais bon !)

"Ca peut être un autre animal qu'un chat tu sais !"

Annette sent que, là, elle est mal partie face à cette fillette qui a, manifestement, des idées bien arrêtées.

Elle se demande comment elle va réussir à régler son problème, quand arrive, venant du coin des bandes dessinées, son aide conteur, Filémon.

Celui-ci tend la main à Hectorine.

"Viens"

La fillette saisit la main tendue et suit ce drôle de bonhomme.

Filémon la conduit devant l'Ardoise magique, lui tend un pinceau et sort, d'une de ses poches, une flûte.

Hectorine, un peu étonnée, le regarde avec des points d'interrogation tout autour de la tête.

"Vas y, dessine ton animal"

"Mais je ne sais pas qui choisir moi !"

Filémon sourit et se met à jouer.

En entendant la petite musique qui sort de l'instrument, Hectorine se fige et sa main se met à bouger presque toute seule. Le pinceau s'envole sur le mur et trace les contours d'un oiseau.

"Voilà"dit Filémon "Je te présente ton animal"

"C'est quoi ce drôle d'oiseau ? Et il fait quoi ? Il parle comme Tom ?"

Annette qui a rejoint les deux compères prend la parole.

"Ce bel oiseau a un nom qui commence comme le tien, c'est un Héron"

"Oh, je peux l'appeler Hector alors ?"

"Bien sûr, pourquoi pas !"

Hectorine, têtue, reprend "Mais il fait quoi ?"

Filémon éclate de rire devant cet entêtement enfantin et se remet à jouer. Aussitôt Hector se met à danser sur le mur, il va et vient, s'envole et glisse sur la belle surface blanche.

"Alors"demande Filémon "Il te plaît ton animal ?"

"Oh oui, mais, regarde, il ne danse plus !"

"Alors chante !"

Et Hectorine se met à fredonner et Hector se met à danser en rythme.

Enchantée Hectorine attrape Filémon et Annette par la main et improvise une ronde "Merci, merci, merci !"

Et depuis, dans un coin de l'ardoise magique, un petit héron attend sagement que sa jeune amie vienne lui rendre visite pour danser sur ses chants.

 

** Pour les histoires de Mimi et Tom, vous pouvez faire un petit tour dans la fonction "rechercher" pour en savoir plus.

 

http://i42.servimg.com/u/f42/09/02/08/06/haron210.jpg

Partager cet article
Repost0
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 00:21

Et un petit verre de Pétrus pour la cour de récré de Jill Bill, un !

Petit Pierre est très en colère mais aussi très très triste.

Depuis de nombreux jours, un des grands de l'école se moque de lui, parce qu'il est petit justement ou parce qu'il a les cheveux d'un beau roux flamboyant ou parce que lorsqu'il a perdu un de ses dents de lait il a dit à ses copains que la petite souris allait passer et que ce affreux, vilain, méchant, beurk, pouah, caca, l'a entendu, a ri méchamment et a osé dire que la petite souris n'existait pas !

Bref, ça fait maintenant un moment que Petit Pierre passe des larmes à la colère et malgré toute leur bonne volonté, Mademoiselle Agathe l'institutrice et ses parents n'arrivent pas à lui faire dire ce qui ne va pas.

Aujourd'hui c'est le week-end, Petit Pierre est dans le jardin de ses parents et pour se passer les nerfs, il shoote dans tous les cailloux qui passent à portée de ses baskets.

Quand tout à coup !

"Aïe, ça va pas la tête ? Tu m'as fait mal !"

Sidéré Petit Pierre se baisse et là devant lui, il y a un minuscule, mais vraiment minuscule bonhomme tout habillé de gris.

Petit Pierre bougonne "T'as qu'à pas être en gris, et t'as qu'à pas être si petit et t'as qu'à pas ressembler à un bête de bête caillou !"

Le petit être se redresse de toute sa microscopique taille, toise l'enfant boudeur et affirme "Oh, toi tu as un gros, gros problème. Je suis sûr que je peux t'aider !"

"Pfff" souffle Petit Pierre "T'es trop minable pour pouvoir m'aider, et pis personne y peut m'aider d'abord !"

"Non, mais dis donc, qui t'as permis de me traiter de minable ? C'est parce que je suis plus petit que toi ? Oui, c'est ça le problème n'est ce pas ? Toi tu es le plus petit de quelqu'un qui te traite aussi de minable ! Je me trompe ?"

Petit Pierre en reste d'abord bouche bée, puis il tombe par terre, il éclate en sanglots et déballe tout à ce microbe d'inconnu, tout ce qu'il n'a pas osé dire à sa chère Mademoiselle Agathe ou à ses parents. Il explique les mots méchants, les tapes, les croche-pieds, les bousculades, toutes les humiliations que le grand lui fait subir quand personne ne les regarde.

Et quand tout est sorti, Petit Pierre renifle un grand coup, se passe le dos des mains sur les joues pour essuyer ses larmes et essaye de reprendre son souffle en hoquetant.

Pendant ce temps le petit bonhomme a réussi à se hisser sur le genou de l'enfant qu'il tapote gentiment.

"T'en fais pas mon grand, je vais te donner un coup de main. Quand tu retourneras à l'école lundi, je m'installerai sur ton épaule et je te dirai ce qu'il faut lui répondre à ce grand méchant"

"Mais il va te voir"

"Non, il n'y a que toi qui puisse me voir. Au fait, je m'appelle Petrus, tu sais ce que ça veut dire ?"

"Non, je sais pas !"

"Ca veut dire petit caillou, nous avons presque le même prénom, c'est rigolo non ?"

Tout-à-coup, comme le soleil se levant après un gros orage, voilà que l'espoir déboule dans le cœur de Petit Pierre. Il a trouvé quelqu'un qui le comprend, quelqu'un qui va l'aider, il n'en doute pas une seconde.

Et lundi, nos deux amis s'en vont à l'école. A l'heure de la récréation Petit Pierre se fait coincer par son tortionnaire qui commence à lui dire des horreurs, mais voilà que Pétrus se met à dicter ses réponses à Petit Pierre et celui-ci les renvoie comme des cailloux vers le Grand.

Et ces paroles font mouche, elles lui font mal, comme les siennes ont fait mal à Petit Pierre, le voilà qui semble rentrer dans sa coquille comme un escargot menacé, il tourne les talons et s'enfuie sous le regard satisfait de Petit Pierre qui a même eu le temps d'apercevoir une larme couler sur la joue de son ennemi.

"Et voilà" dit Pétrus "il ne t'ennuiera plus maintenant"

"Chouette, tu vas rester avec moi, hein et puis tu me souffleras plein de méchantes choses à dire aux autres, et ce sera moi le chef !"

"Non, non, mon petit ami, il ne faut pas agresser les autres juste pour se sentir important ce n'est pas bien, et puis si tu dis des méchancetés à tes amis, tu crois qu'ils continueront à t'aimer ? Maintenant tu es assez fort pour te défendre mais, il ne faut pas abuser de ce pouvoir surtout. Promis ?"

Petit Pierre pèse le pour et le contre. C'est vrai qu'il n'a pas envie de perdre ses amis alors il acquiesce.

"D'accord, promis. Mais, dis tu ne vas pas partir, on va rester copains ?"

Pétrus se met à rire doucement "Bien sûr mon petit bonhomme, on va rester copains, mais j'ai d'autres enfantshttp://4.bp.blogspot.com/-oXr-9AhHJMk/TpWOjIZjwOI/AAAAAAAABS4/kCu4y2VDs0A/s1600/sad_jour_sans_noir_blanc_bonhomme_mimi.jpg à aider alors, maintenant il faut que j'y aille"

Et hop, tout à coup plus personne n'est perché sur l'épaule de Petit Pierre. Il pousse un soupir et s'en va rejoindre ses camarades de classe.

Inutile de dire que Mademoiselle Agathe et ses parents sont très heureux de le voir redevenu lui-même.

Et le vilain garçon ? Il semble avoir compris la leçon et se tient tranquille maintenant, espérons que ça dure !

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 00:43

Hier, j'ai laissé la pauvre Théodora toute dolente. Va-t-elle surmonter sa dépression, va-t-elle retrouver son cher époux ? Vous allez bientôt le savoir.

Bien sûr à Bigorbourg, les nouvelles bonnes ou mauvaises font vite le tour de la population. Ainsi le petit Aubain a appris à sa grande amie l'ondine Olive que Théodora ne faisait que picorer un peu de nourriture.

Ni une, ni deux, Olive prend vite les choses en main ! Ainsi, depuis quelques jours Pernelle découvre devant sa porte des herbes aquatiques qui ont l'air particulièrement goûteuses et il faut croire qu'Olive les a un chouia enchantées, parce que Théodora s'en régale. Tout doucement elle reprend des forces et des formes, son cou retrouve son bel arrondi, sa blessure cicatrise bien et son aile meurtrie se fait plus mobile et vigoureuse. Pernelle en est toute heureuse bien sûr.

Augusta de son côté est toujours préoccupée par la façon dont il va être possible de rassembler les amoureux.

Durant la convalescence de Théodora et profitant de l'hiver, un petit groupe de bigorbourgeois mettent sur pied une opération de grande envergure pour faire passer l'information concernant le lieu de villégiature forcée de la belle.

C'est ainsi qu'Olive envoie la nouvelle par le biais de ses sœurs des cours d'eau.

Eve la reine de la forêt dépêche quelques membres du petit peuple dans les bois environnants pour que, de proche en proche, le renseignement soit transmis dans les endroits les plus reculés (un peu comme dans les 101 dalmatiens si vous voyez ce que je veux dire).

Landry le vent et son complice Marius l'éclair mettent sur le coup tous les parents qui passent au-dessus de Bigorbourg.

Quant à Géraud, notre ravi sculpteur de nuages, il emploie tout son art à transformer les nuées en gracieux cygnes qui se mettent à voguer dans toutes les directions.

Bref, tout est fait pour prévenir la famille de la belle Théodora, qui mise au courant des efforts des uns et des autres, et pour les remercier de leur implication, s'emploie à essayer d'oublier son angoisse et donne un coup de main à Augusta la baby-sitter en racontant de belles histoires de princesses transformées en cygnes (à moins que ce ne soit le contraire).

Un beau matin, le printemps déboule. Le cœur de Théodora se met à battre plus fort. Va-t-elle avoir des nouvelles ? Seront-elles bonnes ou mauvaises ?

Elle s'est installée sur la rivière et passe son temps, le cou tendu, à regarder passer les V des oiseaux revenant de migration. Espérant à chaque fois, mais toujours déçue. Tous ses amis en sont aussi bien malheureux.

Alors que l'espoir va finir par sombrer, voilà qu'on entend au loin un bruit étrange, comme celui d'une trompette. Aussitôt Théodora commence à s'agiter et de doux sifflements de bienvenue lui échappent. Elle a reconnu son cri, il arrive.

Et devant les curieux réunis pour assister à la réunion des amoureux, voilà qu'un superbe cygne noir se pose sur l'eau, glisse vers Théodora et enlace son cou au sien. Un peu partout des larmes de bonheur coulent et des hourras s'élèvent.

A quelques temps de là, Théodora et son époux offrent à Bigorbourg une bien belle surprise. Sept superbes petits cygneaux d'un beau gris viennent rejoindre leurs parents sur l'Olive. Et les paris sont ouverts, de quelle couleur seront-ils lorsqu'ils seront plus grands ?

Je ne pense pas que cygne blanc et cygne noir puissent s'apparier, mais à Bigourbourg tout est possible. En revanche, non les cygnes ne sont pas muets, la preuve avec cette petite vidéo. De même ils ne mangent pas de poissons, mais sont bel et bien végétariens.

 

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 00:36

Aujourd'hui c'est Théodora qui est l'invitée de la Cour de récré de Jill Bill.

Ce matin-là, le jeune Aubain tambourine à la porte de Monsieur Lazare, déclenchant les aboiements de Casimir qui finissent de tirer du lit le docteur bénévole de Bigorbourg. Les cheveux en bataille, les yeux papillotant il ouvre la porte à un petit garçon qui trépigne d'impatience

"Vite, vite, vite ! Il va mourir, il va mourir !"braille-t-il

Un peu secoué Monsieur Lazare interroge "Qui va mourir ?"

"L'oiseau, le bel oiseau ! Vite, vite, vite !"et voilà qu'Aubain attrape par la main un docteur de pyjama, robe de chambre et pantoufles et le tire vaille que vaille jusqu'au jardin municipal.

Et là, Monsieur Lazare découvre un beau cygne dont le plumage blanc est ensanglanté par une blessure qui raye une de ses ailes. Ses yeux profonds paraissent déjà partis ailleurs.

Tout doucement les deux acolytes s'approchent du blessé qui émet un léger sifflement de douleur et de mise en garde.

"Va vite chercher Pernelle et Thècle"s'écrie Monsieur Lazare tendant une main apaisante à l'oiseau. Mais celui-ci est si faible que ses yeux se ferment.

Dès que la petite fermière et la sorcière sont arrivées, le trio prend en charge le pauvre animal. Aubain dûment remercié et assuré d'avoir des nouvelles de sa protégée, file vite à l'école, pressé de raconter son aventure à ses camarades.

"Ce sont des plombs" rage Pernelle

"Il y a des coups de balai qui se perdent"enchérit Thècle

Mettant en commun leurs connaissances, qui en médecine, qui en herboristerie, qui en manipulation d'oiseau, le blessé est emmené chez Monsieur Lazare et soigné. Enfin, la blessée comme le découvre rapidement Pernelle.

"Théodora, elle s'appelle Théodora" décrète Thècle "elle est un cadeau tombé du ciel"

"Va pour Théodora"acquiesce Monsieur Lazare qui maintenant que sa patiente est dûment pansée, ne rêve plus que d'un grand bol de café.

Et voilà que Théodora se réveille et effrayée par cet entourage inconnu, se met à siffler de détresse. Un bref aboiement de Casimir semble la tranquilliser, mais elle continue de trembler.

"Je vais l'emmener à la ferme"propose Pernelle "Augusta mon autruche saura la rassurer et je pourrai la nourrir"

Presque aussitôt dit, presque aussitôt fait. Théodora est doucement enroulée dans un drap pour éviter qu'elle ne se blesse plus en se débattant puis placée dans la voiture de Monsieur Lazare qui toujours en pyjama, mais ayant troqué ses chaussons contre des chaussures, la conduit à la ferme de Pernelle.

Augusta prend très volontiers en charge la nouvelle venue et fait tout ce qu'il faut pour la réconforter.

Mais hélas, Théodora ne semble plus avoir le goût de vivre, c'est à peine si elle touche aux herbes goûteuses que Pernelle lui propose. Sa tête paraît trop lourde pour son cou gracieux, ses yeux débordent de peine.

Pernelle a beau bien connaître les animaux, elle ne peut deviner que Théodora a peur que les coups dPA170031e fusil qui l'ont blessée et séparée des siens n'aient aussi tué son cher époux. Même s'il a survécu comme nt vont-ils pouvoir se retrouver ?

Et au fil des jours la belle Théodora se laisse dépérir. Pernelle se désespère, comment la pousser à manger plus pour reprendre des forces ? Augusta elle, de son côté, se demande comment il va être possible de retrouver le mari de Théodora lorsque le printemps reviendra.

Bref, voilà deux questions auxquelles il sera répondu demain car mon histoire commence à être déjà un peu longue !



Partager cet article
Repost0

Bonjour À Tous

  • : Mon carnet à Malices
  • : Ecriture, créations en fimo et autres modelages, lecture (fantastique, fantasy, thriller, humour), nos félins domestiques dans tous leurs états, photographie, musique
  • Contact

Rechercher

Mais encore

En Stock