Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 00:56

Pour sa dernière proposition de casse-tête Lajemy nous proposait "le p'tit coin" (ne vous en faites pas Sherry va la remplacer pour d'autres joyeux délires).

Pour illustrer ce thème je vous propose donc les excellents Frères Jacques et leur Petite fable sans morgue (ou la complainte des petits cabinets). J'ai connu ces petits coins bucoliques et spartiates chez mes grands-mèrès (eh oui, je fais partie d'une génération que les moins de 30 ans, etc, etc). J'ajoute que j'avais regardé avec mon fils (24 ans maintenant) une cassette vidéo des Frères Jacques dans laquelle il y avait cette chanson. Une explication de texte avait été nécessaire, ah cette jeune génération tout confort ! Je dois dire que lorsque je lui ai expliqué le coup de mouches qui s'envolaient, il a eu du mal à me croire et pourtant ...

Autre petite histoire de toilettes, il va falloir me croire sur parole, je n'ai malheureusement pas de photos. Lorsque j'ai emménagé dans mon premier appartement, je suis restée classique dans la décoration des pièces à vivre, en revanche je me suis fait plaisir dans les toilettes : Un mur orange vif, un mur jaune pétant, un mur vert pomme ! Sur la porte un chimpanzé assis sur le trône. Les toilettes, elles, ont eu le droit à un traitement spécial : Dessins de rosaces avec cernes et peintures vitrail multicolores. Un distributeur à papier en céramique en forme d'arrière de voiture. Je n'ai malheureusement pas pû m'occuper du plafond, j'avais prévu du papier velours bleu nuit avec collage d'étoiles dorée. Bref, inutile de vous dire que lorsque mes invités allaient pour la première fois aux toilettes j'attendais avec impatience les cris d'étonnement qu'ils ne manquaient pas de pousser !

 

 

Nous sommes les petits cabinets,
Les petits cabinets de province
Ceux que l'on évince,
Que l'on met très loin, très loin
Tout au fond des jardins
Près des tas de fumier
Des volières, des chenils, des écuries,
Des basses cours, voire même des vergers

Nous sommes les petits cabinets
Ceux qu'on ne daigne pas nommer
Water-closets, ni lieux d'aisance
Ce serait sans doute une offense
Mais on nous donne des noms extraordinaires
Des noms idiots
Qui font croire que nous sommes originaires
De l'île de chiot
Nous sommes sales et laids ... on nous néglige.

Sommes-nous donc tellement indignes s'il vous plaît
Oui, s'il vous plaît,
N'avons-nous pas les mêmes attributions,
Les mêmes fonctions que ceux de la capitale
Des chefs lieux, des villes principales
Mais non, nos sièges sont de bois brut
Et le ragout tant désiré nous a dit «Zut»
Il a préféré glisser sur nos confrères
Mieux aménagés, cirés, vernissés,
Voués aux aristocrates derrières.

Notre ouverture est béante, géante,
Le regard plonge à l'infini
On n'en voit pas le fond, ironie
Pour nous point d'élégance
Point de cu'vette de faïence
Point de bouton
Faisant jaillir un hygiénique tourbillon
Point de petit balai de chiendent
Nous sommes dégoutants
Et pour le papier de ouate
On le jette à gauche, à droite
On ne le coupe même pas en petits carrés
Et ce sont parfois des journaux entiers,
Des revues de littérature
Qui tombent dans notre ouverture

Et nos murs, ah ! nos murs salpétrés
Parfois couverts de journaux illustrés, portraits d'actrices
Ou alors de ministres, tableaux de grands artistes.
Quelquefois on nous couronne
De ronds, de ronds
De ronds en paillasson
Voilà le seul luxe qu'on nous donne
Voilà le seul luxe qu'on nous donne
Voilà le seul luxe qu'on nous donne

Car nous ne sommes que les petits cabinets,
Les petits cabinets de province
Ceux que l'on évince
Eh bien soit ! Nous acceptons la guerre
Et nous serons les prolétaires, les prolétaires.
Partager cet article
Repost0
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 00:18

Bon, nous sommes d'accord du côté paroles nous sommes loins d'un Jean Ferrat ou d'une Anne Sylvestre, certes. Mais bon ! Ca ne fait pas du bien de commencer la semaine en se remuant les gambettes ? Et puis ça change des chants de Noël ! Alors, hop un petit détour par 1962 !

 


Les Collégiennes - Twiste Collégiennes par val6210

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 00:49

Je pique l'idée d'Ountès Passat avec la musique classique revue et corrigée par des musiciens virtuoses mais qui ne se prennent pas un sérieux. Il vous propose le "Mozart group" et de mon côté je vous mets le quatuor (j'en avais un autre en tête mais pas moyen de retrouver son nom, mais ça reviendra !).

 


Je vous les mets également avec quelques années de moins, mais autant de talent.

 

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 00:56

Une magnifique artiste que j'aime beaucoup, Mannick, des chansons vraies, pleines d'émotion et une superbe voix limpide. Cette chanson date de 1980.

 

 

Je connais des bateaux qui restent dans le port
De peur que les courants les entraînent trop fort,
Je connais des bateaux qui rouillent dans le port
A ne jamais risquer une voile au dehors.

Je connais des bateaux qui oublient de partir
Ils ont peur de la mer à force de vieillir,
Et les vagues, jamais, ne les ont séparés,
Leur voyage est fini avant de commencer.

Je connais des bateaux tellement enchaînés
Qu'ils en ont désappris comment se regarder,
Je connais des bateaux qui restent à clapoter
Pour être vraiment surs de ne pas se quitter.

Je connais des bateaux qui s'en vont deux par deux
Affronter le gros temps quand l'orage est sur eux,
Je connais des bateaux qui s'égratignent un peu
Sur les routes océanes où les mènent leurs jeux.

Je connais des bateaux qui n'ont jamais fini
De s'épouser encore chaque jour de leur vie,
Et qui ne craignent pas, parfois, de s'éloigner
L'un de l'autre un moment pour mieux se retrouver.

Je connais des bateaux qui reviennent au port
Labourés de partout mais plus graves et plus forts,
Je connais des bateaux étrangement pareils
Quand ils ont partagé des années de soleil.

Je connais des bateaux qui reviennent d'amour
Quand ils ont navigué jusqu'à leur dernier jour,
Sans jamais replier leurs ailes de géants
Parce qu'ils ont le coeur à taille d'océan.

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 00:44

Allez savoir pourquoi le nom de Monty m'est passé par la tête ! Ce n'est pas spécialement un chanteur que j'aimais (surtout à 7 ans, ben oui la chanson que je mets date de 1964) mais bon je ne vais pas aller contre les désirs de mon petit cerveau. Et par la même occasion je vous mets les Sunlights (alors là je dois avouer que les chansons je connais -logique des reprises du Déserteur ou du Galérien- mais que franchement le groupe en lui-même je n'en ai aucun souvenir, années 60 aussi)

 

 

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 00:12

Parce qu'Anne Sylvestre ce n'est pas que les Fabulettes, voilà une chanson à prendre au second, voire troisième degré. Attention on s'accroche !

 

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 00:01

Une chanson pas très récente (1999) d'un groupe que j'aime particulièrement. Je vous propose deux versions, celle avec Tarja et une reprise de Katia Iva (avec violon électrique) et bien sûr les paroles, je vous laisse choisir votre préférée !

 

 

 

All those beautiful people
I want to have them all
All those porcelain models
If only I could make them fall

Be my heart a well of love
Flowing free so far above

A wintry eve
Once upon a tale
An Ugly Duckling
Lost in a verse
Of a sparrow's carol
Dreaming the stars

Be my heart a well of love
Flowing free so far above

In my world
Love is for poets
Never the famous balcony scene
Just a dying faith
On a heaven's gate

Crystal pond awaits the lorn
Tonight another morn for the lonely one is born

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 00:11

Deux grands humoristes plein d'humanité qui partent presque en même temps, franchement est-ce raisonnable ?

 

Robert Lamoureux tout en tendresse et en lucidité

 

 

 

 

Jean Amadou (rien n'a changé ! cette vidéo doit dater de 1980/1983)

 

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 07:53

Une chanson coup de coeur de Yannick Noah. (Toujours en attente du retour du téléphone et d'internet)

 

 

Tous les ailleurs et d'ici
Les mendiants du Pérou
Les gosses à la colle de Manille
Monte une voix.
De Calcutta en Haïti
Des sous-sols de Moscou
Des filles qu'on solde en Roumanie
Une seule voix
Qui répète ça.

Donne-moi une vie
Un espoir une envie
Donne-moi une vie
Quelque chose à perdre aussi.

Du Darfour brûlant à Grosnvyi
De décharge en égout
Des gamins vendus de Bali
Monte une voix.
De Gaza, Tyr à l'Ethiopie
Les enfants soldats de partout
De Kaboul de celles qu'on oublie
Une seule voix
Qui répète ça.

Donne-moi une vie
Un espoir une envie
Donne-moi une vie
Un demain à aujourd'hui
Quelque chose à perdre aussi.

Donne-moi au moins
Le début d'un possible infini
Donne-moi mieux
Qu'un jour de plus, de plus à tenir
Quelque chose à remplir
Qui me fera vieillir
Un avenir, un avenir.

Donne-moi une vie
Un espoir une envie
Donne-moi une vie
Quelque chose à perdre aussi.

Donne-moi une vie
Un espoir une envie
Donne-moi une vie
Quelque chose à perdre aussi.

Une vie
Donne-moi
Une vie
Donne-moi une vie
Donne-moi
Une vie
Donne-moi
Une vie
Donne-moi
Ma vie

Donne-moi une vie
Un espoir une envie
Donne-moi une vie
Quelque chose à perdre aussi.
Quelque chose à perdre aussi
Donne-moi juste ma vie

Donne, donne-moi une vie
Pas de bonheur
Juste une vie
Quelque chose à perdre aussi
Quelque chose à perdre aussi
Donne, donne-moi une vie

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 00:16

Un petit détour par le New Age ! On adhère ou pas, en ce qui me concerne ce mélange des genres me plait bien

 

Partager cet article
Repost0

Bonjour À Tous

  • : Mon carnet à Malices
  • : Ecriture, créations en fimo et autres modelages, lecture (fantastique, fantasy, thriller, humour), nos félins domestiques dans tous leurs états, photographie, musique
  • Contact

Rechercher

Mais encore

En Stock