Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 00:55

Donc hier, pour Jill Bill et sa Cour de Récré nous avons planché sur le prénom Jésabelle.

Il m'en a donné du fil à retordre ! C'était avant tout cette chanson de Piaf (et Aznavour et Guétary) qui s'imposait systématiquement à moi. Et reconnaissez que ça n'allait pas bien avec Bigorbourg.

Heureusement, j'ai eu l'idée d'aller regarder les paroles de plus près et j'ai redécouvert ces deux vers "Les souvenirs que l'on croit fanés, Sont des êtres vivants"

Comme en ce moment j'ai le nez plongé dans les vieilles photos de famille, et que parfois je ne peux pas m'empêcher de regretter de ne pas en savoir plus certaines d'entre elles, qui les a prises, où, quand, pourquoi et qui sont ces personnes, bref, Jezebel s'est transformée en Jésabelle et j'aimerais vraiment qu'elle me donne un coup de main pour que certains visages retrouvent un nom.

 

 

Jezebel... Jezebel...
Ce démon qui brûlait mon cœur
Cet ange qui séchait mes pleurs
C'était toi, Jezebel, c'était toi.
Ces larmes transpercées de joie,
Jezebel, c'était toi... Jezebel, c'était toi...

Mais l'amour s'est anéanti.
Tout s'est écroulé sur ma vie,
Écrasant, piétinant, emportant mon cœur,
Jezebel... Mais pour toi,
Je ferais le tour de la terre,
J'irais jusqu'au fond des enfers.
Où es-tu ? Jezebel, où es-tu ?

Les souvenirs que l'on croit fanés
Sont des êtres vivants
Avec des yeux de morts vibrants encore de passé
Mais mon cœur est crevé d'obsession.
Il bat en répétant
Tout au fond de moi-même
Ce mot que j'aime,
Ton nom...
Jezebel... Jezebel...

Mais l'amour s'est anéanti.
Tout s'est écroulé sur ma vie,
Écrasant, piétinant, emportant mon cœur
Jezebel... Mais pour toi,
Je ferais le tour de la terre,
J'irais jusqu'au fond des enfers
En criant sans répit,
Jour et nuit,
Jezebel... Jezebel...
JEZEBEL...

Partager cet article
Repost0
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 00:25

En toute logique vous devriez vous retrouver en train de faire la danse de la pluie (euh je voulais dire du soleil) à la fin de cette chanson, c'est ce que j'ai fait de mon côté. J'adore les Pow Wow, quelles voix !

 

 

 

Ce chant de guerre qui monte sur la ville
Comme une prière à la lune qui brille
Rappelle à ceux qui dorment derrière les grilles
Qu'on peut toujours même si c'est pas facile

Devenir Cheyenne
Combattre quand même
Devenir Cheyenne
Regagner les plaines

Je veux te prendre au feu de mes tortures
Je veux te faire comprendre tout ce que j'endure
Je veux t'apprendre les signes, les peintures
Qui protègent mieux que toutes les armures

Devenir Cheyenne
Combattre quand même
Devenir Cheyenne
Regagner les plaines

Tu peux aussi quand la vie te malmène
Pousser le cri et devenir Cheyenne
Oublie les plumes, oublie les mocassins
Pas besoin de costume pour devenir indien

Devenir Cheyenne
Combattre quand même
Devenir Cheyenne
Regagner les plaines
Combattre quand même
Et briser ses chaînes
Devenir Cheyenne

Ce chant de guerre qui monte sur la ville Comme une prière à la lune qui brille Rappelle à ceux qui dorment derrière les grilles Qu'on peut toujours même si c'est pas facile Devenir Cheyenne Combattre quand même Devenir Cheyenne Regagner les plaines Je veux te prendre au feu de mes tortures Je veux te faire comprendre tout ce que j'endure Je veux t'apprendre les signes, les peintures Qui protègent mieux que toutes les armures Devenir Cheyenne Combattre quand même Devenir Cheyenne Regagner les plaines Tu peux aussi quand la vie te malmène Pousser le cri et devenir Cheyenne Oublie les plumes, oublie les mocassins Pas besoin de costume pour devenir indien Devenir Cheyenne Combattre quand même Devenir Cheyenne Regagner les plaines Combattre quand même Et briser ses chaînes Devenir Cheyenne Lire la suite: http://www.greatsong.net/PAROLES-POW-WOW,DEVENIR-CHEYENNE,13880.html
Partager cet article
Repost0
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 00:17

Claire d'Asta et la chanson de Prévert. Cette jeune femme a un bien belle voix n'est-ce pas ?

 

 

Oh je voudrais tant que tu te souviennes
Cette chanson était la tienne
C'était ta préférée
Je crois
Qu'elle est de Prévert et Kosma

Et chaque fois les feuilles mortes
Te rappellent à mon souvenir
Jour après jour
Les amours mortes
N'en finissent pas de mourir

Avec d'autres bien sûr je m'abandonne
Mais leur chanson est monotone
Et peu à peu je m' indiffère
A cela il n'est rien
A faire

Car chaque fois les feuilles mortes
Te rappellent à mon souvenir
Jour après jour
Les amours mortes
N'en finissent pas de mourir

Peut-on jamais savoir par où commence
Et quand finit l'indifférence
Passe l'automne vienne
L'hiver
Et que la chanson de Prévert

Cette chanson
Les Feuilles Mortes
S'efface de mon souvenir
Et ce jour là
Mes amours mortes
En auront fini de mourir

Partager cet article
Repost0
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 00:10

 

J'avais déjà mis cette chanson il y a un moment, mais uniquement avec le lien deezer, mais là je trouve que la peinture de Jérôme Bosch va particulièrement bien avec la chanson de Mannick et très franchement par moment je me demande si notre monde ne ressemble pas un peu (beaucoup) à sa vision terrifiante de l'enfer.

 

 

Quand nous verrons basculer les mondes
Tout émerveillés mais pleins d'effroi
Quand nous verrons basculer les mondes
Il faut que tu sois près de moi !
Il faut que tu sois près de moi !

Imagine le ciel comme un toit de cristal
Ecaillant son soleil au galop d'un cheval
Et les astres éclatés dans leur sang de corail
Fracassant les nuées dans un cri de métal !

Imagine la mer comme un rideau d'argent
Debout le long des terres entre mille ouragans
Et des monstres inconnus jaillis des profondeurs
Envahissant nos rues d'une hideuse laideur !

Imagine surtout revenant par milliers
Tous ceux de tous les temps que la terre a portés
Un océan de voix déchaînant son appel
Avant de nous jeter dans les bras du soleil !

Partager cet article
Repost0
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 00:18

Allez ça faisait longtemps que je n'avais pas mis un petit Nightwish qui date de 2001 et est une reprise de Gary Moore (1986) que je vous mets également. Pas une ride cette chanson n'est-ce pas ! Les deux versions vont vous faire démarrer la semaine sur les chapeaux de roues et on s'accroche pour le passage à la guitare (un riff c'est ça ?)

 

 

 

 

They came for him one winter's night.
Arrested, he was bound.
They said there'd been a robbery,
his pistol had been found.

They marched him to the station house,
he waited for the dawn.
And as they led him to the dock,
he knew that he'd been wronged.
"You stand accused of robbery,"
he heard the bailiff say.
He knew without an alibi,
tomorrow's light would mourn his freedom.

Over the hills and far away,
for ten long years he'll count the days.
Over the mountains and the seas,
a prisoner's life for him there'll be.

He knew that it would cost him dear,
but yet he dare not say.
Where he had been that fateful night,
a secret it must stay.
He had to fight back tears of rage.
His heart beat like a drum.
For with the wife of his best friend,
he spent his final night of freedom.

Over the hills and far away,
he swears he will return one day.
Far from the mountains and the seas,
back in her arms he swears he'll be.
Over the hills and far away.

Over the hills and,
over the hills and,
over the hills and far away.

Each night within his prison cell,
he looks out through the bars.
He reads the letters that she wrote.
One day he'll know the taste of freedom.

Over the hills and far away,
she prays he will return one day.
As sure as the rivers reach the seas,
back in his arms he swears she'll be.

Over the hills and far away,
he swears he will return one day.
Far from the mountains and the seas,
back in her arms he swears he'll be.

Over the hills and far away,
she prays he will return one day.
As sure as the rivers reach the seas,
back in his arms is where she'll be.

Over the hills,
over the hills and far away.

Over the hills,
over the hills and far away.

 


Partager cet article
Repost0
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 00:36

Vous vous demandiez ce que devenait Angelo Branduardi, eh bien voilà un clip récent.

 

 

Et puis, aussi celle-ci de 1995 en français et que j'aime tout particulièrement également "Ce que sait le sherpa"


 

Méfie-toi de ce qui brille petite fille,
Des mots sérieux que tu te ne comprends pas
Quelqu’un viendra entre Mars et jonquilles
Te raconter ce que l’aveugle voit

La neige des sommets lointains où tout brille
La mie de pain et l’eau claire que tu bois
Viendront un jour t’expliquer petite fille
Te raconter ce que l’aveugle voit

Que passent, bleues, les heures
Tout arrive et arrivera
Et tu verras

Tu verras ce que voit le Sherpa
Tu verras
Tu verras ce que l’aveugle voit

Et tu sauras ce que sait le Sherpa…

Peu importent les heures
Que le temps compte pour toi
Seules comptent les minutes
Qui ressemblent à ce que tu seras
Et tu sauras ce que sait le Sherpa…

Méfie-toi de ce qui brille petite fille
De ceux qui parlent sans parler de toi
N’attends pas avant Mars les jonquilles
Et tu verras ce que l’aveugle voit…
Et tu sauras ce que sait le Sherpa

Partager cet article
Repost0
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 00:34

Et une chanson d'Angelo Branduardi pour le Casse-tête de Sherry, une !

 
Dis-moi beau bambin, bambin si tendre
Que veux-tu maintenant que je te chante ?
Chante-moi la série des grands nombres
Ou bien des petits qui sont leur ombre

Car la Mort est seule ...
Et rien d'autre et plus rien de plus...

Par Deux les bœufs sont liés à la peine
Sur les Trois continents de la chaîne
Quatre les pierres par Merlin levées
Pour aiguiser l'épée des preux chevaliers

Car la Mort est seule...
Et rien d'autre et plus rien de plus...

Et sur le grand chemin qui s'en va
La Cinquième Ère est déjà là
Avec ses Six herbes macérées
De son chaudron le nain s'envolera ...

Il y a Sept Soleils
Et il y a Sept Lunes
Et pour la Saint-Jean,
Huit grands feux s'allument
Autour de la source Neuf demoiselles
Danseront ensemble la Lune Nouvelle

Car la Mort est seule...
Et rien d'autre et plus rien de plus...

Sur Dix vaisseaux armés pour la guerre
Arrivent les marins en terre étrangère
Onze seulement sont revenus.
Tous les autres à jamais seront perdus

Car la Mort est seule...
Et rien d'autre et plus rien de plus ..

Et sur le grand chemin qui s'en va
La cinquième ère est déjà là
C'est tout au bout de Douze mois
Jour après jour de la Vie,
L'année s'en va...
Douze pour le ciel et ses douze signes
Que dans notre nuit les étoiles écrivent
Entre eux ils ont allumé la guerre
Et celle-là au moins sera la dernière

Car la Mort est seule...
Et rien d'autre et plus rien de plus...

Alors la trompette sonnera
Dans une pluie de feu, de vent et de froid
La série des nombres s'épuisera
Par celle qui sait déjà qu'il n'y en a pas

Car la Mort est seule...

Et Deux bœufs.
Trois continents,
Et Quatre pierres,
La Cinquième ère,
Et Six les herbes,
Les Sept soleils et les Sept lunes.
Huit grands feux,
Neuf demoiselles,
Mais Dix vaisseaux,
Onze marins de combat
Et Douze signes pour Douze mois

Car la Mort est seule...
La Sainte mère des Douleurs...

Partager cet article
Repost0
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 00:22

Hier je vous avais mis la photo d'une noix vide et je prouve aujourd'hui que c'était bien un habitat avec la chanson de Charles Trenet "Une noix" interprétée par Bip et Véronique, c'était dans les années soixante, ce qui nous donne un petit coup de jeune non ?

 

 

Une noix
Qu'y a-t-il à l'intérieur d'une noix ?
Qu'est-ce qu'on y voit ?
Quand elle est fermée
On y voit la nuit en rond
Et les plaines et les monts
Les rivières et les vallons
On y voit
Toute une armée
De soldats bardés de fer
Qui joyeux partent pour la guerre
Et fuyant l'orage des bois
On voit les chevaux du roi
Près de la rivière

Une noix
Qu'y a-t-il à l'intérieur d'une noix ?
Qu'est-ce qu'on y voit ?
Quand elle est fermée
On y voit mille soleils
Tous à tes yeux bleus pareils
On y voit briller la mer
Et dans l'espace d'un éclair
Un voilier noir
Qui chavire
On y voit les écoliers
Qui dévorent leurs tabliers
Des abbés à bicyclette
Le Quatorze Juillet en fête
Et ta robe au vent du soir
On y voit des reposoirs
Qui s'apprêtent

Une noix
Qu'y a-t-il à l'intérieur d'une noix ?
Qu'est-ce qu'on y voit ?
Quand elle est ouverte
On n'a pas le temps d'y voir
On la croque et puis bonsoir
On n'a pas le temps d'y voir
On la croque et puis bonsoir
Les découvertes.

Partager cet article
Repost0
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 00:21

Eh oui, je fais dans le classique aujourd'hui ! Enfin dans le presque classique !

 

Partager cet article
Repost0
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 00:37

Quand on entend ça, on peut rêver que toutes les Belles Gens n'ont peut-être pas embarqué aux Havres gris et que certaines vivent peut-être encore parmi nous (désolée je n'ai pas trouvé les paroles). Je connaissais Marion Zimmer Bradley pour ses livres (que je recommande vivement d'ailleurs), mais je ne savais pas qu'elle écrivait aussi de la musique.

 

Partager cet article
Repost0

Bonjour À Tous

  • : Mon carnet à Malices
  • : Ecriture, créations en fimo et autres modelages, lecture (fantastique, fantasy, thriller, humour), nos félins domestiques dans tous leurs états, photographie, musique
  • Contact

Rechercher

Mais encore

En Stock